Archive | Patagonie (chili-argentine) Flux RSS de cette section

Des images qui bougent

Image de prévisualisation YouTube

Après de longues heures de tri des 632 millions ( environ)  vidéos prises lors de ce voyage, voici un petit film compilant des moments émotion de l’aventure, avec finesse et volupté, comme à notre habitude !

A disfrutar sans modération !

1 Commentaire

Le retour

26 Fevrier

Aujourd’hui ca y est c’est le dernier jour …

il fait gris, un peu dans nos petits cœurs aussi…

1velorangé  2cartons

 

Nous avons la chance d’avoir un ciel ultra dégagé qui nous offre des vues superbes sur les glaciers et montagnes qu’on a pu voir d’en bas .. on en découvre ainsi l’immensité ! époustouflant

 

 

3glaciers 4glacier 6glacier 7torresdelpaine 8glaciers 9montagnesrio 10montagnes 11montagnes 21volcan

 

De l’attente dans l’aéroport … on trouve des nouveaux jeux !

 22stylobarbes  

 

Punta Arenas –>Santiago , puis Santiago—> Sao Paolo ou nous débarquons a 1h30 du matin avec grand besoin de dormir … on fait comme on peut

 

24

 

27 février

une nuit et une journée d’attente à Belem pour le dernier avion

23pierredodo

28 fevrier

Arrivée a Cayenne en plein carnaval !

Copine Jen est la et nous met dans le bain .

25rivé 26avecjeen

 

Vélos remontés, c’est parti pour un petit parcours semé de surprises jusqu’à la maison !

27enselle 28guyanepasperou 29touloulou 30bougounid

 

Petit grage en entrant à la désirée ..

31grage

 

32pedales  3310m

et les coupains qui nous attendent ! Merci les coupains !

 

34maison

15 commentaires

Torres del Paine et encore plus au sud

 

21 fevrier

Vent de ouf toute la nuit. Sommes surpris que la tente ai tenu le coup. Ce n’est pas le cas pour beaucoup d’autres campeurs contraints de se réfugier dans la salle commune/cuisine, pour finir leur nuit. Les tentes rendent l’âme, arceaux ronpus sous les rafales de plus de 80km/h. La pluie se joint à la fête mais la aussi notre tente de location tient le coup.

Bref, surprise au révil, beau temps , toujours très venteux, certes, mais beau temps.

69campingreveil

Ti dèj dans la salle commune puis plions les affaires car il faut rendre la place.

Départ sous le soleile et le vent.

70balademontagne

De grosses bourasques poussent l’écume des vagues d’un lac , la soulève en brume un peu partout au dessus de l’eau turquoise .. c’est beau !

71lacvent

Commençont notre randonnées « la valle del frances » en longeant ce beau lac face aux « cerro del paine »

72arbremotspierre

A gauche le cerro Paine grande et le glacier del Frances.

 

Longeons le lago Pehoe et arrivons après moins de 2heures au petite torrent qui reuse la valle del frances.

73riobo

Un pont de corde nous permet de le traverser. Pas plus de deux sur le pont, ca bouge pas mal et on arrive de l’autre côté au camp de base « el italiano »

74pierrepontsuspendu

 

75piaf

76valfeuillecouleur

 

De la partent les randonneurs pour la Valle del Frances. Nous y faisons la popote rapidement puis délesté de nos affaires nous commençons la petite grimpette, rencontrons quelques cascades, traversons de belles forêts pour arriver à un beau point de vue ou l’on se pose un moment pour profiter du spectacle.

87pierrefleures 86fleurroses

77fakirglace

 

deux glacier à notre gauche, une cascade qui ne coule jamais , le vent très fort souffle sur l’eau qui part à 90° et se vaporise dans la vallée.

A droite les cuernas del Paine, les pains de sucre monumentaux et des montagnes bicolores. Blanc du pluton granitique et noir des shistes argileux.

81bicolor

78vallefrances

 

Redescendons sous le soleil avecde bonnes bourasques de vent. Arrivons au camp après une bonne journée de balade, un peu fourbus mai heureux! …

83vallefrances     82valbicolor    79torrespaine

Attendons pour savoir ou nous pouvons dormir ce soir, beaucoup de tentes sont réservées. Passons la soirée attablés dans la cuisine commune du camping à papoter avec diverses gens au milieu du brouhaha des centaines de campeurs qui comme nous papotent et papotent.

Passons un bon moment entre autre avec un Néo Zélandais, Sean, amateur de rugby (of course!) et de whisky et Eduardo, brésilien controleur aérien qui parle mieux anglais qu’espagnol. rencontre furtive avec deux américains fous venant de Las vegas et qui collectionnent les plats lyophilisés en prévision d’une catastrophe nucléaire ou d’une attaque de zombie !

Apprenons à 22h que nous pouvons dormir ici, dans la cuisine. 23h tout le monde a enfin évacué la place, il fait bien chaud dans la cuisine . petit coup de balais et on s’installe a côté de 4 rosbeaf bruyants que Val fini par calmer, épuisée ! Dehors ca souffle et un couple nous rejoindra dans la nuit : carpa muerta !

N’empêche qu’on dormira mieux que sous une tente! Le vent dingue dehors secoue tout violemment et nous dormons sur une parquet de bois chaleureux.

 

22 février

Levés aux aurores, petit dej et décollage pour le sentier « grey ».

Nous nous engagons sous un petit crachin dans une petite valle que nous remontons avec nos petits pieds. Passons un premier col, le vent nous offre de bonne bourasques déséquilibrantes.

Nous nous retournons au hasard d’un virage pour apercevoir quelques gros glaçons bleutés dans le paysage grisouilleu du matin. Des putains d’Iceberg ! C’es gros c’est d’un blanc bleuté, c’est magique, c’est super !

84valglacons

Cette balade nous fait longer un grand lac aux eaux grises. Traversons des forêts aux arbres rabougris, petits troncs, forêt basse. Passons aussi dans des forêts calcinées. Toujours cet incendie de 211 qui a décidemment fait des ravages. Crapahutons un peu sur des flancs abruptes avant d’arriver au refuge. Au bout du sentier, une vue sur le glacier Grey, un autre glacier géant qui glisse lentement dans les eaux du lac. une grande ile divise le flux de glace en deux.

85glaciargrey

La encore, de gros iceberg flottent , s’accumulent , poussés par le vent, au fond des petites criques.

 

88glacons   80valglacos

 

La pluie et le vent ont repris et nous ne resistons pas longtemps. Autant il est possible de rester des heures à profiter du spectacle, des craquements de glace, des chutes spéctaculaires de bloc dans le lac, des reflets bleutés dans les circonvolutions de la neige et de la glace sculptée par le vent et l’eau , autant avec ce vent froid et chargé de crachin nous choisissons de rebrousser chemin.

3h30 pour le retour, les pieds font un peu mal dans nos chaussures à 4sous.

Une des godasses de Pierre est d’ailleurs ouverte devant et sourit à chaque pas devant son repos éternelle, proche

 

la navette arrive en même temps que nous. on récupère nos affaires et on saute dedans.

Re petit tour en bateau dans lequel nous nous endormons tous les deux. Arrivés de l’autre côté du lac on demande a un chauffeur de bus q »il peut nous emmeneer jusqu’à Cerro Castillo chercher nos Bicis puis nous emmener tous les 4 jusque Puerto natales … inespéré , le mec est super sympa et accepte sans problème ! youpi !

Voila une journée de vélo vent de face évitée ! Super d’être tombés sur lui. Arrivons vers 22h à Puerto natales et trouvons une hospedaje pas trop cher et vraiment sympa. lits superposés dans une chambre partagée mais il est tellement bon de dormir dans un bon lit bien ferme avec des draps tout propres qui entent bon qu’on s’endor vite comme des bienheureux .

 

23 fevrier

Au réveil, un bon petit dej nous attends et le proprio de l’hospedaje est au petits soins! Notre bus pour Punta Arenas , dernière ville à atteindre, est a midi. On à donc la matinée pour se la jouer tranquilou et commencer a faire du tri dans les affaires. Quittons le gentils monsieur et embarquons dans notre premier bus qui est ceertes plein mais accepte nos bikis sans aucun problème ni pesos à payer en extra ! youpla ! la route n’es quasi que panpa et on la regarde défiler sans trop de regret.

Arrivons a Punta Arenas . un peu d’émotion. il fit beau mais frais. Nous équipons les vélos puis en route dans les rues de la ville pour trouver où dormir le soir. C’est un joli brin de ville, propret, avec beaucoup de petites cases de bois modestes mais soignées. Au coins d’une rue on nous indique une hospedaje ou nous pouvons trouver un endroit ou planter la tente. c’est l »Hostal Independencia » ou la petite cour abrite déjà 4 à5 tentes. Ambiance sympa avec beaucoup de backpakers et acceuil chaleureux d’Alphonso. il nous donne pas mal d’infos sur la ville et Eduardo, le « doyen » de l’hotel ( bien jeune en fait) complète et nous indique comment aller voir les fameux pingouins ! Oui! Nous voulons voir des pingouins !

On plante la tente et on repart aussitôt pour aller silloner la ville avec nos vélos à vide.

il fait toujorus aussi beau et aussi frais mais c’est super agréable ! il nous faut peu de temps pour tomber sous le chamre de Punta Arenas. C’est beau, simple, agréable, c’est calme commeun dimanche ( c’est dimanche !) et il y a du monde dans les rues , sur la place. On file longer la mer. De belles vagues et des cormorans en pagaille et que nous prenons d’abbord pour des pingouins ( vu de loin ils sont noir et blanc et se tiennent droit … ils nous cherchent ! )

89cormoranpunta

 

beaucoup de gens sont là à se ballader comme nous sur les quelques Km de digue. Val est contente parce que ça sent la moule comme à Wimereux et parcequ’il fait beau et froid comme pour une journée d’hiver la bas, sur la côte d’Opale !

Il y a énormemnt d’équipement sportifs sur cette digue, de quoi faire son « parcours de santé » avec différents agrès, un skate park ou nous passons un moment a regarder des jeunes qui font des jolis sauts en BMX, des terrains de basket, et une piste cyclable quilonge la digue et donc la mer.

90pierresport 91pierresport2

On est dimanche, il fait beau, ça sent els vacances ( et la moule, mais ça on l’a déja dit !)

Retour à l’hostal independencia ou on se lance dans un long papotage avec Eran et Martin, respectivement Israelienet Tcheque, motard et Backpaker.

 

24 fevrier

Ce matin nous devons trouver des cartons pour envelopper nos petites bikis. Pas évident mais une bonne occasion de se balader encore à vélo dans la ville. On trouve quelques petits cartons mais, ça on vera plus tard prcequ’on est tout fou : cet aprem on va voir les pingouins !

Le petit bus arrive a 16h et c’est parti pour 1h de route et de ripio opur arriver à la « pinguineria » , la colonie ou sont ces famuex pingouins ( manchots, en vrai , mais pingouins, ça sonne mieux, et eux, ils disent comme ça !)

devons traverser une propriété privée pour arriver à la reserve et le proprio prélève 1.5€ / touriste pour passer sur son terrain. Il a même construit une autre piste ) côté pour aceder à la concession minière qu’ily a un peu plus loin . Vive les servitudes de passage !

Arrivée à l’entrée de la réserve, on file sur le sentier et 10 minutes plus tard on voit notre premier couple de pingouin paisiblement installé à quelques mèters du sentier, occupés à se toiletter et se papouiller mutuellement.

94pingouin 93pingouins 97pingouin

 

Poursuivons jusqu’à une petite structure en bois type observatoire, a 50 mètres de la mer et donnant sur une petite plage ou une cinquantaine de pingouins de magallenas sont groupés à quelques mètres de l’eau. ils partent en début ou milieu de journée pour aller pêcher ( petits poissons, mollusques, crustacés) et reviennent le soir pour se reposer au sec.

On voit les petites tête émerger à quelques mètres du bord puis les pingouins s’extirper de l’eau, se mettre debout et se dandiner vers les groupes déjà arrivés.

 

      99pingouinreflet    95pingouins

 
Parfois un groupe se détache et fait l’ascencion vers la terre ferme. Seance dandinage collectif, démarche de culbuto qui rend ces bêtes bien sympathiques

 

98pingouins

Passons un moment à regarder ces petits bestiaux ( 70-80cm de haut) , émus. Puis nous nous rendons compte que le temps est passé vite et que le bus doit nous attendre! Prenons le temps qund même de papoter avec quelques oiseaux assez coopératifs pour ce qui est de la pause photographique.

 

100piaf 96piaf

 

Retour en speed (un voyageur doit prendre l’avion et est limite sur le timming) et chipons des cartons en passant devant le magasind e vélo. Le cartone st plein des poubelles du magasin et  nous faisons des heureux a l’hostal en triant le matériel réutilisable.

Passons un moment a papoter avec Moïse et Anna, un couple d’español ayant commencer a voyager un fois tombés au chômage pendant la crise,e t qui maintenant n’a plus aucune envie de rentrer. ils sont bien plus heureux sur la route et n’ayant aucune date de retour ils prennent le temps dans les villes qu’ils apprécient et vivent au jour le jour. Ils nous font un peu rêver!Leur vélos et carrioles sont fait avec des matériaux récupérés, recyclés, bidouillés !

Ils viendront surement en Guyane un jour .. et nous les attendons , que ça soit dans 6 mois ou 6 ans !

 

25 fevrier

Tour en vélo, une dernière fois. Allons chercher des cartons (encore !) mais à la zone franche cette fois. Nous en profitons pour faire les boutiques. Nous n’achetons pas grand chose, un sac pour le voyage retour et des cordes de guitare. A vrai dire, ces temples de la consommation nous rebutent un peu. L’après-midi , visite du musée Sellesiano, musée foure-tout tenu par des curés. on y voit en vrac , la faune locale affreusement taxidermisés, un peu de flore, quelque vestiges historiques et objets de la vie des peuples autochtones aujourd’hui décimés: fauteuil ayant accueilli le « saint siège » de Jean-Paul II lors de sa visite de 1987, bondieuseries diverses et histoire géologique du pays avec découverte du pétrole et force maquettes de distillerie … fuyons ce musée sombre qui nous donne envie d’un grand bol d’air pour aller traverser la ville une dernière fois à vélo.

101skqtepqrk

Passons ensuite à la phase démontage des vélos et mise en cartons. On scotch tout ça et ça nous émeut un peu.

1velorangé

Passons la fin de la soirée a manger avec 2 couples de français, guitare, accordéons et pinard chilien

71 commentaires

Patagonie mon amour …

14 février
Bonne fête Val !

Faisons l’amour trois fois pour célébrer cette journée de l’amour ! 5 minutes après Valentine se réveille  et va préparer le petit dej…

En vrai, on sait jamais trop quel jour on est alors bon la saint Valentin …!
Décollons rapidement. Il fait super beau dehors mais aussi super frais ce qui nous motive pour se bouger. Le sentier est toujours difficile mais on descend plus qu’on ne monte. Passons plusieurs ruisseaux. Dur de ne pas se mouiller les pieds. D ailleurs on les mouille… Aglaglas !

 

24foretmontagne       25pierrepassagerio
Croisons 3 cyclotouristes français en pleine montée dans ce petit layon ; dur pour eux. Bon ils ont l’air habitués aux plans galères et viennent de se taper 400km vent de face depuis Punta Arena !
Nous poursuivons, nous extasiant tous les 300m a chaque fois que, au travers d une trouée, nous apercevons le Fitz Roy sur fond azur. El lago del desierto reflète par endroit son imposante stature.

27vueouflacfitz  26pierrelacfitz
(Attention, la phrase prochaine est à dire a voix haute pour plus de fun)
Croisons deux papys teutons barbus sympas dans la montée. Courageux ! Ils nous disent que nous touchons au but !

5 minutes plus tard, nous  arrivons en vue de la baraque des douanes sur les abords du lac.

Ce coin est un petit paradis isolé, camping au bord du lac avec vue superbe sur le fitz Roy.

28lagunadesierto

Formalités et nous nous préparons un thé sur le bord du lac. A l’occasion nous nous faisons un nouvel ami chat. « maouh » le calinou.

30chat 29chatcopain

Bref !..

Mini session pêche pour Pierre qui a emprunter la cane du mec du bateau .. l’eau et tellement claire qu’on pêche à vue ! Mais ca ne donnera rien, 5 minutes, c’est quand même peu !

31pierrepeche
Retour en bateau, ciel bleu parfait, croisière de couleur : bleu du col, orange des montagnes blanc bleuté des glaciers … 1 heure de traversée.

Arrivée et petite session pédalage pour nous réveiller de la torpeur du voyage motorisé.

Repas a l’ombre mais accompagnés de nombreux taons contre lesquels nous nous battons vaillamment. En tuons plusieurs avant que ceux-ci ne capitulent.
Puis ripio… du ripio bon au début puis du ripio bien gros, du ripio pour ne pas regretter pour ne pas oublier … Cette piste nous fait lentement tourner autour du Fitz Roy. Vues magnifique de la bête et ses alentours.

32pierrecontent  36pierrepouce 35riomontagneneige 34fitzroy

Nous entrons alors dans le parc National Los Glaciares . Piste longue et arrivée enfin a El Chalten. A peine posé le pied a terre qu’un barbu s’approche de Pierre une chope de biere à la main : bienvenido !Merci a Dany qui lui aussi a un jour été acceuilli comme ca après une grosse journée de vélo et qui nous laisse comme missiond e perpétuer cette chaine !

37pierrebiere
Montons ensuite à la maison de Florencia. Il y a déjà quelques tentes dans le petit jardin derriere sa petite maison.

Flore est toute souriante et toute gentille et n’a pas l’air perturbée par la dizaine de cyclotouristes qui sont de passage chaque jour chez elle. On va ensuite en ville manger un petit quelquechose. Posons dans un resto et … cher et très moyen. « il faut le dire quand on se fait enculer » V. Alt, 17/02/14. >bref, dodo car demain une belle rando nous attend.
Ps : ciel parfaitement bleu,pas un nuage depuis 3jours et des temperatures à 25°C (habituelement le max est de 16). Les gens sont en t shirt , euphorique, c’est l’été ! Il parait que demain sera le dernier jour, il faut en profiter !

15 fevrier
Grand bleu, soleil, partons tôt pour une marche vers le Fitz Roy.

Ca grimpe vite mais gentiement , jusqu’à un premier point de vue sur la vallée immense.

38valleeelchalten

El Chalten est juste à côté d’une falaise gigantesque devant laquelle coule un large rio bleuté. Traversons des forêts d’arbres «natifs « , beaucoup de bois tombés et d’arbres morts donne un air bizarre à cette forêt.

Il y a déjà du monde sur le chemin mais plus loin nous découvrons deux zone de camping d’où partent pas mal de randonneurs. Cela permet de faire le sentier en plusieurs fois et de profiter un peu plus du parc.

Apreès 2h30 de crepahute gentille, arrivons devant un panneau d’avertissement. Il reste une bonne heure de randonnée réservée aux personnes ayant une bonne condition physique. Le Fitz Roy est déjà bien visible et nous avons un temps exceptionnel , ciel bleu, les montagnes qui habituelement sont dans les nuages sont aujourd’hui bien  découvertes.

39refletfitzroy

En y regardant avec attention, la fine ligne qui monte vers le mont est peuplé de nombreuses fourmis qui y cheminent .. Damned! ce ne sont pas des fourmis mais bel et bien des gens et c’est le chemin qui monte tout la haut ! impressionant !

Ca monte dur et pendant un moment. 1,5h sous un cagnard à grimper nous fait mieux comprendre le niveau de difficulté noté au début du sentier « «moyen/difficile » qu’ils disaient ! Mais on y voit de tout : des marcheurs qui foncent sans dire bonjour a personne aux papis/mamis qui y vont à leur rythme avec beaucoup de courage cherchant en vain des petit coin d’ombres pour se reposer.

40pierremonte
Arrivée en haut impressionnant.. pas mal de monde assis sur les rochers a contempler la vue que l’offre cet endroit fantastique. Les gens chuchotent pour ne pas troubler cet instant magique. (exceptés deux français boulet qui parlent super fort) .

Il y a certes pas mal de monde mais l’endroit est tellement vaste que ce n’est finalement pas si dérangeant. Pause manger devant ce spectacle fabuleux. Le mont fitz Roy et ses acolites (autres tours de pierre) surplombant un lac dans lequel coule un glacier.On est tout prêt et c’est gigantesque.

41lacetfitz  42nousfitz 46piereeau

On s’approchera ensuite pour observer le 2eme lac d’un bleu-vert-turquoise déconcertant. On y restera quelques heures sans se lasser su spectacle.

45pierrelacglacier 44vallacglacier 43nous

Descente au pas de course en 3h ou on commence a bien ressentir la fatigue et le mal au pied du aux chaussures de M… de marche bon marché achetées à Valparaiso.

47elchalten

 

Rentrons à la maison de Florencia en clopinant, érintés. La, faisons la connaissance des nouveaux cyclistes arrivés du jour.

On retrouve 2 anglais Miles et Tom avec qui on avais pris le bateau a O ‘Higgins, Joris un français bien sympa et Raquel et John un couple franco-espagnol en sac a dos. Ce soir c’est barbec et bouffe tous ensemble dehors sous un ciel toujours immaculé.

Un peu avant Florencia nous a demandé de l’aider a réparer son vélo. En y mettant chacun un peu du notre on fini par lui refaire un vélo quasi à neuf… il fallais presque tout changer ! longue soirée papotage avec ce petit monde.. ca jongle entre espagnol, anglais et français.

Selon Florencia il y avais , pour le nouvel an, 19 grimpeurs en haut du Fitz Roy cette année !! Plus de 24h de grimpe pour arriver la haut .. il en faut du courage et de la motivation !Et des bonnes conditions climatiques pour y arriver ne sont pas si fréquentes.
Sommes en présence de plusieurs grimpeurs et aprenons ainsi plein de choses !

Puis pour finir la soiréee sous cette pleine lune enchanteresse, Florencia nous sort une tarte aux guindos (genre de cerises) faite maison + une liqueur aux guindos dont Pierre se délectera ! gros dodo après tout ça …

16 fevrier

Aujourd’hui on voulais aller faire une autre balade chouette d’une journée mais après celle d’hier, nous voila comme des vieux réduits à néant par nos petits corps meurtirs. La loose !

Passons un peu de temps avec Joris. Allons vois le prix des chaussures de marche, mais c’est raté : pas dans notre budget !(100€ les moins cher) . Passage par cybercafé pour tenter de mettre ce joli blog a jour .. on a beaucoup de retard et on arrivera toujours pas a le rattraper !
Partons faire une petite balade en tong, au dessus de chez Florencia, jusqu’ a un chouette mirador, au soleil couchant. Très sympa .

En rentrant à la maison on découvre que la chatte a en fait des bébés pas bien vieux …

48chats

Mais aussi que le jardin est plein : 11 tentes sont plantées la sur un tout petit bout de terrain. Impressionnante concentration de cyclsites

 

51tentessss

parmi lesquels on retrouve nos 2 couples de suisses préférés : Aline et Olivier et Marion et Mathias. Il y a aussi 2 coréens en tandem voyageant depuis 7 ans ; deux autrichiens barbus, un canadien de Vancoucer, un polonais et 3 anglais : Cass, que nous avions croisé vite fait à cochrane et qui a habité en Guyane il y a 19 ans ! Etonnant vu comme il à l’air jeune ! Il roule avec un vélo aux pneus enormes : un « fatbike » avec lequel le ripio est pour lui un petit nuage et le passage mortel en forêt un jeu d’enfant !Les deux autres anglais sont tojours Miles et Tom.

Le couple franco-espagnol se fait moins voir .. en effet hier soir pendant le barbec la pauvre raquel a avalé de travers en voulai parler et deglutir en même temps et elle ne s’en ai pas encore remise . elle n’arrive plus a boir ni manger sans vomir et est ce soir sous perf a l’hopital.

Bref plein de monde + la petite famille de Florencia bien sur !

La maison du l’Hospitalité !

49maisonflore

Son plus grand fils à décidé de s’essayer à la coiffure et propose ses services de peluqueria pour 30 pesos. Pour l’encourager et parcequ’il commence à avoir les cheveux longs, Pierre tente le coup ! Ca prendra bien 40 min pour un résultat beaucoup moins réussis que quand il se le fait tout seul mais bon .. Tadeu ne coupe qu’a la tondeuse et n’est pas encore au point !

50peluqueria

Tant pis, on ratrapera les cheveux longs oubliés plus tard ! par contre, la barbe qui commence à être bien touffue , pas question d’y toucher … d’ailleurs il pourait y avoir un concours de « barbes qui fait rêver » ce soir dans ce jardin ! Longue papote entre francophones, puis espagnol avec Florencia et dodo .. demain on se lève tôt pour prendre le bus.

17 fevrier

Un peu tristes de partir si vite sans avoir pu profiter de tout ce qu’offre ce hot spot du trekking.. mais c’est l’jeu ! Notre avion est dans 10 jours maintenant. Aurevoir Florencia et merci pour tout !

52avecflore

 

Direction El Calafate pour voir le fameu glacier « Perito Morino ». Une journée qui nous coutera bien cher! 1er bus a 640 pesos, puis 400 pour le deuxième d’El Calafate au glacier +260 pour l’entrée dans le parc. Ca pique, on est pas habitués ! A ca s’ajoute le camping ou on a laisser nos affaires le temps d’aller voir le bestiau givré !

Peu importe, nous voila devant ce monstre de glace. On peu l’approcher de près grace a des pacerelles. Imaginez (et regardez!):

Un mur de glace de + de 50m de haut sur plusieurs km de large.

58peritomoreno4

Ce mur se fissure et avance , et de grand pans tombent régulièrement dans l’eau du lac dans de grands fracas.

56peritomorenochuteglace

Des glaçons se dixaines,voir centaines de tonnes se décrochent ou surgissent des profondeurs du glaciers sous nos yeux ébahis.

Ces derniers sont d’un bleu marine intense et les plus impressionants glaçons qu’on ai jamais vu.

57peritomorenoglacon

On reste la aux aguets atendant une de ces ruptures fracassantes, mais le front du glacier est trop grand pour notre champ de vision et lorsqu’on entend le bruit du bloc heurtant l’eau, il est souvent déjà trop tard. (rappel: vitesse du son 400m/s !)

Le mur de glace n’est pas uniforme: il est très découpé en surface, ce qui le rend totalement inaccessible.La base, elle beaucoup plus compacte, à l’apparence d’une glace très dense bien + bleue.

53peritomoreno1

Restons plusieurs heures à contempler ce spéctacle, puis rentrons, des images plein les yeux.

55peritomoreno3

le bus nous berce et on s’endort vite. On se fera la reflexion d’être bien heureux de voyager habituellement en vélo, car les bus nous endorment et on raterai beaucoupd e choses !

Retour au camping surpeuplé ou la musique est au rendez-vous,mais aussi les rires, chants , cris des voisins .. une bonne nuit nous attends ! On est quand même mieux en « camping sauvage » que dans les gros camping de ville !

 

18fevrier

le bus pour Puerto natales coûtant un bras (210/pers + 200/vélo , ils se foutent de la gueule du monde eux !), décidons de rejoindre le parc Torres del Paine à vélo via la petite ville plus au nord de Cerro Castillo.

Il fait beau et nous commençons par 30 kmvent dans le dos pour quitter El Calafate et rejoindre la fameuse ruta 40. De l’asphalte et du vent dans le dos= petit bonheur ! une petite heure pour les 30 premiers km. Ca faisait longtemps qu’on n’avais pas eu de telles conditions. Mais forcément, à un moment , la route tourne et nous laisse le vent de côté avec de grosses rafales pas évidentes à gérer niveau équilibre. 10 km d’une grande montée nous amène à un col ou l’on pourra observer 2 condors volant au dessus de nous !

59valpampamontee

Vue impressionnante sur une pampa desertique à perte de vue. Il va nous falloir la traverser. Finissons sur une route de ripio ou le vent de face nous permet de faire 6 km en 1h30 … On abdique a 18h et on pose la tente sur le bord de la route sans trop d’autre d’autre choix, mais vu le passage de voitures on ne sera pas trop en danger. Vite à l’abris dans la tente, manger et dodo !

60tentedesert

 

19 fevrier

Nuit très froide. Peu dormis et du mal à se lever. heureusement le vent s’es calmé et on avance bien le matin.

Toujours du ripio dans la pampa pendant 60 km. Mais pour nous tenir compagnie aujourd’hui, nous avons croisé :

Après une heur de route, un petit zorro qui a fait sa star pendant 1/4 d’heure longeant la route avec nous.

61zorro

Puis des moutons accompagnés de Guanacos .

63guanaconandumoutons 64guardaganado

des ñandus gambadant

62nand

des vaches curieuses, des flamants roses, plusieurs espèces de gros canards sp. et un deuxième petit zorro !

Pause miam au retour sur la route asphaltée alors qu le vent se lève. reprenons la route avec un vent en pleine face désespérant. nos plans visant à arriver ce soir à Cerro Castillo s’envolent …

Ce matin, avons croisé u couple franco-colombien en tandem qui nous a informé de la petitesse de Cerro Castillo. Un peu perdus on ne sait trop comment arriver au plus vite dans le parc Torres del Paine. Croisons un brésilien, Pedro, super enthousiaste, tout ému de pouvoir parler un peu sa langue qu’il n’a plus l’habitude d’employer. il nous donne des infos sur les accès aux campings gratuits du parc et compagnie. Il fait froid et le vent ne nous lâche plus mais cette rencontre nous a réchauffer un peu.

Repartons mais épuisés finissons par monter la tente au bord de la route. ici pas d’abris, pas d’eau et des herbes qui piquent. Espérons que demain sera moins venté pour pouvoir avancer.

65desolation

 

20 fevrier

levés tôt mais c’est raté pour le vent. Il est toujours la et parfois nous semble redoubler de force par rapport à hier. peinons donc à avancer. Alors que nous avions décider de pousser jusqu’a Puerto Natales, rechangeons d’avis une énième fois. 40 km pour Cerro castillo seront plus faisable que 80 km pour Natales . biaisons donc au niveau d’un chemin de ripio ou il n’est nullepart indiqué qu’en cette direction est le fameux parc Torres del Paine ni la petite ville frontière de Cerro Castillo et encore moins que par la se trouve le Chili. Petite frustration côté argentin d’avoir a ce niveau que de la pampa alors que les chiliens ont une parc sublime qui attire des millions de touristes ? Surement. En tout cas c’est comme ça que nous le ressentons.

66bienvenidochile

 

Formalités côté argentin puis il nous reste 7km pour arriver à Cerro Castillo. Vent super fort, pleine face, il nous faudra une eternité pour arriver à notre but.

 

Formalité côté chilien cette fois-ci sans la fouille des sac mais juste le chien qui snif le matos et qui s’arrête sur une boite de thon !

Faisons nos provisions pour notre séjour dans le parc, bouffe et allons demander au carabineros si on peut leur laisser nos vélos quelques jours. Type adorable, pas de problème, ils seront en sécurité ici.

Il nous trouve aussi les numéros de tel des agences de bus de Puerto Natales pour qu’on tente une réservation pour arriver à temps pour l’avion. Il nous prête pour cela son portable! Vraiment extras ces chiliens!

Mais raté quand même pour la réservation, il faut voir sur place… espérons avoir de la chance!

Il y un bus pour entrer dans le parc a 16h mais tentons le stop en l’attendant ! Bingo ! Deux sœurs en vacances avec une petite (la fille d’une des deux) sont en 4×4 et nous emmènent avec elles. Très sympa, papotons et entrons en voiture dans ce parc si attendu. Allons voir avec elles une chute d’eau assez impressionnante, el salto grande. Le vent nous offre des rafales de 85 km/h .. en vélo ca aurai vraiment été un calvaire.

Chutes magnifiques sur un fond de montagnes bicolores de plutons granitiques. De grands pics imposant perçant les nuages On l’aime déjà ce parc ! Quittons nos sauveuses en4x4 pour aller prendre un bateau sur un petit lac.

 

67saltogrande 68npaineventnous

Eau turquoise, comme souvent sur ces eaux froides glaciaires, rafales de vent et grosses vagues. Le bateau va vite. C’est une sorte de catamaran motorisé avec lequel le capitaine louvoie pour éviter les gros creux et arriver à bon port 30 minutes plus tard. Les rafales de vent sont vraiment fortes et demain sera vraisemblablement plus corsé .

Arrivée au camping on apprend qu’il n’y a plus de place. Il nous faut attendre  20h00 pour savoir si un plae se libère..; heureusement , on as du bol et on peut se poser au moins pour la nuit. On fait la popote vite fait et dodo !

 

 

26 commentaires

Aaah, la caretera Australe !

1 fevrier

Decollage rapide, plein de descentes pluie + vent.

Arrivons a Mañihuales vers 11h30. Courses et retrait d argent, passons a la casa de cyclista pour manger au sec. Y rencontrons Olivier et Aline, deux Suisses sur la route depuis plus d un ans. Sympa.
maisonsmanihuales
Reste 70km a faire pour Coyhaique. Passons coté Ripio. Le vent se lève. Des bourasques si forte que l une d entre elles fait chutter Valentine ! Entamons le ripio, la vallée est jolie et le ripio est bon.
pierrevalleeripio  pierrerouteripio
Crevaison, reparation, re aplat 100m plus loin, double crevaison en fait !
refugepneuripio
Le temps change toute les 5 minutes, on passe du soleil a la tempete, de beaux arc en ciel  se forment.
arcenciel
Le temps passe au frais. Montons vite la tente sur le bord de la route pendant qu une pluie se dechaine au dessus de nous avec force bourrasque, amarrons la tente avec de grosses pierres. et dormons vite.
bivouacroutemontagnesnuages
2 Fevrier 
Brouhouhou : il fait trés froid. Les montagnes alentours sont bien enneigée et cela date de la nuit.
On se lance mais on est crevé des le matin et c est dur. On a peut etre accumulé un peu de fatigue…
On se fait vite une pause sur le bord de la route et un gentil Monsieur, Victor agriculteur amoureux de sa region, s arréte pour nous demander si tout va bien. Il nous propose de nous emmener a Coyahique et on ne refuse pas ! Chargeons le vieux pick Up a 280 000km et on roule doucement.
  valpousse velopickup
Victor est super gentil et il s arrete pour nous faire profiter des points de vue, nous parle de la region, de la peche, des vaches, du climat, etc…
valetmecstopsoyahique riosimpson
Arrivons en ville sous un beau soleil et avec une faim de loup. Resto vite choisi : il y a deja 5 bikis devant !!!
veloscoyahique
Pierre goute une biere locale pas dégeux et Val un jus de « frutas del bosquet ». Contactons Shayen, la copine de Rafa Gomez. Elle nous donne RDV sur la place. Elle déboule avec Père et frère dans le minibus familial, chargeons les vélos et en route pour une jolie maison sur les hauteurs de Coyahique.Douche chaude, siesteet specialité culinaires au choclo (Mais). Shayen, Rolando son frère, Oscar son Pere et Jasmina la Maman sont adorables. Ils se plient en 4 pour nous aider a planifier notre periple. Ils connaissent bien le sud pour avoir une entreprise d écotourisme « Patagoniaventura » avec cabañas et peche. Ils passent des coups de fils, se renseignent pour les bus, transporter des vélos en bus n est pas evident ici.
Discussons, photos (les photos de Valentine dans les arbres ont toujours autant de succés !). Oscar montre les monstres de Saumons pechés dans le sud. Il parait que c est facile comme tout a pecher… hummm ca donne envie.
Coucher tardif a 00h30 dans de bons draps sec : yahouuuu!
3 fevrier 
Dormis comme des bébés. Mega ptit dej et depart pour courses et chercher bus pour le Sud. Pas possible : vive le vélo alors !!! 370km a ajouter a notre planning. Dernier repas avec la Famille Angulo et dépar apres une petite photo de famille. Shayen est vraiment trop choux.
shayenetnous
Partons avec le vent dans le dos dans une pampa vallonéeau milieu de grosses montagnes anguleuses. Il y a de belles montées mais le vent nous aide bien et on se fait de belles descentes dont une a plus de 72km heure (record battu !)
1routedeparcoyahique
On croise les deux suisses, Olivier et Aline, aprés 50km de route dans un champs près d une ferme et on se pause avec eux pour la nuit. Repas agréable avec histoire de voyage et de vie.
Dodo dans le froid.
 2tentesacsuisses 3alineolivier
4 Fevrier
Levé avec la pluie et le froid. Ti dej dans la tente et départ sous une pluie qui décidement ne nous lache plus.Premier col a 1000m et nous nous retrouvons trempé de sueur dans nos kaway. Sommes dans la réserve nationale de Cerro Castillo et des panneaux nous avertissent de la présence de HUEMULES, petit cervidés emblème du Chili avec le Condor et espece en voie d extinction.
Arrivés en haut on a froid et on ne fait pas les fiers. on poursuit notre route, impossible de faire du stop il n y a presque pas de voiture. On se fera 30km comme ca, mouillé, sous la pluie. sans pouvoir s arréter de peur d avoir froid. La descente fait plus mal que la montée et avec la vitesse, le vent fini de nous congeler. c est un peu un suplice et on sert les dents.
On arrive dans une petite vallée ou coule el Blanco et ou le premier pont s appelle « Puente Grosse 1″ Ce qui a le mérite de nous redonner le sourire (on a le droit d etre bete des fois)… Ca remonte et on se rechauffe un peu, mais il pleut toujours et on reste trempé. Dommage, les nuages sont bas et on y voit pas grand chose.
On remonte toujours a coté de minuscule torrent, on devine que les paysage doivent etre surprenant. En tout cas les nuages qui nous enveloppent donnent a cette vallée une atmosphère magique.
Nouvelles descente, plus longue, plus rapide aussi. Cela finit de nous achever. Arrivons en bas, une ferme est juste la au carrefour, nous y allons pour trouver un peu de Chaleur.
Valentine ne peux plus parler ni ouvrir ses doigts paralysée. On lui decroche le vélo des mains et le paysant et  sa femme la mette pres du poil, lui frote les mains avec de l alcool. Il faut un moment pour se rechauffer mais moralement ca va mieux. On a le droit a un bon café ou Thé en faisant secher ce qu on peux pres du poele. Il y a un petit Mome qui est lá, Amaury, petite bouille ronde et grand yeux noirs. Il a la tenue complete des Vaqueros avec pantalons de fourrure, Poncho, Beret. Fierté du petiot et des parents.
4amaury
Finissons par repartir en remerciant nos sauveurs, en achetant un bon fromage aussi et en ayant une grosse pensée pour l Auvergnat de Brassens. Villa Cerro Castillo n est plus qu a 7km de descente, y filons manger un morceau dans un resto pourri mais avec un poelle !
Recroisons Aline et Olivier, notons qu ils sont mieux couvert que nous.Ils nous disent pousser dans les montées pour eviter de se prendre des suées. On fera ca désormais. On redécolle en essayant de faire du Stop mais les deux vélos dissuadent pas mal…
Avec les nuages, impossible de voir le fameux Cerro Castillo : dommage…
5 km plus loin, nous nous posons a cote d Aline et Olivier qui on trouvé un petit coin a plat en face du Cerro et espere en une éclaircie.

Plus de pluie juste beaucoup de vent et il caille bien. Les suisses nous payent un bon thé chaud. Dodo a l abri. Le soleil passe, la pluie revient, le vent secoue la tente dans tous les sens.

 

5tentecerrocastillo

 

5 Fevrier

 Tempete de vent cette nuit ! La tente a bien tenue.
Les nuages se sont un peu dissipés cette nuit et on voit bien le cerro Castillo. et ses monts enneigés. Et PAS DE PLUIE !
On part juste avec du vent de face  pour arriver une heure plus tard a la laguna verde aux couleurs impressionnantes.
9valalgunaverde
Chouettes paysages.
7valcerocastilo 8valleebelle 6valleecerrocastillo
Vallée aux eaux de couleurs bluffantes …
10valleeouf  11pierrevalle
dans laquelle on descend (la vallée, pas l’eau ! pas foux ! )
12pierredecentevallee
Retrouvons les Suisses pour midi puis repartons tout les 4 pour affronter un vent de face de dingue. Obligé de pousser les vélos a la main et de mettre des lunettes de soleil pour eviter les bourasques de sable. Les kilometres passent lentement, ripio + tole ondulée   mais pas pire. Trouvons vieil enclos dans foret pour poser la tente apres 50km de route. Il caille bien et il fait bien humide. Petite pluie de fin de journée et dodo.
6 Fevrier
Pluie toute la nuit et l eau s est de nouveau infiltrée dans la tente. Matelas mouillés… Rallons un peu contre cette tente prévue pour la montagne et qui n’est pas étanche.
On se lève tard et on part tard. 10h30 alors qu il y a de la route. 70km pour arriver a Puerto Rio Tranquilo.
Pierre a eu beau réparer une crevaison hier son pneu est encore a plat ce matin. Regonflage rapide et prenons la route ainsi. 30 minutes plus tard a plat de nouveaux. Le pneu acheté a Calama est deja bien usé apres seulement 2000km… On change tout sous la pluie, Pneu et chambre a air. et on repart.
Toujours de la pluie et c est frustrant de ne pas pouvoir profiter de la balade. Enchainons les km jusqu a Murta ou nous nous arrètons acheter du pain dans une hospedaje. Prenons aussi de la confiture de framboise. La piece est surchauffée et c est dur de repartir dans le froid.
13valmurcaillou
Allez, plus que 24km. La pluie redouble et on regarde les 4X4 qui nous dépassent avec l envie de sauter dedans. Arrivons enfin au lac General Carera (Lago Buenos Aires coté argentin). plus grand lac du Chili et 2eme plus grand lac d am du sud apres le Titi Caca. Malgrés le temps maussade, ce lac est magique. La couleur des eaux parait artificielle, un bleu turquoise dur heurte presque la rétine, le lac est quasi lumineux, presque irréel. Nous le longeons un moment et ca remotive tellement c est chouette, Une eclaircie nous offre en cadeau de bienvenue un arc en ciel enjambant le lac au moment de franchir notre 4000km !
 14lacarcenciel 15valarcenciel 16km4000
Recroison Olivier et Aline qui se sont installés sur une plage au bord du lac pour la nuit. Ils ont été suivi par deux chiens depuis plus d une vingtaine de km. Un vieux gars descend alors de la maison un peu plus haut et leur reclame a travers son dentier (extremement mobile) de payer pour mettre la tente. Negociation, ils peuvent rester mais les chiens doivent partir. Nous appelons les toutous et partons vers Rio Tranquilo. Trop content de repartir pour l aventure les deux clebs nous suivent avec enthousiasme. L un d eux passe dans un champs pour aller courrir apres les moutons, panique chez les frisés mais pas de blessés. Les gens nous regarde bizarrement en pensant que les chiens sont a nous… Réussirrons a les semer grace a une série de descentes bienvenues (nous reverrons les chiens le lendemain au village en pleine forme…)
17lacbleu
Derniere méga montée en poussant les bikis et nous voila arrivé a Puerto Rio Tranquilo !  On réserve des place pour la visite des cathedrale de Marmol le lendemain et on file s installer au camping Bellavista. La bas, plein de gens, des cyclo touristes, ambiance chaleureuse, ca papote a droite a gauche dans un peu toute les langues.
 Il y a un sechoir pour les affaires et un petit chat blanc est enfermé dans la piece avec une pate avant fraichement coupée et bandée.  Pauvre pépère, il faudra que l on sache ce qui lui est arrivé…
7 fevrier
Levés      avant le reveil pour rejoindre le bateau au bord du lac. On a de la chance et on a droit a un beau soleil au dessus du lac.
Prenons le bateau avec 6 autres personnes. Naviguons sur le grand turquoise qui est un peu agitéAprés 20 minutes apercevont de petites grottes qui percent le bas des paroies rocheuses. Le bateau s avance et fini par rentrer dans une de ces grotte. Les paroies sont lisses, d un blanc laiteux qui reflette la couleur bleu de l eau lui donnant cette couleur turquoise. Passons a une autre grotte, mais regardez plutot les photos….
Sommes dans les « Capillas de Marmol », Chapelles de Marbres », Formations naturelles de toute beauté, classé 5 plus beau paysage naturel du monde !
20marmol3tetehien 19marmol2 21marmol4 22marmol5 18marmol1 23marmol6
Le retour se fait avec de belles vagues eclaboussantes mais rien de bien méchant.
Passons l aprés midi a attendre  des bus qui ne viendront jamais. Il faut se résoudre à finir a vélo.
Remontons la tente au camping et dinons en compagnie du petit chat qui – information prise – s est fait coincé la pate dans une porte… Il trotinne et vient chercher ses calins auprés de Val et passe le reste du repas sur les genoux de Pierre.
8 Fevrier
Ciel Bleu !!!
Wouahou, c est beau autour de nous, grosse motivation ! Décollons vite pour enchainner une série de grosses montées bien corsée sur ripio ondulé mais avec vue magnifique sur le lac.
Val profite d une belle descente (qu elle prend a fond comme a son habitude désormais) pour faire un beau vol plané devant deux 4X4 arrivant en sens inverse et qui stoppent médusés. La pauvre a mordu dans une grosse epaisseur de cailloux accumulé a l exterieur du virage . ca ne pardonne pas. Bref Val fait une sorte de brasse a meme la route et on est bien rassuré de voir qu elle a toute ses dents. Plus de peur que de mal. Des petits bobos, erraflures et bleus. et des trous dans les fringues (heureusement le paysage est magnifique et Val a le sourire).
28routechute  26apreschute 27apreschute2
Repartons pou les montagnes russes. Nous longeons toujours le lago du general Carrera et la hauteur nous donne des vues superbes.
25lacbleu  29valrochervue  30lacmontagne  31pierreroute
Puis on quitte le lac mais avec toujours jolie vue sur les montagnes enneigées
34camion
Croisons des Chiliens de Santiago en séance photo, voiture arretée sur la piste. Ils sont euphoriques et papotons un moment. Le paysage est a couper le souffle. Au bout de cette grande ligne droite se trouve au loin deux enormes montagnes enneigées. Ils nous prennent en photo, épaté de nous savoir venu de Guyane Francaise.
32nous+cerro 33valsautcerro
Ils parleront de nous puisqu un peu plus loin sur la route on nous demandera si c est bien nous les Guyanais !
35lacneige
Passons devant le lago negro, (noir), nous l aurions appelé « Lac Vert » en france mais les Chiliens ont tellement de lacs clairs et colorés que celui ci hérite du nom de noir.
        36lagonegro
Puis après de belles montées dans lesquelles on mange un peu la poussière …
41valpoussemontee 39pierrepousseiere
On redescend…
37pierreriiodescente
Pour arriver au Lago Bertrand toujours d un bleu turquoise irréel.
38lacmontagne
Passons a côté des cabañas de la famille de Shayen …
40panoshayen
Arrivons a Puerto Bertrand, pas de telephone pour joindre notre contact a Cochrane : lignes coupées suites aux tempetes.
Le pueblo est a cote du Rio Baker, plus gros debit du Chili et riviere a raft a la couleur turquoise dingue. Faisons quelques courses et filons chercher un bivouac. quelques centaines de metres apres le village, tombont sur le spot ideal le long du Rio Baker.
Acces a l eau bleue et les vagues enormes, espace pour le feu et la tente, bois a profusion et grosses pierre pour poser nos fessiers endoloris… Faisons feu, popote et dodo.
42riobakermontagn  43tentebaker
9 Fevrier
Levés sous un beau soleil qui nous met en joie. C est reparti pour des montagnes russes sur du ripio grossier.
Mais des paysages toujours superbes …
44vueriomontagne  52fleuvearriveecochrane 47pierreroutefleuve
Passons devant la confluence entre le Rio Baker et le Rio Nef. Enorme chute d eau ou les eaux turquoises du Baker rencontrent les eaux laiteuses du Nef.
         46pierrerios 45riobakerneff
Juste apres, les eaux s engouffrent dans un canyon etroit que nous longeons un moment. Le debit est effrayant et le bruit (nous ne voyons pas le fond) laisse imaginer un enfer d eaux vives…
48riocanyon
Repartons pour de belles montées bien longues. La route est en travaux mais le ripio y est souvent meilleur. Alors que Val fait une photos du paysage, elle remarque deux petite taches marron-orangée au premier plan : des Guanacos ! Ils sont lá, paisiblement allongés a moins de 100m de la route. C était les deniers camélidés d Amerique du Sud que nous n avions pas vu !
49guanacos
Retrouvons Olivier et Aline un peu plus loin sur le bord de la route en plein casse croute. Nous nous joignons a eux (et occasionellement a un autre Guanaco qui broute a 80m derriere eux !). Sommes alors a flanc de falaise avec une belle vue en face et le soleil chauffe agréablement.
50fondvalleeouf
Un autre cycliste passe, un allemand qui a eu le maleur de croiser le chemin d un putois. La charmante bete ne l avait pas vu et lui est litteralement rentre dedans ! lui laissant au passage un adorable souvenir olfactif ! Une semaine apres l allemand en question devait se séparer de certaines de ses affaires qui puaient trop !!!
Bref, alors que nous repartons, Marrion et Mathias, 2 autres suisses, nous rattrapent sur la piste. Et nous voila a 6 a monter et  devaler les pentes jusqu a Cochrane, papotant en francais, plus facile et ca fait plaisir aussi !
51pierreolivierpouss
Approchons de cochrane
53valeecochrane
et croisons les Gauchos et une petite fille a cheval qui nous disent qu un Rodéo est en cours a Cochrane en ce moment. Allons donc commencé notre petit tour a Cochrane par un tour au Rodéo !

Ambiance populaire, gave de monde avec musique hispanisante d ambiance. Assistons aux travail des Gauchos qui doivent equiper de jeunes chevaux, monter dessus et tenir une dizaine de secondes. Les chevaux se rebiffent, se couchent par terre au moment d etre equipe, puis le Gaucho monte dessus comme il peu et on lache la bete qui jusqu alors etait attachee a un poteau.Ca saute, se cabre et parfois le Gaucho reussis a tenir avant le son de cloche. Alors 2 autres cavaliers viennent de part et d autre pour recuperer le gars et calmer le cheval.

54rodeo

Trouvons un petit camping (Don Lorenzo) ou Aline negocie un rabais pour nos 6 trognes de cyclistes. En echange (!)le proprio nous offre des pommes et des prunes-cerises. Courses et petite bouffe entre francophones jusqu a minuit, ce qui est exceptionnel ! plus l habitude de se coucher de nuit.. les jours se rallongent et avec la fatigue on a plutot tendance a se coucher avec les poules … voir meme avant elles ! A cote , ca discute, ca chante et joue de la guitar all night long jusqu a 6h.

10 fevrier

On se leve tot pour aller choper un bus pour Caleta tortel (merci a Shayen pour le plan !) 130km de ripio pluvieux en 3h… du luxe ! sommes creves et ca fait plutot du bien de se faire porter. La pluie est la a tortel et ne nous lachera plus de la journee.

Caleta Tortel est un petit village de pecheurs construit sur la mer, a flanc de montagne. pas de chemin terrestre ici, des passerelles de cypres au dessus de l eau permettent de se déplacer.

5tortel 2tortel

c’est tres joli et un peu touristique. On arrive a s y perdre en montant dans les passerelles prevues pour l evacuation en cas de tsunami qui debouchent sur le sommet tourbeux de la presqu ile. Cul de sac la haut !

1valtortelarbre   3pierreescaliers 4valescaliers

De retour aux velos, Val demande a un gars a cote d un 4×4 vide s il peut nous rapprocher un peu du croisement avec la route principale. C est parti pour 20 km avec Antonio, Ramiro et Gabriela. les deux petits gars sont etudiants en archi et bien sympas. Il est tard et ils nous evientent un belle montee et 20 mintues de balade sous la pluie. Ils nous deposent a la croisee des chemins ou nous atendent une serie de lacets bien corces vue d en bas. 18h , partons sous la pluie pour 8 km de grimpette dans des gorges vertigineuses et magnifiques. une fois de plus on se dit qu il fallait vraiment etre dingue pour faire une route dans des endroits pareils. C est magnifique, on ne sen plain pas.

1valcascade 6pierreroute

Croisons plusieurs paneaux en memoir aux soldats ayant perdus la vie sur ce projet titanesque.

19h30 la pluie a forcie (il pleut sa race) et il commence a faire froid (il commence a cailler sa mere) et nous trouvons un petit coin de cailloux bien draine pour poser la tente. En 10 minutes sommes calfeutres sous la tente et n en bougeons plus.

11fevrier

Pluie toute la nuit, aglagla !!

7tentecailloupluie

Dehors un coin de ciel bleu, un grand lac et au dessus, sur la montagne, de belles cascades degringoles en grand fracas. Vite, decoller pour faires les 12km vers Puerto yungay. Le bateau est a 10h. c est un bateau gratuit pour traverser le lac jusqu a Rio bravo. 45min paisible au chaud dans la cabine. peu de monde avec nous.

8valbatoyungai

11h Pied a terre et c est reparti pour l aventure. peu de trafic et un ripio parfait et plat pendant les 20 premiers kms. La, nous croisons un allemand a velo qui nous informe que nos 20 prochains km seront en montee , en nous souhaitant bon courage ! ouch ! mais aussi qu il y a un refuge pour cycliste en haut. Il est a la moitiee du chemin jusqu a o Higgins. c est donc parti pour 4 « petits » cols a passer.

12valroute

Assez impressionant, la premiere serie de lacets nous reserve une belle surprise: alors que nous sommes en plein papotages, poussant nos velos dans un virage, levons la tete eberlues devant 3 huemules a moins de 30 m de nous, broutant tranquilement sur le bord de la route et ne pretant aucune atention a nous !! Restons bien 10min avec eux a les observes et prendre quelques cliches (sous la pluie) vraiment pas farouches. Val reussi a sen approcher a 5-6 m sans qu ils ne reagissent. Puis finissent par descendre la pente et continuent a faire leur vie un peu plus bas !

10huemule2 9huemule

Nous repartons emus et tout emoustilles d avoir rencontre ces animaux amblematiques du chili et en voie d extinction. Un peu plus loin , Pierre fait main basse sur des calafate, sortes de myrtilles sauvages bleues, excellentes ! Passons encor quelques cols avant d arriver a une belle riviere, promesse d aventure en eaux vives . Denivele de dingue, paroies abruptes, eau bleutee: c est beau. Bon, l eau est gelee.

posons dans une sorte d abris bus maison et un vieu pepere barbu poilu debarque pour tromper sa solitude. En 100km nous aurons croise une ferme: la sienne. Passons un ultime col et descendons vers le fond de la valle.

Des cyclistes sont déjà passés par la …!

13panocyclsite

ligne droite et enfin le petit refuge pour cyclistes. Nous y arrivons seuls, mais bientot Benjamin, un autre francais arrivera gachant tout espoir de coit sauvage aupres du feu ;-) ! Pierre va chercher du bois par depis et rencontre une belle grenouille (bufo variegatus).

11crapeau

Au loin on peut entrapercevoir entre les nuages un glacier perche sur sa montagne. chouette ! Pierre tente d allumer un feu pendant une heure. Il fini par prendre mais le bois mouille ne nous offre qu un feu tiede.

Mangeage, papotage, dodo… sous un bon toit , mais grand froid… Finalement un refuge garde moins la chaleur qu une petite chambre de tente !

14refuge

12fevrier

reveil avec un ciel bouché mais ca s ameliorera toute la journée. La route est tranquille, jolie, le ripio bon, on avance bien. Suivons un fond de vallée, quelques forets d arbres morts, des libellules et des moustiques !

  17pierremontagne

Croisons un type au camion bariole. Il s arrete u peu plus loin pour regarder les cignes sur un lac. Sur son camion est ecrit « bird watching » ! on luid emande donc des precisions sur ces cignes ce sont des cignes a col noir (cisnes a cuelo negro- decouvrons ainsi que « cisnes »souvent entendu veu dire cigne).

16cignescounoir

lorsqu on le voit la tete dans l eau on peut alors connaitre la profondeur du lac: il ne plonge jamais tout le corps mais se nourissent dans le fond ! un peu plus tot avions vus un Condor !Grace au zoom de l apareil photo on peu cette fois en etre sur grace au colier blanc qu il arbore. vu a contre jour ce nest pas toujours evident a voir.

15condor

Papotons avec le type, Maure, qui est en fait le gerant de l eco camping ou nous contions aller. on se donne donc RDV la bas .

Il nous reste 20km a faire avant d arriver a O Higgins. passons pres d’un lac de couleur rougeatre , etonnant vu le bleu auquel nous sommes maintenant habitues !

20riviererouge

En longeons un autre surplombe de superbes sommets avec petites plages. Sous ce soleil on se croirai en vacances au bord de la mer en saison morte (desert !).

18lacarriveeohiggins  19premontagne

Arrivons au camping ou mauricio nous fait visiter le site.

En foret, petites plates formes en bois pour poser les tentes, toilettes sèches, cusine commune avec tout a dispo. Fogon pour se chauffer, faire la cuisine et chauffer l eau de la douche. tri selectif avec beaucoup de recyclage: mauricio construit sa maison avec des « briques  » faites de bouteilles plastiques plein de tous les dechets plastiques qu on jeterai a la poubelle habituellement.Mec adorable, site chouette et pas mal de bouquins naturalistes sur les eco-constructions et bidouilles.

22tsonekvelo  21tsonek

Il nous prete sa tente deja montée pour qu on n ai pas a sortir la notre et qu’on gagne du temps demain matin pour partit; adorable. Sa doudou arrive plus tard, julie, elle revien d’un trek ou elle a emmener des touristes. Elle est francaise et es passée par la guyane il y a qques annes lors d un grand voyage.

Passage au village pour reserver les places de bateaux pour demain matin , courses et petit tour sur le net gratuit a la bibliotheque.

Retour au camping et on regrrette de ne pouvoir y rester un ou deux jours de plus tellement l endroit est chouette. il a l air d y avoir de belles balades a faire dans le coin. Paisible et pas trop bonde, bref on en s atendais pas a tant de quietude, mais comme les voitures ne peuvent pas prendre le bateau il n y a que des Backpakers et des cyclistes qui viennent jusque la.

O higgins est la derniere ville de la fameuse caretera australe …

13 fevrier

Leves tot avec le reveil pour aller prendre ce bateau.. pardon.. pour partir en croisiere sur le lac O Higgins ! Ciel dégagé 100% bleu et froid de canard ! Le village dort encors quand nous le traversons. Le debarcadere est a 7km, petit echauffement bienvenu.

2valohiggins           4bateau 3piereohiggins

Embarquons avec seulement deux autres cyclistes. il peut y en avoir bcp plus, une petite cinquantaine de personnes grimpent avec nous, dont bcp de chiliens. l eau est calme. on voit un vieux documentaire ou une famille traverse le lac bien agite sur un vieu rafio dans les anness 80, obliges de faire des arrets dans de petites criques pour laisser passer le gros temps.

Nous notre traversee durera 3h sous un ciel bleu , grand soleil et des paysages magnifiques de montagnes orangees qui defilent.

9bleu 5valbateau 6valbato  8nousniasi bato  7pierrebato

Quelques belles cascades dont « el salto del salmon » chute de plus de 100m.

Arrivons vers midi, debarquement rapide puisque le bateau poursuis sa route avec une grande partie des passagers pour aller voir le « campo de hielo », gigantesque masse de glace, 3eme reserve de glace apres les poles!

Le passeur dont nous avais parler Shayen est la, avec son 4×4 et nosu lui demandons d emporter nos affaires sur les 16km de ripio grossier et en pente, jusque la frontiere. Nous ne le regretterons pas !

14routecailloux

Pause miam devant ce lac turquoise et ces montagnes aux sommets enneigées puis entamons cette fameuse montée.
10vue
Effectivement, même avec les vélos a vide nous peinons et poussons plus que nous pédalons. 4 a 5 kilomètre difficiles puis nous repartons en selle sur des sentiers forestiers aux pentes plus raisonnables.
11valpouss 12pierrebgbleu 13vuebleue

apercevons pour la premier fois le mont « Fitz Roy » ! Impossible d avoir un doute ; c est un pic énorme et nous avons la chance d avoir un ciel parfaitement clair pour admirer cette impréssionante pointe verticale.
15fitzroypremiere

Arrivons a la frontiere un peu claqué après 4 heures de montée. Nos affaires sont là; au milieu de nulle part mais pas le gars. Chargeons les vélos, appelons un coup : personne…Merci pour ce petit transport gratuit !
16pontbios 18frontere 17pisteterrisage

Passé la frontiere; plus de route, il faut passer par un petit sentier forestier de 6 km. Pensons rouler au debut mais le sentier est plein de bosses et de creux, de racines, de rus et de zones spongieuses où l’on s’enfonce… On pousse, on tracte, les vélos sont bien chargés et le sentier parfois étroit.
19valbuissons  22foret 20passageboue 21passageboue2
On se prends les tibias dans les pédales, on se vautre et on fait surement notre plus petite distance horaire : 2.5km en une heure et demi… On déclare forfait en passant près d un tout petit ruisseau ; on y remarque les traces d un feu et un espace plat a coté du sentier, le tout non loin d une belle cascade ce qui nous convainc de poser le bivouac. Il n est pas très tard et la lumière filtre abondamment dans le sous bois. L atmosphère est bien agréable, on se croirait au printemps et les nombreux insectes volants nous confirment que la vie renaît ici !

Allumons feu; popote puis dodo !
23arbrecreu
La suite .. côté argentin !

 

51 commentaires

Retour au chili, eaux bleues et ripio

27 Janvier
Il fait bon ce matin et nous repartons sur notre ripio preferé ! Sommes bien motivé car aujourd’hui nous devons arriver a Futaleufu !!! ca descend pas mal et on apprend a gerer la vitesse sur les cailloux. Pas de casse, tout roule.
Passons la douane argentine. Formalité et passage sur de la route asphaltée. O, c est un peu de l esbrouffe de la part des Chiliens qui ont juste asphalté les 10km de route jusqu au pueblo… Formalité coté Chilien (avec traditionnelle fouille de tous les produits alimentaires) ; nous n auront passé que 6 jours en territoire Argentin.
bienvenidochileval
Rencontrons une Suisse a vélo qui aprés etre allée a Ushuaya a décidé qu il y faisit trop froid : elle retourne donc vers le nord et le chaud pas effrayée par les km !
Arrivons a Futaleufu a Midi et on se renseigne pour aller faire un tour sur cette riviere mythique. Oui, pour les non-initié, Futaleufu c est une sorte de légende, de must en matiere de belle eau vive, et Pierre rêve a peine d y tremper le bout d une pagaie… Renseignement pris aupres d une boite de raft, on peut descendre encore 30km sur la route qui descend le long de la rivière d oú un groupe partira le lendemain en raft. Reste a négocier pour que Pierre puisse prendre plutôt un kayak, on verra.
On y file aprés un repas sur la place avec nos australiens.
bouffefutaleufu
Arrivons a 18h00, le « camping » est desert et une petite cabane octogonale avec foyer central est inocupée. Nous nous y installons et révons déja d y allumer un petit feu pour la nuit. Pour la douche, ca marche aussi au feu de bois : il faut allumer un poele ou l eau passe avant d arriver au pommeau de douche : c est parti pour une douche chaude !
Le guide de raft passe dans la soirée. Il prévient que c est gros et difficile. Ok pour le raft pour Val et le kayak pour Pierre !
Feu + papotage + dodo
dodocarbetrond
28 Janvier
Bon Anniv Nicolas !!!
Sur Pied a 7h00, Soleil radieu, ciel bleu, couleurs splendides sur les montagnes : on est chanceux ! Dehors ca caille mais c est le jeu ! On aura surement moins froid dans l eau !
8H00, on s equipe, combinaison, lycra, drytops, gilets, casques.
pierrekayakepaule
4 Israeliens arrivent. Ils feront la descente dans le raft avec Val. Pierre cale son Kayak.
Mise a l eau un peu plus haut que le camping. et embarquons apres le petit breafing de sécurité du safety kayaker (trés pro). Pour assurer la sécu, il n y aura pas moins de 3 gars. un en Kayak, un en Raft solo (avec de grands avirons) et le Moniteur embarqué dans le raft avec tout le monde. Les 4 Israeliens sont de gros boulets mais bon l eau est bleue, transparente, il fait super beau et Piere va descendre le Futaleufu en Kayak ! Re consignes de sécurité sur l eau, comment récupere un coéquipier a l eau, etc… petit tour dans l eau glacée pour Val et Zou ! On s élance.
pierrekayak2
Les passes sont monstrueuses… De leau, des montagnes d eau, des vagues bien plus hautes que nous et dans tous les sens. ca va vite aussi, il y a du denivelé et donc ca pousse, bien plus que sur le Maroni ou l Oyapock !
En plus de cela, le décor est somptueux ; nous descendons une vallée encaissée bordée de falaises abruptes ou de forets accrochées aux montagnes. De part et d autre de hauts sommets enneigés qui fument sous le soleil et le vent du matin. Il fait beau, l eau est turquoise. Une tuerie. Pierre fait la descente avec un autre kayakiste rencontré dans le bus ce matin. Léon, un Suisse allemand qui travaille dans la région comme guide de raft et safety kayak et qui est de repos aujourd hui. Il passe sa vie de fleuves en Rio un peu partout autour du monde. Il est trés tranquille et prends le temps de bien expliquer les passes a Pierre dans ce dédalle de Montagne d eau et de roche oú quelques vagues peuvent etre pariculierement affectueuses…C est gros. Du gros classe 4 qui enchaine et Pierre devra sortir deux esquimautages sur la descente, surpris par la puissance des vagues et un portefeuille (surnommé « the pillow » (le coussin) parce qu il faut s allonger dessus pour ne pas qu il te retourne ). Dur de contenir un sourire béat pendant cette heure et demi de descente…
Val pourra voir la fameuse « cara del Indio » (la face de l indien) profil qui apparait dans la roche dans un passage de la riviere et accessoirement nom de la boite de Raft.
Arrivée sous les flash des touristes.
Une vrai grande joie pour nous d avoir pu faire cette descente exceptionnelle.
pierrekayak  pierrekayak3  sautfutleufu  kayakm copainskayak  vuefutaleufu
Repassons au camp, miam et sechage au soleil, siestoune digestive et on remonte sur les bikis.

Objectif, se rapprocher de Santa Lucia a 48km pour essayer de prendre un bus le lendemain. On mange pas mal de poussieremais beaucoup en descente et trouvons petite baie pres d un lac avec vue de ouf sur une chaine de montagnes aux sommets blancs : Yahouuuu.

29 janvier

Reveil sous la pluie, le temps est nuageux et les sommets d en face sont noyé de brume.

Départ sous une pluie froide et la journée ne va pas s améliorer…
Rejoignons Santa Lucia. Pas de bus. Repartons, la route est en travaux sur 40km. Le ripio est tres grossier, en fait c est un peu comme si nous roullions sur une plage de gallets…
ripiotravaux
Trouvons un vieux hangard pour manger un morceau a midi. La pluie persiste mais nous aussi ! poursuivont jusqu a 16h00 ou Val tente de lever son pouce dans une montée difficile alors que nous prenons des paquets d eau froide sur la tete… Surprise, les gars s arretent. Chargeons les vélos et Go pour 70km de OUATURE !!! sommes au sec, au chaud et ca fait du bien ! Nous nous retrouvons a Puyuhuapi. Il est 19h00, il pleut toujours et il commence a faire sacrement froid.. Nous quittons notre chauffeur, géologue de sont Etat, travaillant sur la route qui sera asphaltée integralement d ici… 2024 !
Cette fameuse route c est la « CARETERA AUSTRAL » route voulue par Pinochet pour assurer l occupation du territoire sans dépendre des Argentins qui – de leur coté des andes – ont une pampa ou courrent de nombreuses route. Cette Caretera Australe doit donc passer coté Chilien par des montagnes, des fleuves et une sommes de barrieres géographiques que vous pourrez imaginer en regardant les photos qui suivront.
Bref 19h00, mouillés, froid de canard, il pleut sa mere et on a pas un copec ! Renseignements pris a l office du tourisme un seul resto accepte les paiement par carte. Par bonheur, le restaurateur est ami d une dame qui tient une hospedaje. On ira donc se prendre un bon repas chez lui pour avoir du cash et payer une nuit au sec.
Puyuhuapi est une petite villecharmante callée au fond d un fjord, callèe en bord de mer. La cote pacifique est ici totallement découpée, morceée en de milliers d iles, taillées par les glaciers qui, au fil des periodes glaciairesont patiamment ciselé les cotes et les vallèes aujourd hui occupées par la mer.
Des glaciers, il en reste justement un beau dans le Parc national de  Queulat qui est autour de dette petite vallée. Ce Ventisquero, nous iront le voir demain si le temps le permet.
pierreriviere
30 Janvier
Il a plu toute la nuit, sommes bien cotent d avoir été au sec ! Il fait encore gris ce matin mais le beau temps est prévu pour l aprés midi.Partons tranquillement apres un bon petit dej a l hospedaje. La route longe la mer, les piscicultures, une grande falaise ou des dizaines de cascades nous donnent pretexte a des séances de photo sexy.
valroutelongelac pierrecascade
N empêche, c est rudement beau, et la couleur de la mer, d un bleu vert laiteux ici, n y est pas pour rien. Des péonnes nous informent que les pluies diluviennes de la veille ont coupé la route en trois endroit et que 30km plus loins cela ne passe plus.
On avance tout de même et on en profitera pour prendre notre temps et visiter un peu le Parc de Queulat.
pontqueulat bebete
A notre arrivée, le temps s est un peu levé et nous apercevons pour la première fois un glacier : et quel glacier ! Le Ventisquero de Queulat est perché a plusieurs centaines de mètres de hauteur et tombes en cascades dans un lac bleuté en dessous. Deux cascades monstrueuses semblent couler au ralenti, Spectaculaire, Magnifique, Somptueux ! Par chance, les pluies d hier ont rincé la glace et le front du glacier est particulieremnt bleu vif avec le soleil qui vient le chatouiller par endroit ! Emotion.
glacierqueulat glacierlac

Reprenons la route et trouvons un joli spot avec vue sur cascade et rio…

valrouteglacier  bivouacfleuvecascade

31 Janvier

 

Reveil avec pluie qui nous accompagnera toute la journée.
Longue montée sur du ripio, 7km de lacets dans une foret qui avec cette pluie nous rappelle un peu notre Guyane a cela pres que les pentes sont vertigineuse et la foret s y accroche entre les cascades qui dégringole de toute part. 500m plus haut, nous entammons la descente. Sommes trop congelé pour apprécier vraiment. ca fait mal aux doigts, crispés sur les freins, maltraité par l air froid, la pluie et la vitesse.
Passons le midi a la piedra del Gato, enorme saut bordé d une falaise ou s accroche la carretera, sur un pont qui ne franchit pas la riviere ! L eau du Rio Cisnes est Emeraude ici, magnifique.
viaducpiedragato  valpluiefroidmirador
La journée se poursuit par des traversé de vallées profondes entre de monumentales montagnes qui nous font nous sentir tout petit. Les nuages nous font surement perdre une partie du spectacle mais c est deja tellement impressionant. Rencontrons un coupe Italo-Américain qui revient du Sud. Echange d informations. Repartons sous la pluie et finissons par monter la tente au bord d un rio, entre la route et des barbelés. La vue reste superbe.
tentebordroute
Anecdote N1 : Ce midi notre dernier bol en plastique a eclaté au contact de la soupe chaude ; Choc thermique !!!
Anecdote N2 : Alors que nous cherchions a acheter du pain dans une petit ferme, on s est vu proposer un Kuchen Framboise, sorte de tarte avec nappage d oeuf en neige assez courrant ici : Un petit soleil dans nos ventres !
59 commentaires

Debuts Patagoniens côté Argentin

22 janvier

Surprise au matin : il a plu toute la nuit et donc rien n a pu secher mais mieux l eau s est infiltrée par le sol et les matelas et sac de couchages sont mouilé… Et la pluie ne s arrette pas. Nous partons tard en esperant que le temps s améliore. On plie comme on peut la tente dans des sacs en plastiques ainsi que les duvets. L optique d une nuit dans une tente et des draps trempé ne nous rejouis guere…
Nos premiers contacts avec les argentins nous ont permis de decouvrir leur facon bizare de parler avec des « CH » partout a la place des Y ets des LL, voire des G… Pas toujours evident a comprendre.
Sortons de la ville pour trouver un endroit tranquil pour poser la tente. Rencontrons un couple d argentins sur le bord de la route en train de se boire un maté a labri dans leur voiture. Ils sortent papoter sans se soucier de la pluie qui leur tombe dessus et partagent leur maté avec nous. Adorables, enthousiastes, ils sont notre rayon de soleil dans cette journée de pluie. On s arrete un peu plus loin sur le bord d un lac pour  poser la tente. Le site (un peu privé) est superbe aves vue sur les riches hotels du bord de lac et les forets de pins et da arbres natifs (comme on dit ici) partout allentours. C est dans cette zone que le volcan Puyehue a fait des degats monstrueuxen recouvrant tout de plus de 20cm de cendre en 2011. Apparemment les fonds du lacssont encore aujourd hui tapissés de blanc. L eau est transparente mais glacée.
Tentons de faire secher la tente et les matelas mais l air est saturé d humidité et il repleut regulierement…Heureusement nous arrivons a faire un petit feu qui nous permet de nous rechauffer et de faire secher au moins les matelas et quelques affaires.
On se couche dans une ambiance humide mais heureux.

23 Janvier

 

Normalement le temps devait s améliorer aujourd hui. Nous nous levons tout de meme avec la pluie et de sérieux doutes sur notre capacité a poursuivre l aventure plus au sud si le temps ne s arrange pas un peu. Petit dej calfeutré dans la tente. La pluie cesse, nous plions les gaules (mouillées).
On peut cependant voir que le mauvais temps faiblit un peu : Au loin nous voyons désormais a la place de cette horizon de nuages une chaines de montagnes aux sommets enneigés que nous n imaginions pas hier. Meme une petite trouée de ciel bleu : esperons.
Reprenons la route et decouvrons la beauuuté de ce pays de lac et de Montagnes. Le soleil revient progressivement et nous rechauffe a nouveau la couenne : quel bonheur !
Pause du midi en face d un pic enorme, masse de roche impressionante. Il y a du soleil et du vent, sortons toute les affaires, accrochns la tente dans les buissons.
Au fait, nous y sommes, en PATAGONIE ! Avonc vu a l entree de villa la Angostura le panneau « Porte d entree de la Patagonie » ! Cette journée promet déja de belle découvertes.
Repartons avec comme objectif San Carlos de Bariloche. Vallée, Lacs immenses aux eaux sombres, arrieres plans de Montagnes dont les plus hauts sommets sont enneignés. Passons un col et découvrons des paysages de Pampas arbustives. Grands paysage a la « Roi lion », grandes savanes africaines vallée bordée de flanc rocheux rouge orangé. On traverse tout ca avec de belles descentes et surtout un vent dans le dos du tonnerre ! Arrivons alors sur la routa 40. Le vent est alors de coté, vachement moins pratique mais on arrive bientot. Un peu avant d arriver a Barriloche, rencontrons un Cyclotouriste seul, Camillo, Chilien qui part faire la caretera australe pour la 3eme fois. Trés sympa. On fait un petit bout de route ensemble. Bariloche : a l entrée de la ville de nombreux Back Packers font de l auto stop. Tres touristique, un peu cossues, de grandes maisons bordent le lac. N y restont pas longtemps, il est tardet il faut sortir de la ville pour trouver le bivouac. Trouvons un petit coin sympa au bord d un cours d eau ou nous nous posons en compagnie de Camillio. Mangeons bien autour d un petit feu et papotons un moment avant d aller se coucher dans notre tente toute seche : Yiiiha !

24 Janvier

 

Reveil froid : tres froid : Les velos sont couvert de Givre et le linge mouillé – lavé la veille – est tout rigide – completement gelé en fait ! C est notre premier passage sous 0 degré !
Repartons sous un grand ciel bleu. Encore plein de lacs et de montagnes, passons notre temps a nous pamer de bonheur, a nous extasier et – il faut bien le dire – a jurer abondament en francais devant tant de beaaaauuutéee ! Mangeons prés d un petit cours d eau oú Camillio et deux argentins nous rejoignent Eux arrivent de Buenos Aires a vélos et retournent chez aux plus au sud. Ils sont torses poil : il fait pourtant frisquet des que l on passe a l ombre ; des sauvages on vous dit ! Ils nous promettent de belles descentes jusqu a El Bolson, la prochaine ville (que nous ne pensons pa s atteindre le soir). Bon, au début que des montées puis soudain arrivons sur « El Cañadon de la mosca » ! Camillio, tout sourire, nous apprends que c est une descente super connue qu il révait de faire ! Effectivement c est un petit bonheur en barre : Paysages dingues qui défilent de virages en virages, vent dans les feuilles et pas un coup de pédale pendant 8 – 9 km ! que du bonheur.
Trouvons un gentil petit bivouac dans une foret de pin, bon repas avec pains maison succulents  fromage et vin. Hummm
25 Janvier
Froid mais on a perdu de l altitude et ca va. On repart pour de la descente. S arretons a une foire artisanale Mapuche et achetons une confiture de mure (a tomber par terre !).
Pause technique a El Bolson, charmante ville un peu moins touristique et nous nous posons peu aprés au bord d une riviere fraiche ou nous nous baignons (rapidement) profitant de cette onde particulierement pure.
26 Janvier
Avons revu nos calculs sur le temps qu il nous reste et le chemein a parcourir (2 500km) et c est beaucoup. Il va falloir feinter si on veut pouvoir profiter de certains endroits clés dont on nous a parlé au fil des rencontres. Filons a l agence de bus : chance ; un bus part dans une heure pour Esquel 200 km plus loin. On embarque et traversons des zones desertiques en bus sans trop regreter. A Esquel, pas grand chose d ouvert : c est dimanche comme a chaque fois que l on arrive dans une grande ville en cherchant des provisions ou un cybercafé… Tant pis : nous filons direction Futaleufu !
Nous commencons ici nos premiers kilometre de « Ripio » : Terre + cailloux. Beaucoup de routes sont faite de ce revetement en Patagonie. ca saute beaucoup, ca use le matos et les attaches des sacs ont tendnce a rendre vite l ame… il faut s y habituer, nous aurrons plusieurs centaines de kilometres de Ripio a faire. Rencontrons deux cyclo Australiens, Paul et Liseth qui ont perdu leur pompe a velo et qui feront donc un brin de chemin avec nous le temps d en trouver une. Ils dégonflent d ailleur leur pneux pour absorber un peu les chocs du ripio. Les paysage défilent mais nous sommes concentrés sur la route pour ne pas déraper: Ca descend pas mal, vent dans le dos et on essuie a peine une petite pluie. Paul trouve un spot pour le bivouac dan une sorte de foret de Peupliers derriere les eternels barbelés que nous passons pour l occasion. La nuit tombe vite (nous avons pedallé jusqu a 20h00…) et le froid écourte un peu la soirée. Parlotons tout de meme en espagnol + anglais jusqu a 22h00 ! Youhou !
 
26 commentaires

Wwoofisrael |
Koss7338 |
Garcinia Cambogia Extract |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coline et Zeubi au Canada
| Lisepoisblaud
| Agadir Excursions