Archive | Pérou Flux RSS de cette section

Des images qui bougent

Image de prévisualisation YouTube

Après de longues heures de tri des 632 millions ( environ)  vidéos prises lors de ce voyage, voici un petit film compilant des moments émotion de l’aventure, avec finesse et volupté, comme à notre habitude !

A disfrutar sans modération !

1 Commentaire

titi caca et fin du perou

5 Decembre

On ne partira que ce soir,. Voyage de nuit, dommage pour le paysage mais pour des deplacements de 8 heures les autochtones semblent preferer les bus de nuit.

On profite de ce petit rab de temps a Cusco pour se faire le musee d art precolombien.

museeart-precolombino
Reprise des velos a l hotel et on file – de jour parce que de nuit c est un peu « le salaire de la peur » – a la gare routiere. On decole 20 minutes plus tard pour 8 heures dans un bus dont les fenetres ferment mal. Glaglagla ! Heureusement il y a la tele et on voit pleins de westerns (affreusements mauvais surtout au bout de la troisieme fois) !
Arrivee a 3h du mat a Puno. Grandes rues desertes, mal eclairees et glauques. Un crane de vache sanguinolent git au milieu de la route, des chiens hurlent du fond des rues sombres ou se battent sur notre passage. Il fait super froid, nous sommes a 3800m d altitude sur les bords du Lac Titi caca. On tourne un peu en esperant trouver un hotel ouvert qui nous eviterait de terminer la nuit dehors. Trouvé ! Ouf, dodo.
 

6 Decembre

Les rues qui nous ont parues glauques hier soir sont en fait bien animee le jour. Aujourd hui, gros défilé militaire pour « la journée d integration de la police » (?). Cérémonies a n en plus finir, On mange pour 8 soles (moins de 2 euros !) soupe et plat copieux.

punodefile
Balade dans Puno, Rencontre avec le lac sacré Titicaca. Petit tour de touc touc pour nous rapprocher un peu du « mirador del Condor » : les quelques centaines de marches a grimper pour arriver en haut nous rappellent que cela fait une semaine que nous n avons pas fait de bicloune ! On arrive en haut, c est beau.
vuepunotiticaca
Un enorme Condor de metal est posé la. Nous sommes a un peu plus de 4 000m tout de meme ! Nous redescendont sur la plaza de Armas (a croire que tous les patelins Peruviens ont une « plaza de Armas »). Des centaines de jeunes suivent la chorégraphie musclée que 4 jeunes filles survitaminées executent sur le parvis de l eglise, le tout sur une musique techno et sous le regard des vieilles en tenue traditionnelles assise a meme le sol. Les profs de gym sont la, on en deduit que les jeunes n ont pas trop le choix non plus.

L apres midi se termine sur une scene Ubuesque : Sur une autre place – avec une autre église – une scene a été installée pour le « téléthon de la Navidad ». Les groupes font les balances pendant qu a 200m sur le parvis de l eglise 3 fanfares (rien que ca !) Jouent a tour de role – ambiance concours – C est tristement inaudible, d autant plus quand les 3 fanfares s y mettent de concert pendant que les premiers groupes traditionnels (flute de pan, petite guitare, flutiot, etc…) tentent desesperement de capter leur public.. Dommage. 

7 Decembre

Depart aux aurores (8h45…) et en route sous un soleil radieux…

departpuno
Croisons des Chinchillas, Longeons le Lac Titicaca au nord et des chaos rocheux au Sud, monts déchiquetés, rouges et ocres , Paysages magnifiques. Passons a Acora, « capitale du folklore Aymara ».
titicaca vue brd route fotocopaincailloux fotocopaincailloux2 chinchilla
Rencontre avec notre premier couple de Cyclotouristes, Sabine et Jens, des Allemands qui vont bientot finir leur périple de deux ans au travers de l europe, de l asie, de l australie et de l amérique du sud.
allemands

On croisera ce jour dans les champs, outre les eternelles bergeres au chapeux ronds et robes a juppons qui surveillent moutons, lamas et cochons, des paysans travaillant leur champs la houe a la main, une charrue a boeuf et un tracteur (sur un champs de moins de 4 ares !).

Croisons aussi nombre de personnes faisant des cordes. Sur des centaines de mettres, ils joignent avec de petits tourniquets manuels ou a moteur des petites cordes pour en faire des plus grosses. Il y a de la vie sur l altiplano !

La route est toujours aussi bonne, nous sommes sur la panaméricana, et c est plat ce qui nous permetra de faire nos 84 km tranquillement jusqu a Juli.
Arrivée en Musique dans ce petit village perché . une fois de plus, c est la fete au village ! les Allemands nous avait prévenus . Teuf du 1er au 12 Décembre ! en l honeur de la vierge de l immaculée conception ! Hou la veinarde ! On arrive a trouver une chambre avec comme d hab des couvertures fauves…
grrrjuli
Le soir, malgré le grand froid, les groupes s enchainent, processions de danseurs et de musiciens autour de la plaza de Armas, les hommes sont bien habillés et les femmes en tenues trad. quelques uns sont un peu émechés et dansent de travers pour le plus grand bonheur des spectateurs hilares. Les groupes de musique sont soit des fanfares avec nombre de trombones soit des groupes plus traditionnels avec séries de fluttes de pans (dont les plus grandes touchent le sol !). Beaucoup de jeunes dans les groupes de musique et beaucoups jouent des instruments locaux. Feux d artifice eparses, la biere coule a flot et sert aussi a faire un petit rituel . On verse un peu de biere par terre pour former un petit trait puis on vide le reste sur une longue trainée perpendiculaire . Oui, cela forme une croix… On fait le tour deux trois fois pour voire les différents groupes puis on rejoins Tigrou, notre dessus de lit !
julipublic juliinstru julifanfare affichejuli
8 Décembre

Pluie ce matin. Un petit crachin avec le froid en plus , on fait peter les k-ways intégraux. Il est tot mais des groupes sont deja en train de se preparer (dimanche donc messe).

juliviellevelo julituya
On commence par une bonne montée de deux kilometres (oui, encore un sommet a 4 000m… pfff trop facile). On a une vue extra sur le Lac. S ensuit une descente dantesque de 6 km. Un grand bonheur.
yihooo

yihooo

Paysages superbes, longeons toujours le Lac Titicaca, avec montagnes enneigées en fond de panorama.
titicaca vue brd route vuedepartjuli
Pas mal de coin coin (Couinus couinus) et quelques flamands roses. Des anes aussi que l ont voit de plus en plus souvent. Braves betes.
anecalinou anepaysage
On nous annonce du plats pour la route, ce sera une succession de montées et de descentes – gentilles certes.

La frontiere arrive . Desaguadero, ville frontiere, chaotique et grouillante comme il se doit.

NOUS ARRIVONS EN BOLIVIE !!! Et devinez quoi ?
Allez donc voir sur le lien  BOLIVIE !
0 Commentaires

Cusco and Co..

1 Decembre

Victor vient nous rejoindre a l hotel. On part se ballader sur la « placa de Armas » ou Hadrien et Emma – cousin et belle cousine de Val – nous rejoignent. Il y a un gros défilé militaire . premier jour du mois oblige. Une section de demoiselles casquée attire notre attention ; aucune ne doit depasser le metre cinquante ! Sont petits ici. 
On va se boire une Chicha, boisson locale typique, a base de mais, sorte de Cachiri local pour les Guyanais qui connaissent. Le restau typico ou nous emmenne Victor est a l ecart des lieux touristiques, nous y sommes les seuls gringos d ailleurs… Hadrien y commande un « Cuy », un cochon d inde, courremment consomme ici. Il y a meme des « Cuyeria » ! Le Demi cuy qui lui est servi est peu ragoutant, disont qu on devine qu il a été tellement mignon…
hadriencuy

cuy bien cuit

cuy bien cuit

Hadrien lui le trouve plutòt a son gout ! On a une grosse pensée pour Jen et son Touitoui.
Balade dans Cusco, avec Victor comme Guide. On va voir les murs construits par les incas avec des poerres enormes parfaitements agencées et sans mortier, on visite le musée de la coca (on en profite pour faire quelques empletes dans la boutique du musée ; Truffes a la coca, cremes musculaire a la coca, bonbons a la coca, etc…).
La pierre a 12 angles .. sont fous ces Incas !

Emma et Hadrien devant la pierre a 12 angles .. sont fous ces Incas !

Enfin on va prendre nos billets pour le Machu Picchu. C est le coup de bambou : ils font raquer les touristes graves et pas d alternatives. On a qu a pas etre gringos…
Sur ce on se rentre et on doooooort !
2 decembre
Aujourd hui on a fait du taxi et on a failli mourrir plusieurs fois : les Peruanos conduisent comme des dingues !
On a fait les courses : Les tissus sont trop beaux, les pulls, les bonnets, les ponchos aussi, mais nous sommes a velos et nous vivons dans un pays chaud… Damned et Damnation verte comme disent certains !
Départ pour le Machu Picchu, Taxi, bus, train. Dans le train nous ne sommes qu avec des touristes : normal, il y a des lignes separees pour les puruanos et pour les touristes (nous on raque : normal…).
Le chemin est hallucinant. On suit le fleuve sacré de la vallée des Inca l URUBAMBA, qui fait rever Pierre (imaginez, des kilometres de pure classe 3, 4, 5  enchainé dans un paysage entre montagne et foret vierge…). Arrivée a Agua Calliente, le petit pueblo au pied du Machu Picchu. Notre chambre donne directement sur le torrent (Cl 5 bien tassé ici )
c est superbe.

On va se promener dans cette petite ville factice qui ressemble a un parc d attraction. La ville se deroule autour du chemin de fer, lui meme cale entre le torrent et la montagne. Des touristes partout, des restaurants, des boutiques de souvenirs, des hotels, ha, il y a quand meme un terrain de football – en synthetique svp !
N empeche que l atmosphere est particuliere, la ville est tres soignee, petites cascades, petits ponts de bois au dessus d un petit torrent qui traverse la ville, cascade d eau, lumieres un peu partout. Avec le temps frais, c est un peu ambiance de Noel…
3 decembre
Debout 4h45 pour etre les premiers en haut ! On file au bus apres un ti dej frugal. La route monte tres fort, une dizaine de lacets de plus en plus courts pour arriver en 30 minutes en haut. On retrouve notre guide et c est parti.
Le site est extraordinaire. Regardez les photos. l histoire du site on ne va pas vous la raconter allez donc voir sur Wikipedia ! 
Pour l ambiance, oui, il y a quelque chose de particulier la bas. Beauté et extravagance de la localisation de ce site, perché entre des monts pentus, enserré par un torrent sauvage, et pourtant un site qui semblait etre parfaitement fonctionel bien qu il ne fut jamais acheve (les guerres avec les conquistadores eloignerent les hommes du site qui periclita ensuite).
Bref, nous avons fait la visite guidee, puis avons fait l ascencion du mont Huayana Picchu et sommes redescendu se perdre dans les differents quartiers Avons terminé avec une drole de sensation d ivresse (fatigue ?) par une montée des terrasses Sud Est d ou le point de vue etait magique et ou nous avons passé un moment pendant que le site se vidait – un peu – de ses touristes. Retour engourdit par cette journée un peu hors du temps. Nous rentrons a Cusco sous une pluie bien chargée, les rues débordent un peu, nous nous ecroulons vite.
vue depuis le Huaynapicchu

vue depuis le Huaynapicchu

valmachupicchu tetevalmacchu

que de rire !

que de rire !

le beau caillou

le beau caillou

machupicchu lovepicchu

kikoolove

kikoolove

huaynapicchu

pfiou la pente est raide !

pfiou la pente est raide !

4 Decembre
De retour a nos contingences materielles  . Lessives, courriers, Blog… On profite de l aprés midi pour tenter de visiter le site de SacSayHuaman. Cusco est dans une cuvette et sur la montagne la plus proche se trouve des vestiges de fondations de constructions Incas qui auront fait dire au Espagnols que seuls des puissances occultes ou la magie avait pu permettre ce genre de constructions ! Les blocs de pierres sont en effet tellement enormes et tellement parfaitement enchassés que le methode de construction défient encore l entendement… 
groscaillou

groscaillou

Belle vue depuis la haut ..
Cusco et les montagnes

Cusco et les montagnes

En redescendant, par le petites ruelles mignones, on se fait le musé de l Inca, jusqu a la nuit. En fait le musée porte sur un peu plus que la civilisation Inca (qui ne s est developpee que du 12e au 15e siecle bande d ignards) et presente nombre de vestiges (beaucoup de poteries) que l on doit aux populations plus anciennes ayant peuplé la region.
Voila, normalement demain, nous quittons Cusco direction la bolivie mais avec encore quelques etapes peruviennes… 
A suivre…
6 commentaires

Les andes, les vraies !

25 Novembre

Apres une douce nuit ponctuee par les clebs se battant sous nos fenetres ou les camions stationnant moteurs allumes ou les gars racontant leur vie devant notre porte,ou le voisin de chambree qui s endort avec sa tele allumee a fond, on se dit que les murs en contreplaque de 4mm c est vraiment pas le top ! Mais en vrai on est tout content, excites comme des momes parce qu on attaque les andes pour de vrai ! On se leve, parcours les rues (la rue), buvons une boisson chaude a base de Quinoa (tres epais, sucre et parfume a l ananas je crois) et quelques petits pains a l avocat, au
fromage ou a l oeuf. Excellent.
Retour au bercail, rituel de l equipage du velo et Zou !!! A NOUS LES ANDES ! ANDES NOUS VOILA ! YOUHOU LES ANDES !

C est parti!

C est parti!

Bon, avec du recul, un truc aurait du nous mettre la puce a l oreille. Trois fois rien, un petit panneau, avec une voiture qui monte une cote a 70 pourcent… (je vous jure).

On comprendra plus tard…

N empeche que la journee commence bien, beau temp encore, et chaque virage laisse entrevoir un paysage toujours plus beau, toujours plus vertical, plus beau…

rivieremazuko

De nouveau on suit un petit torrent qui va devenir bien pentu jusqu a devenir innavigable (c est le kayakiste qui parle). N empeche, il y a de belles sections et si les momes de la regions avaient quelques kayaks ils pourraient donner quelques choses… Enfin…
On sort de l etat de Madre de dios indiqué par une grande fresque, ode a la biodiversite ; en plus c est un pont de vue sur la vallée en contrebas ou deux rivieres se rejoignent
: scéance photo…

adios madre de dios

adios madre de dios

On croise aussi quelques cascades perchees sur des flancs de montagnes, hallucinantes.

pierrecascade lovecascade

Bref nous passons notre journee la bouche bee et pas que pour chercher notre air… Nous sommes partis de 600m d altitude et on arrive le soir a 1600m apres 40km de route.

avant1ercampimg

On s arrete tot parce que nous tombons sur un chouette coin, toujours a cote de ce petit torrent, l ARAZA, entourés de grandes montagnes verticales, couverte encore de foret pourla plus part et lorsque la pente le permet. Au dessus du torrent il y a un systeme de traverse avec cordes et poulies. rudimentaire mais d aparrence solide. Il y a aussi
un stock de tuyaux de forage. Des gars passeront un peu plus tard deposer du materiel. Ils rechechent des gisement de diamants.

On a installe notre tente pour la premiere fois. pas vite mais on fait ça bien pour la premiere fois.

sitepremiercamping premieretente

On profite des derniers rayons du soleil pour aller se laver au torrent.

pierreriviereslip loveriviere lessiveriviereval

L eau est glacee, on fait vite ! Le temps se couvre et les sommets se retrouvent vite dans les nuages. Petit thé a la coca pour gouter. Rien de spécial , on machouillera ça
demain pour voir.fin de journee, un gros 4*4 viens se garer a cote de nous. GEOTECHNIC écrit sur la porte. Le gars viens nous voir etonné, on discute un momment. Les forages qu ils realisent ont aussi pour but d etudier la faisabilite de barage hydroelectriques. Vues les pentes et les debits on comprends. Le gars est vachement sympas et ous donne quelques infos sur la route. Il repart en nous souhaitant bonne chance et surtout bonne route !
La nuit est ponctuée d eclairs qui ne nous empechent pas de dormir. Petite pluie en fin de nuit. Reveil agréable dans ce paysage grandiose.

 

26 Novembre
Départ vers 8h00 apres pliage de la tente. Une fois de plus chaque courbe nous devoile une vallée plus belle, une montagne plus grande, un torrent plus impetueux…

paysageroutemarcapata

Les kilometres s enchainent, la pente est reguliere mais notre altimetre ne nous encourage pas beaucoup : Notre destination du jour (Marcapata) est a 3000m or apres avoir parcouru les 20km théoriques, nous ne sommes qu a 2350m… et toujours aucun village en vue. Ce n est que quelques kilometres plus loin qu un peu demoralisés, nous apercevons un petit village perché bien haut et une série de lacets aux pentes monstrueuses pour y acceder.

 

On est deja canné, les nuages arrivent, il y a du vent, il pleut et il fait froid. La petite suée qu on se prend colle nos fringues froides sur nous et lorsqu on arrive enfin aux premieres maison, un panneau nous indique le nom d un autre patelin… Nous levons un peu plus la tete et decouvrons sur la crete au dessus, legerement voilee par un nuage
 un deuxieme patelin. C est bien Marcapata, au bout de la pire des montees que nous ayons eu a faire. Pied a terre. On pousse les velos. Arrivee en haut, on pose une fesse : morts. On cause un peu avec les momes qui reviennent de l ecole dans leur beaux uniformes verts puis avec des gars poses la dans la brume qui traverse le village. Ils parlent Quechua ces cons la ! mais sont plutot hilares en nous disant qu apres c est pire, plus froid, plus raide…
On se trouve une hospedajeavec eau chaude, et on s ecroule apres une douche bien chaude (Pour Val, pierre lui aura de l eau froide…).

au dodo !

au dodo !

Bilan de la journee : 30km au lieu de 20, 1500m de denivele positifs, on dormira a 3130m d altitude. Des paysages hallucinants, des femmes en tenues colorees et aux chapeaux bizares.
PS : et nous sommes passe du T Shirt aux Polaires + bonnets

 

27 Novembre
Ouais : REPOS GRAVE !!!
Apres 6 jours de pedalade, on s octroie une petite journee de repos qui aura aussi pour objectif de nous acclimater un peu a l altitude. Programme ; bouffe, dodo et decourverte extraodrinaire et bienfaitrice des thermes naturellement chauds du petit village d en bas !

la route faite la veille

la route faite la veille

Meme si on hesite un peu a redescendre la cote collossale, on oublie tout en poussant la porte de cette grande cabane ou deux bassins fument doucement. D abord passage par une douche bien chaude puis plongée dans le bassin le moins chaud (l autre est definitivement trop chaud). Bonheur, bénédiction, extase !

thermespierre themesval
Depuis les baies vitrées on peu voir les paysages de dingues qui ont été sculté depuis des millénaires : des terrasses couvrent les montagnes allentours, bien au dela des
3000m ou nous nous trouvons. Pas une parcelle de terre n a ete laissee, tout ce qui etait exploitable l a ete, et dans des pentes de folie. Il faut dire que la terre est
belle (une fois debarrassée des roches qui servent de ñurets au terrasses) et les conditions climatiques finalement assez clementes.

chaud/froid

chaud/froid

Retour au bercail sur un petit nuage on se fait une petite ballade dans le village a la nuit tombante en apreciant les jolies vues … Que du beau … de quoi nous emmener pleins de belles images en tete au pays des reves !

marcap-val- marcappierrekeke marcapatavaletpacopine

 

 

28 Novembre

Tres belle journée, grand beau, ça donne envie d en croquer !

On s equipe et Zou !

On attaque par une grande descente, toujours sympa meme si le programme est plutot a la montee ! Notre objectif du jour, monter a 3700m d altitude. Et pas de soucis, ça monte ! Nous croisons quelques vaches, des chevaux et, O surprise !, un cycliste !Il s apelle Martin (prononcer « Martine »), il vient de Lima, et veut rejoindre la Pampa a velo. Il s est fait depose en voiture au col et  a essayer en vain de dormir la haut : trop froid. Photo souvenir et on se laisse a nos subidas et bajadas !

martin

 

On poursuit notre route qui suit son petit torrent. Paysages superbes et de plus en plus verticaux. nous sommes toujours en t shirt. On avance bien et on decide de pousser un peu plus haut. On croise nos premiers Lamas et Alpacas vers 3500m. Ils ressemblent a de grosses peluches et on a qu une envie c est de leur faire de gros calins (la temperatura baissant motive encore plus).

valetalpaga

On s arrete a 13h00 a 3967m ! dans une serie de S ou les Lamas et Alpacas paissent. Il y a un grand enclos circulaire en pierres avec une petite cahute ronde couverte de chaume (type de « borie » peruvienne). L enclos nous fera un bon abris contre le vent un peu frais a cette altitude. Le torrent coule plus bas, bien glace. On monte la tente au milieux des Lamas, elle est jaune petard, bien visible dans le paysage. Il y a des bebes alpacas avec leur meres, trop mignons

.tente4000matin

 

incakolaval

On aprehende un peu la nuit a cause du froid mais on será finalement ravi d avoir ete si bien sponsorise . BIG UP a Jen-Claude pour les duvet en plumes d oies, grands, doux, confortables, moelleux et surtout . CHAUDS ! et BIG UP a Nicolas et Anne Laure . Vos matelas sont tops et on y dort mieux que dans certains hotels !
dodo au chaud

dodo au chaud

On paiera par contre notre fougue de la journee ; nous avons depasse notre pallier (ne pas depasser 500m de deniveles positifs entre deux nuits) et on se paie un petit mal de crane (un gentil soroche quand meme) pour 900m dans la journee . on ne va pas se plaindre.
L effet des feuilles de Coca est relativement discret. cela appaise un petit peu peut etre. Mais pas de Lamas roses… 
La nuit petille d eclairs une fois de plus et une petite pluie nous reveille  aux premieres lueurs…
une nuit a 4000m ..

une nuit a 4000m ..

et un the tout chaud au reveil

et un the tout chaud au reveil

 

29 novembre
Les Lamas ne sont plus la, une dame est passee hier soir avec deux chiens qui ont regroupe le troupeau. Meme si on ne croise pas beaucoup de monde, il y a de la vie dans ces montagnes. Pas mal de betes semble en liberte mais on apercoit de temps en temps des bergers couches dans l herbe, d autres aui sans raisons apparentes courrent sur les petits sentiers etroits a flanc de montagne… Nous, nous sommes essouffles assez rapidement et l idee d un jogging en altitude nous parait pour le moins incongrues ! Les cultures en terrasses ont disparu et l on en devine plus que quelques traces.

On a mis quelques couches supplementaires , il commence a faire bien froid ! Il tombe quelques goutte et il fini par greler !!!
camonte
C est dur, il n y a pas a dire, sommes un peu a bout de souffle et nous poussons souvent les velos sur les dernieres grosses montees qui sont bien corsées. Il fait 7 degrés et les nuages qui nous traversent nous bruinent legerement. Les dernieres pentes sont faites sur le velo, un grand panneau indiquant le sommet  4725m !!! ça y est nous y sommes !!!
4725pierre 4725val
Petit craquage d epuisement et d emotion pour val … mais YOUHOUUUU ! on se fait une bonne « doudoune partie » (accolade chaleureuse ou seuls nos nez froids peuvent se becoter !). Pas de vue ou de panorama extraordinaires a cause des nuages, on remarque juste aue nous sommes etrangement entourés de tourbieres, grandes zones plates et humides tout autour. On ne se pose pas : Trop froid ! petite photo souvenir et Go !
tout la haut dans le froid
tout la haut dans le froid
On se lance dans la descente, ça file et on explose vite notre record de vitesse : 62 Km heure ! Quelle bonheur de voir les paysages défiler sans avoir a mettre un seul coup de pedale !
ca va descendre !

ca va descendre !

on va tout la bas en bas !

on va tout la bas en bas !

15 minutes plus tard, on arrive sur une sorte d altiplano marecageux. Il y a un petit pueblo qui nous rappelle que nous n avons pas mangé depuis ce matin. Il est une heure, on se pose manger une petite Truite avec patate rosées du coin. La truite est saumonee et les patates ont un petit gout de chataigne : Excellent ! La pression redescendant, on recommence a sentir nos corps, nous sommes cuits, mal un peu partout, la gueule nous chauffe apres le froid et le vent… Allez, il faut repartir, nous sommes encore a plus de 4000m et une petite nuit douillette nous ferait du bien. C est au moment de repartir qu on aperçoit le ciel noir au fond dans la direction d Ocongate notre destination (35km)… Partir ou pas ? prendre le risque d une grosse pluie qui pourrait finir de nous achever ?
Pierre regarde vite fait les denivelés supposés ; c est sensé redescendre tout du long sur les 35 km. On tente !!! Avec un peu de chance on y sera en moins d une heure. Descente, descente, descente : les paysages defilent de nouveau et la vie revient autour de nous, petits pueblos, premiers arbres, maisons d adobes avec toits en tuiles (rien a voir avec l autre versant des andes ) , Lamas et Alpacas partout, Torrents bleutés et plantations d eucalyptus, le ciel s ouvre un peu, la pluie ne tombera pas sur nous !
atention descente de velo

atention descente de velo

On arrive a Ocongate en un peu plus d une heure avec des images et des odeurs pleins la tete ! et une grosse envie de s allonger. Hospedaje, douche bien chaude, internet dans une salle surchauffée et bruyante et gros dodo, enfin !
30 Novembre  
On a regardé les cartes et non ; on va faire l impasse sur les 80 km qui nous separent de Cusco : Cela nous obligerait a repasser quelques beaux cols dont un a plus de 4000m… On choisit l option bus, vu notre etat ce n est pas un luxe.
On va sur la place d ou partent les bus. on discute avec un fabricant de chapeau avec  un bonnet assez extraordinaire .
artisantchapeauocongate
On engouffre nos bicloune dans le soute et go pour 3h30 heures de musique peruvienne en boucle !
on va par la bas en bas

on va par la bas en bas

Arrivée 14h30, on se trouve un hotel et on file se perdre dans les rue de Cusco…. C est joli comme tout
panocusco
love&kitch again

love&kitch again

On tombe sur une sorte de communion a la sortie d une grande eglise. Peuple pas possible et jet de bonbon, cotillons et pieces de monnaie dans la foule. Embouteillage, mais heureusement les policieres (des motardes en culotte de cheval !) veillent.
y en a qui rêvent d être un sifflet ...

y en a qui rêvent d être un sifflet …

On se rentre, dodo…

 

47 commentaires

Puerto Maldonado- Quincemil, l’entrainement

Parcequ avant de passer de l autre cote des andes il nous faut un peu d entrainement …

22 Novembre

Ha il ne pleut pas ce matin ! ptit glups rapide et a 7 heures nous sommes sur les velos, dans les files de motos et de touc-toucs qui speedent en tous sens. C est l heure de pointe et on se fait doubler bien colle serre, un peu chaud. Vite sortir de la ville !

promis !

promis !

Les longues lignes droites ne tardent pas a se deployer. C est du plat, du facile et on avance bien. On croise quelque champs de papaye, de bananes, de grands pres vert fluo, encore et toujours.

bananas

bananas

En passant devant un petit etal sur le bord de la route, une fille nous crie quelque chose en nous tendant des morceaux de papaye. On s arrete, elle nous offre chacun un enorme morceau de Papaye deja pelee, pret a etre avaler gouluement . On en profite pour discuter un peu. Elle s appelle Irene, nous a croise ce matin en quittant puerto et nous avait photographie avec son telephone. Elle veux savoir ou nous allons et roule des yeux lorsque nous lui parlons de notre periple. Elle a sa fille avec elle et il y a aussi une vieille qui a la peau tanee par le soleil. Un mec en moteau s arrete et s achette son quart de Papaye. On cause encore un peu, il nous confirme aque la route va etre tranquille encore un moment. Tout le monde est tres decontracte et on fini par se prendre mutuellemet en photo.

les papayes girls

les papayes girls

On repart, on est bien. Bien heureux ! Ensuite, on enchaine les kilometres. On galere un peu a trouver un endroit pour grignoter et du coup on a deja fait plus de 70 km quand on se pose enfin. Arrivee a « Alto Libertard » vers 15h30. On aura fait plus de 100km dans la journee !!! A notre arrivee, on est acceuillis par des Aras, jaunes et bleus, qui volent au dessus de nous, en couple. magnifiques.

Le patelin ressemble un peu a un village d orpailleur et les Hospedaje on souvent des murs de bache. On en trouve un en dur qui fait Cevicheria, avec une chambre grand luxe au lit immense !

king size !

king size !

 On se pose, la douche est extraordinaire, fraiche et on a bien crame aujour dhui… on va vite grignotter un morceau et Dodo tot on en a besoin !

Et un Inca Kola pour la route!

Et un Inca Kola pour la route!

 

23 novembre

Alle, aujourd hui c est tranquil .. on a qu une soixante-dizaine de Km a faire. Bon il parait qu il y a une montee sur la fin mais ca devrais le faire …

C est donc reparti  pour un tour .. on sort du village et on decouvre assez vite que cette zone est hyper exploitee par les miniers .. l or, toujours l or .. et une fois de plus on voit le carnage. Villages degueu, baraques en baches,  gueules patibulaires , petits cours d eau marrons et bords de route pleins d ordures …

tit village minier

tit village minier

Fuyons fuyons !

Seul petit moment mignon , la rencontre avec une gentille dame qui se ballade avec son perroquet sur l epaule. Son compagnon depuis 6 ans qui ne la quitte jama

copains

copains

On enchaine les Km, un peu plus difficilement que la veille, la fatigue, surement. Mais on s arrete a Santa Rosa, dernier vrai village ou on peut faire une pause manger avant l arrivee atendue a Mazuko. Bon plat bien consistant, comme d hab, et un peu dur de redecoller apres ca plus la fatigue. En plus il parait que la montee n est pas loin. Pas loin ? a peine sortis du village ca commence a grimper .. et pas qu un peu, ca grimpe ca tourne, ca grimpe ca tourne … elle est ou la fin ? premier craquage pour Val qui descend du velo. On pousse un peu a la main mais finalment, une pause, cest mieux ! il est midi, on manger comme des ogres, le thermometre du comteur velo indique 28 degres, pleins cagnard .. bref, conditions ideales pour ce genre d epreuve !

durdur ...

durdur …

 

Apres une petite pause on s y remet, on s habitue, on souffre, repose, redepart, repose. On arrete de croire qu apres chaque virage sera la fin … il n y a pas de fin… ou si, la notre ! c est duuuuuuuuuur ! mais  arrivent la descente … et la c est du bonheur, ca va tout seul, ca va tres vite, ca tourne, il n y a pas grand monde …

pierredescente

bon c est peut etre juste frustrant de se dire que si on descend tout ca il faudra le remonter .. et en effet il a fallu le remonter … et ce shema la plusieurs fois, avec un bonne partie de route en travaux donc circulation alternee et la pression des camions qui n ont pas la place de doubler …

(petits?) vendeurs sur la route

(petits?) vendeurs sur la route

Mais pour nous remonter le moral entre les montees, s offre a nous un beau spectacle: Les andes au loin, un riviere en bas. C est par la qu on va ! La riviere pour aujourd hui, les montagnes pour les prochains jours … Emotion qui prend le dessus sur la douleur !

En tout 200 metres de denivele a grimper et descendre …

Un peu avant d arriver a Mazuko on tombe sur un petit panneau « se vende chocolate ». pas d hesitation c est pour nous ! gens adorables qui nous offrent des bananes en plus pour reprendre du poil de la bete … mais en voulant gouter le chocolat on se rend compte que c es du cacao brute, pas sucre. vraiment dur a avaler ! frustration ? hmmm presque ! on trouvera un moyen de l arranger plus tard ! Il nous reste encore qques montees et descentes avant l arrivee: chouette !

chocolateee

chocolateee

 

Puis arrive enfin mazuko … petite ville un peu glauque , ville miniere, une fois encore, qui ne donne pas envie de rester. Mais c est notre ville etape, il faut dormir et on en a rever d y arriver , alors Zou !

Entre temps le pote de Victor avait fait livrer notre petit colis dans une agence ici. on s empresse donc d y aller et on decouvre avec joie notre petit rechaus a gaz tout beau tout neuf qu il nous a acheter! merci merci merci a lui !

Ayant eu un petit apercu de ce que sont les montees, il faut l avouer on a un peu peur pour la suite … 4700m a monter, ca risque pas d etre du plat ! du coup on decide de faire faire le chemin inverse a ce joli carton avec des affaires a nous a la place du rechaud.. petit tri et hop on reussi a envoyer4-5kg vers Cusco, cest toujours ca de moins a porter …

 24 novembre

Depart tardif ,7h45,il fait deja chaud. On a eu des croissants et un jus de fruits frais au petit dej : extra.

Notre tentative de se faire un chocolat chaud n a seduit que pierre et encore… On se resout a abandonner notre tablette qui ne survivrai pas a la chaleur… et en route !
Tres rapidement le paysage change, ça devient vallonne et on longe une grosse riviere, l inambari. La route suivra en fait la vallee toute la journee. Il fait beau, les paysages sont vraiment de plus en plus chouette et in en oublie un peu les cotes (qui ne sont d ailleurs pas si terribles que ça).

On passe les 500 Km au compteur ! youplaboum !

 

500saut

500 km

500 km

 

A midi un orage tonne au loin et le ciel se couvre. On s abritte dan une ecole deserte (c est dimanche !).

ecole squatee

ecole squatee

Petit repas puis redecollage pour terminer les 20 km qui nous separent de Quince Mil, veritable « Pieds des andes » ici. On apprehende un peu puisqu il va nous falloir monter une solide cote pour arriver la bas et on n est pas deçu ; ça grimpe sec. Mais petite surprise, arrivee en haut, une vue superbes sur les Andes ! enfin elles sont bien la !  de notre point de vue on voit la foret aux pieds qui reste de la belle jungle comme on connait et comme on aime mais derriere… Woufff : on n en aperçoit encore que les debuts mais, ça monte, c est beau,  c est grand ! Les Andes !!!

descennnte

descennnte

Emotion… On redescend ensuite une bonne section pour arriver au village qui est en fond de vallee. Il y a plein d Hospedaje autour de la rue principale. Premiere, personne, deuxieme, complete, troisieme, complete, etc… Il y a apparemment de nombreuses entreprises mini

eres qui logent leurs employes ici. Petrole, or, diamant… on fini par trouver de la place dans des caisses en contreplaque et sans eaux chaudes… Erf il fait frais et la douche va etre sport !

le grand luxe !

le grand luxe !

On se fait quelques courses, soroche pills pour le mal des montagnes, feuilles de coca, de quoi manger…
grignotage et dodo !

8 commentaires

Premieres journees de velo !

Ola desde Peru !

15 Novembre (suite de « Bresil »)

Premier accueil froid au poste Peruvien. Agents endormis pensont nous… Puis trouvons un Hospedaje pour dormir.
Hou qu il est bien decore cet Hospedaje ou de nombreux poster du Christ et les images pieuses se partagent les murs avec des posters de filles nues deguisees en cowboy !
Love bon gout

Love bon gout

La encore l accueil est limite hostile. Village frontiere ou les etrangers sont peut etre particulierement insuportables ? Ce qui nous rassurera, c est les deux frangines de Cuzco qui bossent a cote et qui seront adorables et hyper enthousiastes elles. Ca fait du bien !!
Val va voir le docteur qui diagnostique une dengue (On est beau…). On decide de se reposer une journee complete le lendemain et de ne repartir que le 17… On en profitera pour faire des lessives, Internet, etc…
16 Novembre  Repos !

 

17 Novembre

Ca Y est ! On part pour de vrai a velo ! wooouhoooou!

reveilles depuis 5h, il fait deja jour, il pleut. On s active, encore un peu patraques mais on en a trop marre pour rester ici. On fixe les retros et Zou !

Contents donc d entamer notre premiere section de soixante km entre Iñapari et Iberia. En partant il fait frais, limite froid .. le temps restera couvert et ce n etait pas plus mal.

Une succession de subidas et de bajadas (montes et descentes) dont certaines etaient assez dures. la route etait bonne et on a mis 6 heures pour faire ces 60km… Oui, velo charges, on ne va pas bien vite. On a fait une pointe a 43km /h dans une belle descente mais on tombe a 10 – 12 sur du plat voir a 6km/h dans les grosses cotes !

bajada y subida

bajada y subida

 

Truc marrant, alors qu on se faisait une petite pose,  un groupe de peruviens sort de foret et arrive vers nous… alors qu on allait repartir on entend alors crier « Valentineeee ».

C est quoi cette histoire ? Et bien tout simplement Victor !!! le botaniste avec qui Val avait bosse sur la station des Nouragues il y a un an. On savait qu il travaillait dans le coin mais d ici a tomber sur lui au milieu de nulle part…

Victor

Victor

 

Sinon, on a traverse essentiellement des champs, de grandes etendues ouvertes avec quelques fermes. De petites parties forestieres, meme si la foret n est jamais vraiment tres loin a l horizon. Quelques vols de Aras, et ce qui nous a semble etre des conures, un Caracara qui nous est passe juste devant et un bas fond avec une trentaine de Hoazins !!! beaucoup d oiseau en fait, c est l avantage du velo, pas de bruits, pas trop vite !

Hoazins peu farouches

Hoazins peu farouches

 

Nous commes dans la region de Madre de Dios et on rencontre pas mal de panneaux montrant l investissement pour la protection de l environnement (medio ambiente )

premier panneau rencontre au bout de qque coups de pedale

premier panneau rencontre au bout de qque coups de pedale

 

Les 10 derniers Km sont durs : la temperature de Pierre fair un bond. L arrivee a Iberia est une fete et les villageois nous lancent des fleurs … (Debut du delire de Pierre)

belle journee donc qui se finira precipitament pour Pierre qui chut fievreux dans la premiere Hospedaje rencontree: la Casa Blanca

18 Novembre

Niveau sante, pas mieux : grosse fievre pour Pierre, donc on est reste ici dans ce petit village d iberia pour se reposer. Pas la grande forme tous les deux et ca nous fait suer de commencer dans cet etat…

les fievreux

les fievreux

 

Sinon, aucun doute possible, nous sommes bien au Perou ! C est con a dire mais les gens ont vraiment des tètes de Peruviens ! Quasi pas de voitures mais enormement de motos et des tricycles, sortes de motos avec deux roues a l arriere amenagees pour transporter homme ou materiel. Pas besoin de permis pour ca et surement meilleur marche qu une automobile.
Il y a pas mal de petits commerces mais avec peu de choses a vendre. On a tout de meme fait des provisions pour la prochaine etape jusqu a puerto Maldonado, etape qui devrait nous prendre 2 ou 3 jours. Voir encore si nous partons demain ou  pas…

 

19 Novembre

Comme disait Bernard Lavillier : “On the road again again !!!”.

Depart   a 7h00, toujours pas en grande forme mais il faut bien advancer ! On croise des vaches qui gambadent joyeusement sur l asphalte en riant : “Meuh” ! Séance photo avec les copines …

velovaches vaches sautvaches

puis nous devorons cette route a deux voies, cette bi-route donc, enchainant les kilometres a des vitesses vertigineuses (tenez-vous bien, non mais tenez vous bien quand meme, 51Km/h !!!! Annie Longo n a qu a bien se tenir !!!) et nous arrivons a 11h15 a Alerta, 50km plus loin ! ou – pour feter ca (et Parce que Val refuse obstinement de preparer le petit gigot d agneau que Pierre reclame gentiment pourtant lui qui est si mignon en plus) Bah pour feter ca, on se paye un ti resto ! (Poisson grille, riz, frijoles et Sopa pour Val). On nous sert aussi des boissons a base d orges, sucrees, fraiches, pas mauvaises du tout !

Petite pause avant de repartir (occasion pour Val de prendre une glace au chocolat au marchand ambulant qui parcours sans fin les 800m de la rue principale de ce petit village d Alerta). Qu elle ne se plaigne pas si elle revient obèse apres…

Malgres la fatigue et le feu dans nos cuises nous avalons gouluement les kilometres tels un Diable de Tasmanie goberait des petits canetons mignons… Ou alors des petits chatounets…

Nous evitame de justesse une “bonnegrossepluie” que nous laissate passer vers l Est et poursuivimes notre route vers le Sud. Croisons des petits villages, quelques cultures, Mais, plus rarement du Manioc, de grandes et belles forets et toujours ces interminables paturages plantés de cette herbe drue qui pousse vert fluo.

le joli retro

le joli retro

 

Une heure plus tard, nous entrevoyons la possibilite d atteindre “Mavila” qui est a mi chemin de Puerto Maldonado, avant la nuit. Il fait frais, nous n avons plus trop mal nulle part, les douleurs aux genoux se sont dissipees . on tente ! La route est toujours aussi bonne et les plats se succedent pour le plus grand bonheur de nos mollets de coq naissants. 1h30 plus tard, nous y sommes : Yess : 90km d avalés pour cette 2eme journee ! Trouvons un Hospedaje a 20 soles – Tres Western et mangeons une bonne soupe. Dodo sur nos couvertures animalieres.

etirements-emotion

etirements-emotion

 

20 Novembre :

C est motives comme jamais que l on reprend la route en direction de Puerto maldonado. On nous as dit que cette partie etait plate donc si on assure bien on devrait y etre dans la journee … ce ne sont que 80 km, donc 10 de moins que la veille !

Youpi, ca roule bien … on avale donc les Km sur cette jolie route asphaltee ou on continue de croiser ou de se faire doubler par divers types de gens : les etonnes qui se demandent ce qu on fait la, les enjoues qui nous offrent de beaux sourires et bien souvent un pouce leve, les blases, beaucoup moins nombreux qui nous regardent comme des extra terrestres … mais quasi tous nous gratiffient de coups de klaxons qui nous donnent toujours plus de courage !

interdit de doubler

interdit de doubler

 

Mais parfois les elements sont contre nous …et la ce fut la pluie. Une mur devant, un mur derriere …. on reussi a rester entre les deux pendant un moment mais ça ne pouvais pas durer. Ouf on trouve une super abris : une petite tole sur deux poteaux et un banc, parfait ! a nous 4 on tient tous juste et ca nous permet de tester l etanchehite de nos saccoches. Pour se rechauffer on se met a se preparer un petit thè… RHAAAAAAA : le rechaud fuit a fond ! la pompe du rechaud essence que Pierre a emprumte a une copine est un tout petit peu different de l original : c est mort pour le thè… et il faudra retrouver á a Puerto Maldonado parce que hors de question de manger froid avec les temperatures la haut ! Galère… en attendant, on se prepare une petite salade et on grignotte dans notre abris de fortune.

 

concombre sous la pluie

concombre sous la pluie

ca met un mommet a passer mais on fini par repartir sous une petite bruine gentille.

biquettes

biquettes

 

Le reste de la journee est calme et nous arrivont a Puerto Maldonado vers 15h00. Il y a un Grand Pont a haubants orange que nous passons le sourire au levres (en vrai on sert les fesses : ça monte pas mal et il y a un peu de traffic. Ça nous change des trois motos croisees par heures). On va dans le centre et on se trrouve une hospedaje sympa – mais sans eau chaude… erf… Nous les tropicaux, on aimerait bien se rechauffer un peu les os… il fait moins de 23 tout de meme !!! et la fievre rend cruelle l epreuve de la douche froide.

Nous sommes bien a plat mais heureux de ces 80km parcourus. On file au Cyber cafe et Pierre va faire une lessive et chercher un rechaud de remplacement (sans en trouver d ailleurs…).

a 20h00 on rejoint Victor et son equipe qui son rentre aussi sous la pluie a moto. Limonade puis boite de nuit ou nous ne faisons pas long feu…

 

21 Novembre

Nous sommes toujours a Puerto et il pleut sa race comme dit Val cette sale jeune…

Mission rechaud et nous repartirons demain.

—-

21 Suite et fin
Finalement impossible de trouver un rechaud a Puerto Maldonado. On
profite tout de meme de notre apres midi pluvieu pour se faire le tour
de la ville, aller manger un petit morceau au marche (Soupe, riz,
banane ou morceau de patate douce et poulet frit). Que ce soit le
matin, le midi ou le soir (respectivement Desayuno, Almuerzo et Cena),
c est toujours tres consequent et on ressort bien calles !
On passe par la tour que les gens appellent ici l obelisque et dont le
nom officiel est "Mirador de la biodiversitad" ! Il est vrai qu au
hasard d une volee de marche nous croiserons quelques photos de forets
ou de Caiman... Mais rien de folichon. Un grande tour qui a au moins
le merite de donner un point de vue superbe de la ville de Puerto
Maldonado. En bas ca fourmille, le marche n est pas loin et le ballets
des motos et des taxi touc touc est incessant.
panopuerto
fakir sur mirador

fakir sur mirador

 

 
Le soir Victor nous retrouve et nous allons manger des glaces au
Cupuacu : Excellente. Il en profite pour telephonner a un copain qui
depuis cuzco, nous trouve et nous expedie un rechaud pour Mazuko, une
ville ou nous passerons le surlendemain : Merci Victor !!!

copain!

copain!

 

57 commentaires

Wwoofisrael |
Koss7338 |
Garcinia Cambogia Extract |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coline et Zeubi au Canada
| Lisepoisblaud
| Agadir Excursions