Archive | Chili Flux RSS de cette section

Des images qui bougent

Image de prévisualisation YouTube

Après de longues heures de tri des 632 millions ( environ)  vidéos prises lors de ce voyage, voici un petit film compilant des moments émotion de l’aventure, avec finesse et volupté, comme à notre habitude !

A disfrutar sans modération !

1 Commentaire

Le retour

26 Fevrier

Aujourd’hui ca y est c’est le dernier jour …

il fait gris, un peu dans nos petits cœurs aussi…

1velorangé  2cartons

 

Nous avons la chance d’avoir un ciel ultra dégagé qui nous offre des vues superbes sur les glaciers et montagnes qu’on a pu voir d’en bas .. on en découvre ainsi l’immensité ! époustouflant

 

 

3glaciers 4glacier 6glacier 7torresdelpaine 8glaciers 9montagnesrio 10montagnes 11montagnes 21volcan

 

De l’attente dans l’aéroport … on trouve des nouveaux jeux !

 22stylobarbes  

 

Punta Arenas –>Santiago , puis Santiago—> Sao Paolo ou nous débarquons a 1h30 du matin avec grand besoin de dormir … on fait comme on peut

 

24

 

27 février

une nuit et une journée d’attente à Belem pour le dernier avion

23pierredodo

28 fevrier

Arrivée a Cayenne en plein carnaval !

Copine Jen est la et nous met dans le bain .

25rivé 26avecjeen

 

Vélos remontés, c’est parti pour un petit parcours semé de surprises jusqu’à la maison !

27enselle 28guyanepasperou 29touloulou 30bougounid

 

Petit grage en entrant à la désirée ..

31grage

 

32pedales  3310m

et les coupains qui nous attendent ! Merci les coupains !

 

34maison

12 commentaires

Torres del Paine et encore plus au sud

 

21 fevrier

Vent de ouf toute la nuit. Sommes surpris que la tente ai tenu le coup. Ce n’est pas le cas pour beaucoup d’autres campeurs contraints de se réfugier dans la salle commune/cuisine, pour finir leur nuit. Les tentes rendent l’âme, arceaux ronpus sous les rafales de plus de 80km/h. La pluie se joint à la fête mais la aussi notre tente de location tient le coup.

Bref, surprise au révil, beau temps , toujours très venteux, certes, mais beau temps.

69campingreveil

Ti dèj dans la salle commune puis plions les affaires car il faut rendre la place.

Départ sous le soleile et le vent.

70balademontagne

De grosses bourasques poussent l’écume des vagues d’un lac , la soulève en brume un peu partout au dessus de l’eau turquoise .. c’est beau !

71lacvent

Commençont notre randonnées « la valle del frances » en longeant ce beau lac face aux « cerro del paine »

72arbremotspierre

A gauche le cerro Paine grande et le glacier del Frances.

 

Longeons le lago Pehoe et arrivons après moins de 2heures au petite torrent qui reuse la valle del frances.

73riobo

Un pont de corde nous permet de le traverser. Pas plus de deux sur le pont, ca bouge pas mal et on arrive de l’autre côté au camp de base « el italiano »

74pierrepontsuspendu

 

75piaf

76valfeuillecouleur

 

De la partent les randonneurs pour la Valle del Frances. Nous y faisons la popote rapidement puis délesté de nos affaires nous commençons la petite grimpette, rencontrons quelques cascades, traversons de belles forêts pour arriver à un beau point de vue ou l’on se pose un moment pour profiter du spectacle.

87pierrefleures 86fleurroses

77fakirglace

 

deux glacier à notre gauche, une cascade qui ne coule jamais , le vent très fort souffle sur l’eau qui part à 90° et se vaporise dans la vallée.

A droite les cuernas del Paine, les pains de sucre monumentaux et des montagnes bicolores. Blanc du pluton granitique et noir des shistes argileux.

81bicolor

78vallefrances

 

Redescendons sous le soleil avecde bonnes bourasques de vent. Arrivons au camp après une bonne journée de balade, un peu fourbus mai heureux! …

83vallefrances     82valbicolor    79torrespaine

Attendons pour savoir ou nous pouvons dormir ce soir, beaucoup de tentes sont réservées. Passons la soirée attablés dans la cuisine commune du camping à papoter avec diverses gens au milieu du brouhaha des centaines de campeurs qui comme nous papotent et papotent.

Passons un bon moment entre autre avec un Néo Zélandais, Sean, amateur de rugby (of course!) et de whisky et Eduardo, brésilien controleur aérien qui parle mieux anglais qu’espagnol. rencontre furtive avec deux américains fous venant de Las vegas et qui collectionnent les plats lyophilisés en prévision d’une catastrophe nucléaire ou d’une attaque de zombie !

Apprenons à 22h que nous pouvons dormir ici, dans la cuisine. 23h tout le monde a enfin évacué la place, il fait bien chaud dans la cuisine . petit coup de balais et on s’installe a côté de 4 rosbeaf bruyants que Val fini par calmer, épuisée ! Dehors ca souffle et un couple nous rejoindra dans la nuit : carpa muerta !

N’empêche qu’on dormira mieux que sous une tente! Le vent dingue dehors secoue tout violemment et nous dormons sur une parquet de bois chaleureux.

 

22 février

Levés aux aurores, petit dej et décollage pour le sentier « grey ».

Nous nous engagons sous un petit crachin dans une petite valle que nous remontons avec nos petits pieds. Passons un premier col, le vent nous offre de bonne bourasques déséquilibrantes.

Nous nous retournons au hasard d’un virage pour apercevoir quelques gros glaçons bleutés dans le paysage grisouilleu du matin. Des putains d’Iceberg ! C’es gros c’est d’un blanc bleuté, c’est magique, c’est super !

84valglacons

Cette balade nous fait longer un grand lac aux eaux grises. Traversons des forêts aux arbres rabougris, petits troncs, forêt basse. Passons aussi dans des forêts calcinées. Toujours cet incendie de 211 qui a décidemment fait des ravages. Crapahutons un peu sur des flancs abruptes avant d’arriver au refuge. Au bout du sentier, une vue sur le glacier Grey, un autre glacier géant qui glisse lentement dans les eaux du lac. une grande ile divise le flux de glace en deux.

85glaciargrey

La encore, de gros iceberg flottent , s’accumulent , poussés par le vent, au fond des petites criques.

 

88glacons   80valglacos

 

La pluie et le vent ont repris et nous ne resistons pas longtemps. Autant il est possible de rester des heures à profiter du spectacle, des craquements de glace, des chutes spéctaculaires de bloc dans le lac, des reflets bleutés dans les circonvolutions de la neige et de la glace sculptée par le vent et l’eau , autant avec ce vent froid et chargé de crachin nous choisissons de rebrousser chemin.

3h30 pour le retour, les pieds font un peu mal dans nos chaussures à 4sous.

Une des godasses de Pierre est d’ailleurs ouverte devant et sourit à chaque pas devant son repos éternelle, proche

 

la navette arrive en même temps que nous. on récupère nos affaires et on saute dedans.

Re petit tour en bateau dans lequel nous nous endormons tous les deux. Arrivés de l’autre côté du lac on demande a un chauffeur de bus q »il peut nous emmeneer jusqu’à Cerro Castillo chercher nos Bicis puis nous emmener tous les 4 jusque Puerto natales … inespéré , le mec est super sympa et accepte sans problème ! youpi !

Voila une journée de vélo vent de face évitée ! Super d’être tombés sur lui. Arrivons vers 22h à Puerto natales et trouvons une hospedaje pas trop cher et vraiment sympa. lits superposés dans une chambre partagée mais il est tellement bon de dormir dans un bon lit bien ferme avec des draps tout propres qui entent bon qu’on s’endor vite comme des bienheureux .

 

23 fevrier

Au réveil, un bon petit dej nous attends et le proprio de l’hospedaje est au petits soins! Notre bus pour Punta Arenas , dernière ville à atteindre, est a midi. On à donc la matinée pour se la jouer tranquilou et commencer a faire du tri dans les affaires. Quittons le gentils monsieur et embarquons dans notre premier bus qui est ceertes plein mais accepte nos bikis sans aucun problème ni pesos à payer en extra ! youpla ! la route n’es quasi que panpa et on la regarde défiler sans trop de regret.

Arrivons a Punta Arenas . un peu d’émotion. il fit beau mais frais. Nous équipons les vélos puis en route dans les rues de la ville pour trouver où dormir le soir. C’est un joli brin de ville, propret, avec beaucoup de petites cases de bois modestes mais soignées. Au coins d’une rue on nous indique une hospedaje ou nous pouvons trouver un endroit ou planter la tente. c’est l »Hostal Independencia » ou la petite cour abrite déjà 4 à5 tentes. Ambiance sympa avec beaucoup de backpakers et acceuil chaleureux d’Alphonso. il nous donne pas mal d’infos sur la ville et Eduardo, le « doyen » de l’hotel ( bien jeune en fait) complète et nous indique comment aller voir les fameux pingouins ! Oui! Nous voulons voir des pingouins !

On plante la tente et on repart aussitôt pour aller silloner la ville avec nos vélos à vide.

il fait toujorus aussi beau et aussi frais mais c’est super agréable ! il nous faut peu de temps pour tomber sous le chamre de Punta Arenas. C’est beau, simple, agréable, c’est calme commeun dimanche ( c’est dimanche !) et il y a du monde dans les rues , sur la place. On file longer la mer. De belles vagues et des cormorans en pagaille et que nous prenons d’abbord pour des pingouins ( vu de loin ils sont noir et blanc et se tiennent droit … ils nous cherchent ! )

89cormoranpunta

 

beaucoup de gens sont là à se ballader comme nous sur les quelques Km de digue. Val est contente parce que ça sent la moule comme à Wimereux et parcequ’il fait beau et froid comme pour une journée d’hiver la bas, sur la côte d’Opale !

Il y a énormemnt d’équipement sportifs sur cette digue, de quoi faire son « parcours de santé » avec différents agrès, un skate park ou nous passons un moment a regarder des jeunes qui font des jolis sauts en BMX, des terrains de basket, et une piste cyclable quilonge la digue et donc la mer.

90pierresport 91pierresport2

On est dimanche, il fait beau, ça sent els vacances ( et la moule, mais ça on l’a déja dit !)

Retour à l’hostal independencia ou on se lance dans un long papotage avec Eran et Martin, respectivement Israelienet Tcheque, motard et Backpaker.

 

24 fevrier

Ce matin nous devons trouver des cartons pour envelopper nos petites bikis. Pas évident mais une bonne occasion de se balader encore à vélo dans la ville. On trouve quelques petits cartons mais, ça on vera plus tard prcequ’on est tout fou : cet aprem on va voir les pingouins !

Le petit bus arrive a 16h et c’est parti pour 1h de route et de ripio opur arriver à la « pinguineria » , la colonie ou sont ces famuex pingouins ( manchots, en vrai , mais pingouins, ça sonne mieux, et eux, ils disent comme ça !)

devons traverser une propriété privée pour arriver à la reserve et le proprio prélève 1.5€ / touriste pour passer sur son terrain. Il a même construit une autre piste ) côté pour aceder à la concession minière qu’ily a un peu plus loin . Vive les servitudes de passage !

Arrivée à l’entrée de la réserve, on file sur le sentier et 10 minutes plus tard on voit notre premier couple de pingouin paisiblement installé à quelques mèters du sentier, occupés à se toiletter et se papouiller mutuellement.

94pingouin 93pingouins 97pingouin

 

Poursuivons jusqu’à une petite structure en bois type observatoire, a 50 mètres de la mer et donnant sur une petite plage ou une cinquantaine de pingouins de magallenas sont groupés à quelques mètres de l’eau. ils partent en début ou milieu de journée pour aller pêcher ( petits poissons, mollusques, crustacés) et reviennent le soir pour se reposer au sec.

On voit les petites tête émerger à quelques mètres du bord puis les pingouins s’extirper de l’eau, se mettre debout et se dandiner vers les groupes déjà arrivés.

 

      99pingouinreflet    95pingouins

 
Parfois un groupe se détache et fait l’ascencion vers la terre ferme. Seance dandinage collectif, démarche de culbuto qui rend ces bêtes bien sympathiques

 

98pingouins

Passons un moment à regarder ces petits bestiaux ( 70-80cm de haut) , émus. Puis nous nous rendons compte que le temps est passé vite et que le bus doit nous attendre! Prenons le temps qund même de papoter avec quelques oiseaux assez coopératifs pour ce qui est de la pause photographique.

 

100piaf 96piaf

 

Retour en speed (un voyageur doit prendre l’avion et est limite sur le timming) et chipons des cartons en passant devant le magasind e vélo. Le cartone st plein des poubelles du magasin et  nous faisons des heureux a l’hostal en triant le matériel réutilisable.

Passons un moment a papoter avec Moïse et Anna, un couple d’español ayant commencer a voyager un fois tombés au chômage pendant la crise,e t qui maintenant n’a plus aucune envie de rentrer. ils sont bien plus heureux sur la route et n’ayant aucune date de retour ils prennent le temps dans les villes qu’ils apprécient et vivent au jour le jour. Ils nous font un peu rêver!Leur vélos et carrioles sont fait avec des matériaux récupérés, recyclés, bidouillés !

Ils viendront surement en Guyane un jour .. et nous les attendons , que ça soit dans 6 mois ou 6 ans !

 

25 fevrier

Tour en vélo, une dernière fois. Allons chercher des cartons (encore !) mais à la zone franche cette fois. Nous en profitons pour faire les boutiques. Nous n’achetons pas grand chose, un sac pour le voyage retour et des cordes de guitare. A vrai dire, ces temples de la consommation nous rebutent un peu. L’après-midi , visite du musée Sellesiano, musée foure-tout tenu par des curés. on y voit en vrac , la faune locale affreusement taxidermisés, un peu de flore, quelque vestiges historiques et objets de la vie des peuples autochtones aujourd’hui décimés: fauteuil ayant accueilli le « saint siège » de Jean-Paul II lors de sa visite de 1987, bondieuseries diverses et histoire géologique du pays avec découverte du pétrole et force maquettes de distillerie … fuyons ce musée sombre qui nous donne envie d’un grand bol d’air pour aller traverser la ville une dernière fois à vélo.

101skqtepqrk

Passons ensuite à la phase démontage des vélos et mise en cartons. On scotch tout ça et ça nous émeut un peu.

1velorangé

Passons la fin de la soirée a manger avec 2 couples de français, guitare, accordéons et pinard chilien

64 commentaires

Aaah, la caretera Australe !

1 fevrier

Decollage rapide, plein de descentes pluie + vent.

Arrivons a Mañihuales vers 11h30. Courses et retrait d argent, passons a la casa de cyclista pour manger au sec. Y rencontrons Olivier et Aline, deux Suisses sur la route depuis plus d un ans. Sympa.
maisonsmanihuales
Reste 70km a faire pour Coyhaique. Passons coté Ripio. Le vent se lève. Des bourasques si forte que l une d entre elles fait chutter Valentine ! Entamons le ripio, la vallée est jolie et le ripio est bon.
pierrevalleeripio  pierrerouteripio
Crevaison, reparation, re aplat 100m plus loin, double crevaison en fait !
refugepneuripio
Le temps change toute les 5 minutes, on passe du soleil a la tempete, de beaux arc en ciel  se forment.
arcenciel
Le temps passe au frais. Montons vite la tente sur le bord de la route pendant qu une pluie se dechaine au dessus de nous avec force bourrasque, amarrons la tente avec de grosses pierres. et dormons vite.
bivouacroutemontagnesnuages
2 Fevrier 
Brouhouhou : il fait trés froid. Les montagnes alentours sont bien enneigée et cela date de la nuit.
On se lance mais on est crevé des le matin et c est dur. On a peut etre accumulé un peu de fatigue…
On se fait vite une pause sur le bord de la route et un gentil Monsieur, Victor agriculteur amoureux de sa region, s arréte pour nous demander si tout va bien. Il nous propose de nous emmener a Coyahique et on ne refuse pas ! Chargeons le vieux pick Up a 280 000km et on roule doucement.
  valpousse velopickup
Victor est super gentil et il s arrete pour nous faire profiter des points de vue, nous parle de la region, de la peche, des vaches, du climat, etc…
valetmecstopsoyahique riosimpson
Arrivons en ville sous un beau soleil et avec une faim de loup. Resto vite choisi : il y a deja 5 bikis devant !!!
veloscoyahique
Pierre goute une biere locale pas dégeux et Val un jus de « frutas del bosquet ». Contactons Shayen, la copine de Rafa Gomez. Elle nous donne RDV sur la place. Elle déboule avec Père et frère dans le minibus familial, chargeons les vélos et en route pour une jolie maison sur les hauteurs de Coyahique.Douche chaude, siesteet specialité culinaires au choclo (Mais). Shayen, Rolando son frère, Oscar son Pere et Jasmina la Maman sont adorables. Ils se plient en 4 pour nous aider a planifier notre periple. Ils connaissent bien le sud pour avoir une entreprise d écotourisme « Patagoniaventura » avec cabañas et peche. Ils passent des coups de fils, se renseignent pour les bus, transporter des vélos en bus n est pas evident ici.
Discussons, photos (les photos de Valentine dans les arbres ont toujours autant de succés !). Oscar montre les monstres de Saumons pechés dans le sud. Il parait que c est facile comme tout a pecher… hummm ca donne envie.
Coucher tardif a 00h30 dans de bons draps sec : yahouuuu!
3 fevrier 
Dormis comme des bébés. Mega ptit dej et depart pour courses et chercher bus pour le Sud. Pas possible : vive le vélo alors !!! 370km a ajouter a notre planning. Dernier repas avec la Famille Angulo et dépar apres une petite photo de famille. Shayen est vraiment trop choux.
shayenetnous
Partons avec le vent dans le dos dans une pampa vallonéeau milieu de grosses montagnes anguleuses. Il y a de belles montées mais le vent nous aide bien et on se fait de belles descentes dont une a plus de 72km heure (record battu !)
1routedeparcoyahique
On croise les deux suisses, Olivier et Aline, aprés 50km de route dans un champs près d une ferme et on se pause avec eux pour la nuit. Repas agréable avec histoire de voyage et de vie.
Dodo dans le froid.
 2tentesacsuisses 3alineolivier
4 Fevrier
Levé avec la pluie et le froid. Ti dej dans la tente et départ sous une pluie qui décidement ne nous lache plus.Premier col a 1000m et nous nous retrouvons trempé de sueur dans nos kaway. Sommes dans la réserve nationale de Cerro Castillo et des panneaux nous avertissent de la présence de HUEMULES, petit cervidés emblème du Chili avec le Condor et espece en voie d extinction.
Arrivés en haut on a froid et on ne fait pas les fiers. on poursuit notre route, impossible de faire du stop il n y a presque pas de voiture. On se fera 30km comme ca, mouillé, sous la pluie. sans pouvoir s arréter de peur d avoir froid. La descente fait plus mal que la montée et avec la vitesse, le vent fini de nous congeler. c est un peu un suplice et on sert les dents.
On arrive dans une petite vallée ou coule el Blanco et ou le premier pont s appelle « Puente Grosse 1″ Ce qui a le mérite de nous redonner le sourire (on a le droit d etre bete des fois)… Ca remonte et on se rechauffe un peu, mais il pleut toujours et on reste trempé. Dommage, les nuages sont bas et on y voit pas grand chose.
On remonte toujours a coté de minuscule torrent, on devine que les paysage doivent etre surprenant. En tout cas les nuages qui nous enveloppent donnent a cette vallée une atmosphère magique.
Nouvelles descente, plus longue, plus rapide aussi. Cela finit de nous achever. Arrivons en bas, une ferme est juste la au carrefour, nous y allons pour trouver un peu de Chaleur.
Valentine ne peux plus parler ni ouvrir ses doigts paralysée. On lui decroche le vélo des mains et le paysant et  sa femme la mette pres du poil, lui frote les mains avec de l alcool. Il faut un moment pour se rechauffer mais moralement ca va mieux. On a le droit a un bon café ou Thé en faisant secher ce qu on peux pres du poele. Il y a un petit Mome qui est lá, Amaury, petite bouille ronde et grand yeux noirs. Il a la tenue complete des Vaqueros avec pantalons de fourrure, Poncho, Beret. Fierté du petiot et des parents.
4amaury
Finissons par repartir en remerciant nos sauveurs, en achetant un bon fromage aussi et en ayant une grosse pensée pour l Auvergnat de Brassens. Villa Cerro Castillo n est plus qu a 7km de descente, y filons manger un morceau dans un resto pourri mais avec un poelle !
Recroisons Aline et Olivier, notons qu ils sont mieux couvert que nous.Ils nous disent pousser dans les montées pour eviter de se prendre des suées. On fera ca désormais. On redécolle en essayant de faire du Stop mais les deux vélos dissuadent pas mal…
Avec les nuages, impossible de voir le fameux Cerro Castillo : dommage…
5 km plus loin, nous nous posons a cote d Aline et Olivier qui on trouvé un petit coin a plat en face du Cerro et espere en une éclaircie.

Plus de pluie juste beaucoup de vent et il caille bien. Les suisses nous payent un bon thé chaud. Dodo a l abri. Le soleil passe, la pluie revient, le vent secoue la tente dans tous les sens.

 

5tentecerrocastillo

 

5 Fevrier

 Tempete de vent cette nuit ! La tente a bien tenue.
Les nuages se sont un peu dissipés cette nuit et on voit bien le cerro Castillo. et ses monts enneigés. Et PAS DE PLUIE !
On part juste avec du vent de face  pour arriver une heure plus tard a la laguna verde aux couleurs impressionnantes.
9valalgunaverde
Chouettes paysages.
7valcerocastilo 8valleebelle 6valleecerrocastillo
Vallée aux eaux de couleurs bluffantes …
10valleeouf  11pierrevalle
dans laquelle on descend (la vallée, pas l’eau ! pas foux ! )
12pierredecentevallee
Retrouvons les Suisses pour midi puis repartons tout les 4 pour affronter un vent de face de dingue. Obligé de pousser les vélos a la main et de mettre des lunettes de soleil pour eviter les bourasques de sable. Les kilometres passent lentement, ripio + tole ondulée   mais pas pire. Trouvons vieil enclos dans foret pour poser la tente apres 50km de route. Il caille bien et il fait bien humide. Petite pluie de fin de journée et dodo.
6 Fevrier
Pluie toute la nuit et l eau s est de nouveau infiltrée dans la tente. Matelas mouillés… Rallons un peu contre cette tente prévue pour la montagne et qui n’est pas étanche.
On se lève tard et on part tard. 10h30 alors qu il y a de la route. 70km pour arriver a Puerto Rio Tranquilo.
Pierre a eu beau réparer une crevaison hier son pneu est encore a plat ce matin. Regonflage rapide et prenons la route ainsi. 30 minutes plus tard a plat de nouveaux. Le pneu acheté a Calama est deja bien usé apres seulement 2000km… On change tout sous la pluie, Pneu et chambre a air. et on repart.
Toujours de la pluie et c est frustrant de ne pas pouvoir profiter de la balade. Enchainons les km jusqu a Murta ou nous nous arrètons acheter du pain dans une hospedaje. Prenons aussi de la confiture de framboise. La piece est surchauffée et c est dur de repartir dans le froid.
13valmurcaillou
Allez, plus que 24km. La pluie redouble et on regarde les 4X4 qui nous dépassent avec l envie de sauter dedans. Arrivons enfin au lac General Carera (Lago Buenos Aires coté argentin). plus grand lac du Chili et 2eme plus grand lac d am du sud apres le Titi Caca. Malgrés le temps maussade, ce lac est magique. La couleur des eaux parait artificielle, un bleu turquoise dur heurte presque la rétine, le lac est quasi lumineux, presque irréel. Nous le longeons un moment et ca remotive tellement c est chouette, Une eclaircie nous offre en cadeau de bienvenue un arc en ciel enjambant le lac au moment de franchir notre 4000km !
 14lacarcenciel 15valarcenciel 16km4000
Recroison Olivier et Aline qui se sont installés sur une plage au bord du lac pour la nuit. Ils ont été suivi par deux chiens depuis plus d une vingtaine de km. Un vieux gars descend alors de la maison un peu plus haut et leur reclame a travers son dentier (extremement mobile) de payer pour mettre la tente. Negociation, ils peuvent rester mais les chiens doivent partir. Nous appelons les toutous et partons vers Rio Tranquilo. Trop content de repartir pour l aventure les deux clebs nous suivent avec enthousiasme. L un d eux passe dans un champs pour aller courrir apres les moutons, panique chez les frisés mais pas de blessés. Les gens nous regarde bizarrement en pensant que les chiens sont a nous… Réussirrons a les semer grace a une série de descentes bienvenues (nous reverrons les chiens le lendemain au village en pleine forme…)
17lacbleu
Derniere méga montée en poussant les bikis et nous voila arrivé a Puerto Rio Tranquilo !  On réserve des place pour la visite des cathedrale de Marmol le lendemain et on file s installer au camping Bellavista. La bas, plein de gens, des cyclo touristes, ambiance chaleureuse, ca papote a droite a gauche dans un peu toute les langues.
 Il y a un sechoir pour les affaires et un petit chat blanc est enfermé dans la piece avec une pate avant fraichement coupée et bandée.  Pauvre pépère, il faudra que l on sache ce qui lui est arrivé…
7 fevrier
Levés      avant le reveil pour rejoindre le bateau au bord du lac. On a de la chance et on a droit a un beau soleil au dessus du lac.
Prenons le bateau avec 6 autres personnes. Naviguons sur le grand turquoise qui est un peu agitéAprés 20 minutes apercevont de petites grottes qui percent le bas des paroies rocheuses. Le bateau s avance et fini par rentrer dans une de ces grotte. Les paroies sont lisses, d un blanc laiteux qui reflette la couleur bleu de l eau lui donnant cette couleur turquoise. Passons a une autre grotte, mais regardez plutot les photos….
Sommes dans les « Capillas de Marmol », Chapelles de Marbres », Formations naturelles de toute beauté, classé 5 plus beau paysage naturel du monde !
20marmol3tetehien 19marmol2 21marmol4 22marmol5 18marmol1 23marmol6
Le retour se fait avec de belles vagues eclaboussantes mais rien de bien méchant.
Passons l aprés midi a attendre  des bus qui ne viendront jamais. Il faut se résoudre à finir a vélo.
Remontons la tente au camping et dinons en compagnie du petit chat qui – information prise – s est fait coincé la pate dans une porte… Il trotinne et vient chercher ses calins auprés de Val et passe le reste du repas sur les genoux de Pierre.
8 Fevrier
Ciel Bleu !!!
Wouahou, c est beau autour de nous, grosse motivation ! Décollons vite pour enchainner une série de grosses montées bien corsée sur ripio ondulé mais avec vue magnifique sur le lac.
Val profite d une belle descente (qu elle prend a fond comme a son habitude désormais) pour faire un beau vol plané devant deux 4X4 arrivant en sens inverse et qui stoppent médusés. La pauvre a mordu dans une grosse epaisseur de cailloux accumulé a l exterieur du virage . ca ne pardonne pas. Bref Val fait une sorte de brasse a meme la route et on est bien rassuré de voir qu elle a toute ses dents. Plus de peur que de mal. Des petits bobos, erraflures et bleus. et des trous dans les fringues (heureusement le paysage est magnifique et Val a le sourire).
28routechute  26apreschute 27apreschute2
Repartons pou les montagnes russes. Nous longeons toujours le lago du general Carrera et la hauteur nous donne des vues superbes.
25lacbleu  29valrochervue  30lacmontagne  31pierreroute
Puis on quitte le lac mais avec toujours jolie vue sur les montagnes enneigées
34camion
Croisons des Chiliens de Santiago en séance photo, voiture arretée sur la piste. Ils sont euphoriques et papotons un moment. Le paysage est a couper le souffle. Au bout de cette grande ligne droite se trouve au loin deux enormes montagnes enneigées. Ils nous prennent en photo, épaté de nous savoir venu de Guyane Francaise.
32nous+cerro 33valsautcerro
Ils parleront de nous puisqu un peu plus loin sur la route on nous demandera si c est bien nous les Guyanais !
35lacneige
Passons devant le lago negro, (noir), nous l aurions appelé « Lac Vert » en france mais les Chiliens ont tellement de lacs clairs et colorés que celui ci hérite du nom de noir.
        36lagonegro
Puis après de belles montées dans lesquelles on mange un peu la poussière …
41valpoussemontee 39pierrepousseiere
On redescend…
37pierreriiodescente
Pour arriver au Lago Bertrand toujours d un bleu turquoise irréel.
38lacmontagne
Passons a côté des cabañas de la famille de Shayen …
40panoshayen
Arrivons a Puerto Bertrand, pas de telephone pour joindre notre contact a Cochrane : lignes coupées suites aux tempetes.
Le pueblo est a cote du Rio Baker, plus gros debit du Chili et riviere a raft a la couleur turquoise dingue. Faisons quelques courses et filons chercher un bivouac. quelques centaines de metres apres le village, tombont sur le spot ideal le long du Rio Baker.
Acces a l eau bleue et les vagues enormes, espace pour le feu et la tente, bois a profusion et grosses pierre pour poser nos fessiers endoloris… Faisons feu, popote et dodo.
42riobakermontagn  43tentebaker
9 Fevrier
Levés sous un beau soleil qui nous met en joie. C est reparti pour des montagnes russes sur du ripio grossier.
Mais des paysages toujours superbes …
44vueriomontagne  52fleuvearriveecochrane 47pierreroutefleuve
Passons devant la confluence entre le Rio Baker et le Rio Nef. Enorme chute d eau ou les eaux turquoises du Baker rencontrent les eaux laiteuses du Nef.
         46pierrerios 45riobakerneff
Juste apres, les eaux s engouffrent dans un canyon etroit que nous longeons un moment. Le debit est effrayant et le bruit (nous ne voyons pas le fond) laisse imaginer un enfer d eaux vives…
48riocanyon
Repartons pour de belles montées bien longues. La route est en travaux mais le ripio y est souvent meilleur. Alors que Val fait une photos du paysage, elle remarque deux petite taches marron-orangée au premier plan : des Guanacos ! Ils sont lá, paisiblement allongés a moins de 100m de la route. C était les deniers camélidés d Amerique du Sud que nous n avions pas vu !
49guanacos
Retrouvons Olivier et Aline un peu plus loin sur le bord de la route en plein casse croute. Nous nous joignons a eux (et occasionellement a un autre Guanaco qui broute a 80m derriere eux !). Sommes alors a flanc de falaise avec une belle vue en face et le soleil chauffe agréablement.
50fondvalleeouf
Un autre cycliste passe, un allemand qui a eu le maleur de croiser le chemin d un putois. La charmante bete ne l avait pas vu et lui est litteralement rentre dedans ! lui laissant au passage un adorable souvenir olfactif ! Une semaine apres l allemand en question devait se séparer de certaines de ses affaires qui puaient trop !!!
Bref, alors que nous repartons, Marrion et Mathias, 2 autres suisses, nous rattrapent sur la piste. Et nous voila a 6 a monter et  devaler les pentes jusqu a Cochrane, papotant en francais, plus facile et ca fait plaisir aussi !
51pierreolivierpouss
Approchons de cochrane
53valeecochrane
et croisons les Gauchos et une petite fille a cheval qui nous disent qu un Rodéo est en cours a Cochrane en ce moment. Allons donc commencé notre petit tour a Cochrane par un tour au Rodéo !

Ambiance populaire, gave de monde avec musique hispanisante d ambiance. Assistons aux travail des Gauchos qui doivent equiper de jeunes chevaux, monter dessus et tenir une dizaine de secondes. Les chevaux se rebiffent, se couchent par terre au moment d etre equipe, puis le Gaucho monte dessus comme il peu et on lache la bete qui jusqu alors etait attachee a un poteau.Ca saute, se cabre et parfois le Gaucho reussis a tenir avant le son de cloche. Alors 2 autres cavaliers viennent de part et d autre pour recuperer le gars et calmer le cheval.

54rodeo

Trouvons un petit camping (Don Lorenzo) ou Aline negocie un rabais pour nos 6 trognes de cyclistes. En echange (!)le proprio nous offre des pommes et des prunes-cerises. Courses et petite bouffe entre francophones jusqu a minuit, ce qui est exceptionnel ! plus l habitude de se coucher de nuit.. les jours se rallongent et avec la fatigue on a plutot tendance a se coucher avec les poules … voir meme avant elles ! A cote , ca discute, ca chante et joue de la guitar all night long jusqu a 6h.

10 fevrier

On se leve tot pour aller choper un bus pour Caleta tortel (merci a Shayen pour le plan !) 130km de ripio pluvieux en 3h… du luxe ! sommes creves et ca fait plutot du bien de se faire porter. La pluie est la a tortel et ne nous lachera plus de la journee.

Caleta Tortel est un petit village de pecheurs construit sur la mer, a flanc de montagne. pas de chemin terrestre ici, des passerelles de cypres au dessus de l eau permettent de se déplacer.

5tortel 2tortel

c’est tres joli et un peu touristique. On arrive a s y perdre en montant dans les passerelles prevues pour l evacuation en cas de tsunami qui debouchent sur le sommet tourbeux de la presqu ile. Cul de sac la haut !

1valtortelarbre   3pierreescaliers 4valescaliers

De retour aux velos, Val demande a un gars a cote d un 4×4 vide s il peut nous rapprocher un peu du croisement avec la route principale. C est parti pour 20 km avec Antonio, Ramiro et Gabriela. les deux petits gars sont etudiants en archi et bien sympas. Il est tard et ils nous evientent un belle montee et 20 mintues de balade sous la pluie. Ils nous deposent a la croisee des chemins ou nous atendent une serie de lacets bien corces vue d en bas. 18h , partons sous la pluie pour 8 km de grimpette dans des gorges vertigineuses et magnifiques. une fois de plus on se dit qu il fallait vraiment etre dingue pour faire une route dans des endroits pareils. C est magnifique, on ne sen plain pas.

1valcascade 6pierreroute

Croisons plusieurs paneaux en memoir aux soldats ayant perdus la vie sur ce projet titanesque.

19h30 la pluie a forcie (il pleut sa race) et il commence a faire froid (il commence a cailler sa mere) et nous trouvons un petit coin de cailloux bien draine pour poser la tente. En 10 minutes sommes calfeutres sous la tente et n en bougeons plus.

11fevrier

Pluie toute la nuit, aglagla !!

7tentecailloupluie

Dehors un coin de ciel bleu, un grand lac et au dessus, sur la montagne, de belles cascades degringoles en grand fracas. Vite, decoller pour faires les 12km vers Puerto yungay. Le bateau est a 10h. c est un bateau gratuit pour traverser le lac jusqu a Rio bravo. 45min paisible au chaud dans la cabine. peu de monde avec nous.

8valbatoyungai

11h Pied a terre et c est reparti pour l aventure. peu de trafic et un ripio parfait et plat pendant les 20 premiers kms. La, nous croisons un allemand a velo qui nous informe que nos 20 prochains km seront en montee , en nous souhaitant bon courage ! ouch ! mais aussi qu il y a un refuge pour cycliste en haut. Il est a la moitiee du chemin jusqu a o Higgins. c est donc parti pour 4 « petits » cols a passer.

12valroute

Assez impressionant, la premiere serie de lacets nous reserve une belle surprise: alors que nous sommes en plein papotages, poussant nos velos dans un virage, levons la tete eberlues devant 3 huemules a moins de 30 m de nous, broutant tranquilement sur le bord de la route et ne pretant aucune atention a nous !! Restons bien 10min avec eux a les observes et prendre quelques cliches (sous la pluie) vraiment pas farouches. Val reussi a sen approcher a 5-6 m sans qu ils ne reagissent. Puis finissent par descendre la pente et continuent a faire leur vie un peu plus bas !

10huemule2 9huemule

Nous repartons emus et tout emoustilles d avoir rencontre ces animaux amblematiques du chili et en voie d extinction. Un peu plus loin , Pierre fait main basse sur des calafate, sortes de myrtilles sauvages bleues, excellentes ! Passons encor quelques cols avant d arriver a une belle riviere, promesse d aventure en eaux vives . Denivele de dingue, paroies abruptes, eau bleutee: c est beau. Bon, l eau est gelee.

posons dans une sorte d abris bus maison et un vieu pepere barbu poilu debarque pour tromper sa solitude. En 100km nous aurons croise une ferme: la sienne. Passons un ultime col et descendons vers le fond de la valle.

Des cyclistes sont déjà passés par la …!

13panocyclsite

ligne droite et enfin le petit refuge pour cyclistes. Nous y arrivons seuls, mais bientot Benjamin, un autre francais arrivera gachant tout espoir de coit sauvage aupres du feu ;-) ! Pierre va chercher du bois par depis et rencontre une belle grenouille (bufo variegatus).

11crapeau

Au loin on peut entrapercevoir entre les nuages un glacier perche sur sa montagne. chouette ! Pierre tente d allumer un feu pendant une heure. Il fini par prendre mais le bois mouille ne nous offre qu un feu tiede.

Mangeage, papotage, dodo… sous un bon toit , mais grand froid… Finalement un refuge garde moins la chaleur qu une petite chambre de tente !

14refuge

12fevrier

reveil avec un ciel bouché mais ca s ameliorera toute la journée. La route est tranquille, jolie, le ripio bon, on avance bien. Suivons un fond de vallée, quelques forets d arbres morts, des libellules et des moustiques !

  17pierremontagne

Croisons un type au camion bariole. Il s arrete u peu plus loin pour regarder les cignes sur un lac. Sur son camion est ecrit « bird watching » ! on luid emande donc des precisions sur ces cignes ce sont des cignes a col noir (cisnes a cuelo negro- decouvrons ainsi que « cisnes »souvent entendu veu dire cigne).

16cignescounoir

lorsqu on le voit la tete dans l eau on peut alors connaitre la profondeur du lac: il ne plonge jamais tout le corps mais se nourissent dans le fond ! un peu plus tot avions vus un Condor !Grace au zoom de l apareil photo on peu cette fois en etre sur grace au colier blanc qu il arbore. vu a contre jour ce nest pas toujours evident a voir.

15condor

Papotons avec le type, Maure, qui est en fait le gerant de l eco camping ou nous contions aller. on se donne donc RDV la bas .

Il nous reste 20km a faire avant d arriver a O Higgins. passons pres d’un lac de couleur rougeatre , etonnant vu le bleu auquel nous sommes maintenant habitues !

20riviererouge

En longeons un autre surplombe de superbes sommets avec petites plages. Sous ce soleil on se croirai en vacances au bord de la mer en saison morte (desert !).

18lacarriveeohiggins  19premontagne

Arrivons au camping ou mauricio nous fait visiter le site.

En foret, petites plates formes en bois pour poser les tentes, toilettes sèches, cusine commune avec tout a dispo. Fogon pour se chauffer, faire la cuisine et chauffer l eau de la douche. tri selectif avec beaucoup de recyclage: mauricio construit sa maison avec des « briques  » faites de bouteilles plastiques plein de tous les dechets plastiques qu on jeterai a la poubelle habituellement.Mec adorable, site chouette et pas mal de bouquins naturalistes sur les eco-constructions et bidouilles.

22tsonekvelo  21tsonek

Il nous prete sa tente deja montée pour qu on n ai pas a sortir la notre et qu’on gagne du temps demain matin pour partit; adorable. Sa doudou arrive plus tard, julie, elle revien d’un trek ou elle a emmener des touristes. Elle est francaise et es passée par la guyane il y a qques annes lors d un grand voyage.

Passage au village pour reserver les places de bateaux pour demain matin , courses et petit tour sur le net gratuit a la bibliotheque.

Retour au camping et on regrrette de ne pouvoir y rester un ou deux jours de plus tellement l endroit est chouette. il a l air d y avoir de belles balades a faire dans le coin. Paisible et pas trop bonde, bref on en s atendais pas a tant de quietude, mais comme les voitures ne peuvent pas prendre le bateau il n y a que des Backpakers et des cyclistes qui viennent jusque la.

O higgins est la derniere ville de la fameuse caretera australe …

13 fevrier

Leves tot avec le reveil pour aller prendre ce bateau.. pardon.. pour partir en croisiere sur le lac O Higgins ! Ciel dégagé 100% bleu et froid de canard ! Le village dort encors quand nous le traversons. Le debarcadere est a 7km, petit echauffement bienvenu.

2valohiggins           4bateau 3piereohiggins

Embarquons avec seulement deux autres cyclistes. il peut y en avoir bcp plus, une petite cinquantaine de personnes grimpent avec nous, dont bcp de chiliens. l eau est calme. on voit un vieux documentaire ou une famille traverse le lac bien agite sur un vieu rafio dans les anness 80, obliges de faire des arrets dans de petites criques pour laisser passer le gros temps.

Nous notre traversee durera 3h sous un ciel bleu , grand soleil et des paysages magnifiques de montagnes orangees qui defilent.

9bleu 5valbateau 6valbato  8nousniasi bato  7pierrebato

Quelques belles cascades dont « el salto del salmon » chute de plus de 100m.

Arrivons vers midi, debarquement rapide puisque le bateau poursuis sa route avec une grande partie des passagers pour aller voir le « campo de hielo », gigantesque masse de glace, 3eme reserve de glace apres les poles!

Le passeur dont nous avais parler Shayen est la, avec son 4×4 et nosu lui demandons d emporter nos affaires sur les 16km de ripio grossier et en pente, jusque la frontiere. Nous ne le regretterons pas !

14routecailloux

Pause miam devant ce lac turquoise et ces montagnes aux sommets enneigées puis entamons cette fameuse montée.
10vue
Effectivement, même avec les vélos a vide nous peinons et poussons plus que nous pédalons. 4 a 5 kilomètre difficiles puis nous repartons en selle sur des sentiers forestiers aux pentes plus raisonnables.
11valpouss 12pierrebgbleu 13vuebleue

apercevons pour la premier fois le mont « Fitz Roy » ! Impossible d avoir un doute ; c est un pic énorme et nous avons la chance d avoir un ciel parfaitement clair pour admirer cette impréssionante pointe verticale.
15fitzroypremiere

Arrivons a la frontiere un peu claqué après 4 heures de montée. Nos affaires sont là; au milieu de nulle part mais pas le gars. Chargeons les vélos, appelons un coup : personne…Merci pour ce petit transport gratuit !
16pontbios 18frontere 17pisteterrisage

Passé la frontiere; plus de route, il faut passer par un petit sentier forestier de 6 km. Pensons rouler au debut mais le sentier est plein de bosses et de creux, de racines, de rus et de zones spongieuses où l’on s’enfonce… On pousse, on tracte, les vélos sont bien chargés et le sentier parfois étroit.
19valbuissons  22foret 20passageboue 21passageboue2
On se prends les tibias dans les pédales, on se vautre et on fait surement notre plus petite distance horaire : 2.5km en une heure et demi… On déclare forfait en passant près d un tout petit ruisseau ; on y remarque les traces d un feu et un espace plat a coté du sentier, le tout non loin d une belle cascade ce qui nous convainc de poser le bivouac. Il n est pas très tard et la lumière filtre abondamment dans le sous bois. L atmosphère est bien agréable, on se croirait au printemps et les nombreux insectes volants nous confirment que la vie renaît ici !

Allumons feu; popote puis dodo !
23arbrecreu
La suite .. côté argentin !

 

48 commentaires

Retour au chili, eaux bleues et ripio

27 Janvier
Il fait bon ce matin et nous repartons sur notre ripio preferé ! Sommes bien motivé car aujourd’hui nous devons arriver a Futaleufu !!! ca descend pas mal et on apprend a gerer la vitesse sur les cailloux. Pas de casse, tout roule.
Passons la douane argentine. Formalité et passage sur de la route asphaltée. O, c est un peu de l esbrouffe de la part des Chiliens qui ont juste asphalté les 10km de route jusqu au pueblo… Formalité coté Chilien (avec traditionnelle fouille de tous les produits alimentaires) ; nous n auront passé que 6 jours en territoire Argentin.
bienvenidochileval
Rencontrons une Suisse a vélo qui aprés etre allée a Ushuaya a décidé qu il y faisit trop froid : elle retourne donc vers le nord et le chaud pas effrayée par les km !
Arrivons a Futaleufu a Midi et on se renseigne pour aller faire un tour sur cette riviere mythique. Oui, pour les non-initié, Futaleufu c est une sorte de légende, de must en matiere de belle eau vive, et Pierre rêve a peine d y tremper le bout d une pagaie… Renseignement pris aupres d une boite de raft, on peut descendre encore 30km sur la route qui descend le long de la rivière d oú un groupe partira le lendemain en raft. Reste a négocier pour que Pierre puisse prendre plutôt un kayak, on verra.
On y file aprés un repas sur la place avec nos australiens.
bouffefutaleufu
Arrivons a 18h00, le « camping » est desert et une petite cabane octogonale avec foyer central est inocupée. Nous nous y installons et révons déja d y allumer un petit feu pour la nuit. Pour la douche, ca marche aussi au feu de bois : il faut allumer un poele ou l eau passe avant d arriver au pommeau de douche : c est parti pour une douche chaude !
Le guide de raft passe dans la soirée. Il prévient que c est gros et difficile. Ok pour le raft pour Val et le kayak pour Pierre !
Feu + papotage + dodo
dodocarbetrond
28 Janvier
Bon Anniv Nicolas !!!
Sur Pied a 7h00, Soleil radieu, ciel bleu, couleurs splendides sur les montagnes : on est chanceux ! Dehors ca caille mais c est le jeu ! On aura surement moins froid dans l eau !
8H00, on s equipe, combinaison, lycra, drytops, gilets, casques.
pierrekayakepaule
4 Israeliens arrivent. Ils feront la descente dans le raft avec Val. Pierre cale son Kayak.
Mise a l eau un peu plus haut que le camping. et embarquons apres le petit breafing de sécurité du safety kayaker (trés pro). Pour assurer la sécu, il n y aura pas moins de 3 gars. un en Kayak, un en Raft solo (avec de grands avirons) et le Moniteur embarqué dans le raft avec tout le monde. Les 4 Israeliens sont de gros boulets mais bon l eau est bleue, transparente, il fait super beau et Piere va descendre le Futaleufu en Kayak ! Re consignes de sécurité sur l eau, comment récupere un coéquipier a l eau, etc… petit tour dans l eau glacée pour Val et Zou ! On s élance.
pierrekayak2
Les passes sont monstrueuses… De leau, des montagnes d eau, des vagues bien plus hautes que nous et dans tous les sens. ca va vite aussi, il y a du denivelé et donc ca pousse, bien plus que sur le Maroni ou l Oyapock !
En plus de cela, le décor est somptueux ; nous descendons une vallée encaissée bordée de falaises abruptes ou de forets accrochées aux montagnes. De part et d autre de hauts sommets enneigés qui fument sous le soleil et le vent du matin. Il fait beau, l eau est turquoise. Une tuerie. Pierre fait la descente avec un autre kayakiste rencontré dans le bus ce matin. Léon, un Suisse allemand qui travaille dans la région comme guide de raft et safety kayak et qui est de repos aujourd hui. Il passe sa vie de fleuves en Rio un peu partout autour du monde. Il est trés tranquille et prends le temps de bien expliquer les passes a Pierre dans ce dédalle de Montagne d eau et de roche oú quelques vagues peuvent etre pariculierement affectueuses…C est gros. Du gros classe 4 qui enchaine et Pierre devra sortir deux esquimautages sur la descente, surpris par la puissance des vagues et un portefeuille (surnommé « the pillow » (le coussin) parce qu il faut s allonger dessus pour ne pas qu il te retourne ). Dur de contenir un sourire béat pendant cette heure et demi de descente…
Val pourra voir la fameuse « cara del Indio » (la face de l indien) profil qui apparait dans la roche dans un passage de la riviere et accessoirement nom de la boite de Raft.
Arrivée sous les flash des touristes.
Une vrai grande joie pour nous d avoir pu faire cette descente exceptionnelle.
pierrekayak  pierrekayak3  sautfutleufu  kayakm copainskayak  vuefutaleufu
Repassons au camp, miam et sechage au soleil, siestoune digestive et on remonte sur les bikis.

Objectif, se rapprocher de Santa Lucia a 48km pour essayer de prendre un bus le lendemain. On mange pas mal de poussieremais beaucoup en descente et trouvons petite baie pres d un lac avec vue de ouf sur une chaine de montagnes aux sommets blancs : Yahouuuu.

29 janvier

Reveil sous la pluie, le temps est nuageux et les sommets d en face sont noyé de brume.

Départ sous une pluie froide et la journée ne va pas s améliorer…
Rejoignons Santa Lucia. Pas de bus. Repartons, la route est en travaux sur 40km. Le ripio est tres grossier, en fait c est un peu comme si nous roullions sur une plage de gallets…
ripiotravaux
Trouvons un vieux hangard pour manger un morceau a midi. La pluie persiste mais nous aussi ! poursuivont jusqu a 16h00 ou Val tente de lever son pouce dans une montée difficile alors que nous prenons des paquets d eau froide sur la tete… Surprise, les gars s arretent. Chargeons les vélos et Go pour 70km de OUATURE !!! sommes au sec, au chaud et ca fait du bien ! Nous nous retrouvons a Puyuhuapi. Il est 19h00, il pleut toujours et il commence a faire sacrement froid.. Nous quittons notre chauffeur, géologue de sont Etat, travaillant sur la route qui sera asphaltée integralement d ici… 2024 !
Cette fameuse route c est la « CARETERA AUSTRAL » route voulue par Pinochet pour assurer l occupation du territoire sans dépendre des Argentins qui – de leur coté des andes – ont une pampa ou courrent de nombreuses route. Cette Caretera Australe doit donc passer coté Chilien par des montagnes, des fleuves et une sommes de barrieres géographiques que vous pourrez imaginer en regardant les photos qui suivront.
Bref 19h00, mouillés, froid de canard, il pleut sa mere et on a pas un copec ! Renseignements pris a l office du tourisme un seul resto accepte les paiement par carte. Par bonheur, le restaurateur est ami d une dame qui tient une hospedaje. On ira donc se prendre un bon repas chez lui pour avoir du cash et payer une nuit au sec.
Puyuhuapi est une petite villecharmante callée au fond d un fjord, callèe en bord de mer. La cote pacifique est ici totallement découpée, morceée en de milliers d iles, taillées par les glaciers qui, au fil des periodes glaciairesont patiamment ciselé les cotes et les vallèes aujourd hui occupées par la mer.
Des glaciers, il en reste justement un beau dans le Parc national de  Queulat qui est autour de dette petite vallée. Ce Ventisquero, nous iront le voir demain si le temps le permet.
pierreriviere
30 Janvier
Il a plu toute la nuit, sommes bien cotent d avoir été au sec ! Il fait encore gris ce matin mais le beau temps est prévu pour l aprés midi.Partons tranquillement apres un bon petit dej a l hospedaje. La route longe la mer, les piscicultures, une grande falaise ou des dizaines de cascades nous donnent pretexte a des séances de photo sexy.
valroutelongelac pierrecascade
N empêche, c est rudement beau, et la couleur de la mer, d un bleu vert laiteux ici, n y est pas pour rien. Des péonnes nous informent que les pluies diluviennes de la veille ont coupé la route en trois endroit et que 30km plus loins cela ne passe plus.
On avance tout de même et on en profitera pour prendre notre temps et visiter un peu le Parc de Queulat.
pontqueulat bebete
A notre arrivée, le temps s est un peu levé et nous apercevons pour la première fois un glacier : et quel glacier ! Le Ventisquero de Queulat est perché a plusieurs centaines de mètres de hauteur et tombes en cascades dans un lac bleuté en dessous. Deux cascades monstrueuses semblent couler au ralenti, Spectaculaire, Magnifique, Somptueux ! Par chance, les pluies d hier ont rincé la glace et le front du glacier est particulieremnt bleu vif avec le soleil qui vient le chatouiller par endroit ! Emotion.
glacierqueulat glacierlac

Reprenons la route et trouvons un joli spot avec vue sur cascade et rio…

valrouteglacier  bivouacfleuvecascade

31 Janvier

 

Reveil avec pluie qui nous accompagnera toute la journée.
Longue montée sur du ripio, 7km de lacets dans une foret qui avec cette pluie nous rappelle un peu notre Guyane a cela pres que les pentes sont vertigineuse et la foret s y accroche entre les cascades qui dégringole de toute part. 500m plus haut, nous entammons la descente. Sommes trop congelé pour apprécier vraiment. ca fait mal aux doigts, crispés sur les freins, maltraité par l air froid, la pluie et la vitesse.
Passons le midi a la piedra del Gato, enorme saut bordé d une falaise ou s accroche la carretera, sur un pont qui ne franchit pas la riviere ! L eau du Rio Cisnes est Emeraude ici, magnifique.
viaducpiedragato  valpluiefroidmirador
La journée se poursuit par des traversé de vallées profondes entre de monumentales montagnes qui nous font nous sentir tout petit. Les nuages nous font surement perdre une partie du spectacle mais c est deja tellement impressionant. Rencontrons un coupe Italo-Américain qui revient du Sud. Echange d informations. Repartons sous la pluie et finissons par monter la tente au bord d un rio, entre la route et des barbelés. La vue reste superbe.
tentebordroute
Anecdote N1 : Ce midi notre dernier bol en plastique a eclaté au contact de la soupe chaude ; Choc thermique !!!
Anecdote N2 : Alors que nous cherchions a acheter du pain dans une petit ferme, on s est vu proposer un Kuchen Framboise, sorte de tarte avec nappage d oeuf en neige assez courrant ici : Un petit soleil dans nos ventres !
53 commentaires

3 jours a Valparaiso

13 Janvier
Descendons du bus a Viña del mar, petite ville a cote de Valparaiso plus proche de chez Rafael Gomez.On traverse Les banlieus de Valparaiso ou nous découvrons avec joies pleins d arbres ! passons même dans une grande allée bordée de superbes arbres taillés avec soin, bons angles de coupe et tout : val est contente ! Une première depuis le debut du voyage !
Achetons quelques viennoiseries avant d arriver (on a une fringalle qui s est reveillee en passant devant une panaderia !!!). Nous réveillons le pauvre Rafa qui a révisé jusqu a 4h00 du mat… Malgres cela, il n arrive pas a réprimer son enthousiasme et nous abreuve vite d informations sur le Sud du Chili. Depuis qu il a 23 ans (il n en a que 26) il a fait plusieurs sejours  dans ces regions, fait des photos reportages, vu bcp de coins c est aussi un fin connaisseur de sa ville Valparaiso qu il aime et nous decrit avec force de details et passion. Par chance il doit recuperer un sac a dos en ville et nous pouvons l’accompagner. Il est en pleines révisions et ne peut pas prendre trop de temps mais ne résiste pas et nous voila pour un tour rapide de valpo en sa compagnie.

Valparaiso, pleins de petites rues en escaliers, des grafitis-peintures, tres colores, un peu partout, des maisons de toutes les couleurs qui s accrochent aux montagnes qui tombent dans la mer. Peu de zones plates, beaucoup de petis chemins escarpes, des messages anars ou revolutionnaires sur les murs, un portait d Allende, d autres de Pablo Neruda dont la maison est ici sur les hauteurs.

 

murpeint8chien     valmurmurpeintpano murpeint7 murpeint6escalier murpeint5 murpeint4val murpeint3 murpeint2 murpeint1
Rafa retourne a ses etudes et nous allons casse une graine dans un resto végetarien et sain …
Trouvons une agence de voyage pour le billet retour. Rafa nous a déconseiller d aller jusque Ushuaia : trois jours a lutter contre le vent juste pour dire. Alors que compare aux autres endroits que nous allons traverser il y a tant a voir et si peu de temps. Nous prenons donc un vol de Punta Arena a Cayenne, Youhou !
On se dit que si on a du temps et l envie on pourra toujours y faire un saut de cabris.
Avant de rentrer on a encore faim et on passe devant un resto qui fait des chorillanas dont nous a parle Rafa. Go. c est monstrueux: assiette enorme et petage de bide.

pierrebouffe

Retour chez Rafa qui nous dit qu un pote a lui peu nous héberger. Tomas a deja ete en france pour ces etudes. Un type sympa , énergique et dont la famille nous accueille a bras ouverts. ANgel , dit Gino, le papa , Anna, la maman et Paola que nous rencontrerons le dernier jour.
Apero+ bouffe+ bon vin et papotage jusque 2h du matin

 

annivvalcardenas

 

14janvier

Et hop, Val passe la barre des 25 ans.
Première vraie grosse grasse mat du voyage, jusqu a 11h. Dormis comme des bébés dans des draps tous propres tout doux ! merci les Cardeñas !

 Super petit dej, servis comme des princes : Avocat, pain confitures et surtout fraises et myrtilles fraîches. du grand bonheur !
Journée a la chilienne en mode vacances. On ne se soucis pas du temps qui passe on se lève tard, on mange tard (en famille avec une soupe maison du tonnerre) . on passe des plombes a papoter et on fini par décoller pour Valpo a 17h. Pour la séance ciné de 18h, c est raté ! on file s acheter des nouvelles pompes de marche pour pouvoir faire un peu de rando dans le sud puis petit tour en Bateau surpeuplé pour voir Valparaiso depuis la mer. Pas transcendant , l intérêt pour nous était de voir les Lobos del mar ! Lions de mers qui se font dorer la pillule sur d ancienne piles de pont écroulées. Ce genre de gros pépère avachi ça fait très plaisir a voir.
phoquebateau
Puis petit resto et c’est la course pour filer au ciné et arriver a temps a la séance de 22h. El lobo de wall street. pas le film de nos rêve , mais une grosse envie de se faire un ciné depuis longtemps et c est l occasion. Dommage le film est en anglais sous titre espagnol mais il n y avais rien d’autre. Passe 23h, plus de métro donc on test le « colectivo »(taxi collectif) puis le « micro » (bus) pour rentrer a Villa alemana. Ce dernier nous fait une frayeur quand une grosse fumée blanche sort de sous son capot. Puis une deuxième quand dans une montée il se met a faire marche arrière et dévale la pente à reculons. On tient le coup et apres quelques bidouilles dans son moteur le type arrive a redémarrer. On fini par retrouver la maison et nos lits douillets vers 2h.

 

15 janvier

Encore une bonne grosse grasse mat. Aujourd hui c est nous qui cuisinons pour remercier nos hotes. On cuisine pour ce midi c est a dire vers 15 16h, Au menu crèpes maisons a la Joubert : ficelle picarde.
Très réussies , tout le monde se régale. Notre bus est a 20h30 et la journée passe encore très vite. Re crise de mal de bide pour Val pendant que pierre essaye de trouver un vélociste pour réparer sa béquille. en vain.

photos de famille avant le depart, remerciement et nous voila partis prendre notre bus accompagnes par Tomas et Rafa.

 

famillecardenas  rafaettomas

839 commentaires

la Valle de Elqui

 

9 janvier

Arrivee a La Serena a7h. Bikis equipes, partons prendre un petit dej dans un parc arbore, frais a cote d un refuge pour petits chiens mignons.. Decollage et decouverte de la Valle del Elqui. Haaa ..des arbres.. et meme des grands , l odeur d eucalyptus, les gazouillis des oiseaux et le gargouillis de l eau sur les cailloux …

 

Sur la route principal on croise des panneaux qui nous font rigoler (pour les guyanais !)

 

tololo2 tololoval

Nous nous eloignons de la route principale pour des chemins de traverses qui longent la riviere et passent a travers les plantations, de fruitiers (mandarines, vignes, avocats, agrumes …) chemins de terre et buissons en fleurs ..boules jaunes (mymosacees).
pierrefleurjaunes pierrecheval  vignes
Nous posons pres d un petit etang pour manger et manquons de nous endormir en plein cagnard tellement c est bon !
Cherchons bivouac pres de la riviere mais le camping sauvage est autorise partout au Chili et nous sommes en pleine periode de vacances estivales. les beaux spots sont pris et souvent assez sales. Finissons pas trouver une zone plate dans de gros cailloux, a 2m de la riviere ou nous allons construire un barrage comme des momes pour nous faire une piscine (sinon l eau court sur 20cm)
tenterio  pierrereparpneu
Ah oui et on oubliai, autour de cette verte vallee c est le desrt et les montagnes.
10 janvier
grasse mat et depart tardif vers 11h. Arrivons a un barrage enorme qui barre la vallee, grosse montee puis point de vue touristique avec petites echoppes. On peut aller sur le barrage et la vue est certes sympa.
Goutons au jus de Copao, fruit de cactus et achetons des fruits secs de la vallee (raisins,figues, noix)
Le niveau du lac est tres bas et trouver un bivouac sur les berges sera plus laborieux que prevu…
Passons notre premier tunnel a velo … impressionnant, pas tres rassurant, mais on a de la chance, il est bien eclairer et assez court.
valtunnel
Poussons jusqu a Vicuña.
Petit resto, tour a l office du tourisme ou une dame nous parle d un petit chemin de terre que les gens font a velo pour aller a Ovalle. Yallah, c est pour nous ! Pas envie de rebrousser chemin, Passons a travers les vignes, plein de vignes, dans une petite vallee qui donne sur la valle de l Elqui. Croisons pas mal de vendangeurs. chemins ombragers aux senteurs delicates.
valpassagearbore
quand soudain, nous revoila dans le desert. Un joli paneau nous indique une montee de la mort !!!
grossepente
on y va, meme pas peur: petite vitesse et on mouline. 30 min a fond, voir a pousser pour faire 2km. Arrivons au col, vue magnifique des deux cotes: nous camperons la .
tentecol tentecolvalleepierre vallevertetdesert
Sommes un peu court en flotte. n avions pas prevus  50 km de desert dans les montagnes avec des montees de ouf , mais voyons desormais ce qui nous attend ..
valregardemontagnes
et ca risque de chauffer!!! en atendant, on s apercoi que ce col est un lieu de pasage pour un tas de piaf dont des perroquets (amis ornithos : au secour ! amazones? conures? piones?…)
petite prime de fin de journee , crevaison pour Val .
valreparpneu
11 janvier
 beau leve de soleil sur les valles alentours. Plions la tente et un pick up passe par la avec sa benne vide. Un signe ?! en tout cas on demande et nous voila partis pour 1h30 de `pick up dans la benne a travers un desert magnifique dans la lumiere du matin. montees de folie qui ne nous font rien regreter. arbres isoles, paquet de vert dans les fonds de vallees, vignes au milieu de nullepart, gros observatoires a etoiles sur les montagnes autours. Debarquons a Hurtado pour profiter de la descente.
Vallee cultievee, vignes agrumes … c est vert, il  a des saules pleureurs au fond de la vallee … On chip quelques abricots, c est du bonheur !
A midi on a  pu acheter du pain et du fromage, on s arrete pres de la riviere (les points d acces ne sont pas nombreux , tout est prive) et decidons de se poser la tant le coin est sympa. siestoune, ptite baignade …il y fait bon vivre!
12 janvier

Beau temps et pleins de bonnes choses a manger ce matin (Melon d eau, bananes, yahourt et confiture…). Au moment de decoller, le mal de bide de Val reprend (Pierre pense que Val a 1) un Alien 2) un Tenia 3) un Tenia Alien mutant et violacé. Il guette une déformation anormale du plexus de val anonciateur d une explosion de sa cage thoracique liberant l etre malfaisant mais rien… Pierre est un peu rassuré…). On pause une heure le temps que ca passe un peu. On decolle et on va doucement, faisant des pause assez regulierement. Le vent se leve, pleine face et c est un peu dur.
Nous longeons toujours la vallee, la route est bonne, bien sinueuse et nous regardons avec envie le petit chemin au fond de la vallee qui suit la riviere au miliru des saules pleureurs… Privé… un peu tout est privé ici et les marchands de barbeles doivent etre bien gras !

Sur le flanc sec de la montagne a moins d une centaine de metre de nous, un petit renard passe tranquillement ! plus petit que le premier, c est encore un instant magique.

Grignotons un morceau sur la route et Val – la courageuse – refuse que Pierre la prenne – elle et son velo – sur ses épaules pour finir les 20 km restant. (Pierre est un peu rassuré…).
Arrivée a Ovalle par une grande descente qui décoiffe, petit tour a la gare routiere d ou nous devrions partir a 1h30 du matin pour Valparaiso.
En attendant, nous partons pour la place d Ovalle : huit heure a perdre, largenment le temps de faire connaissance avec les habitués des lieux, pigeons et mecs bourrés.

Passons les dernieres heures a la gare a dormouiller sur les bancs.vent reculés a pied et a velo.

1

23 commentaires

Lacs, volcans, forets et rivieres

16 janvier
Arrives aux Aurores a Temuco. Il fait frais. Il y a des arbres partout. beaucoup d epineux. on se croirai en amerique du nord. Petite session d autoroute toujours impressionnante, puis partons vers l est pour remonter vers le lac et le volcan de Villarica.
pierreautoroutedrapeau autorouteregina autoroutesanfrancisco
Paysages de campagne francaise: grosses vaches , bocages, puis apparait le majestueux volcan et son sommet enneige. la route est bonne et on ne monte guere au dessus de 300m d altitude. Arrives a villarica, nous tournons un moment avant de trouver un endroit ou mettre la tente.
valvaches    valroutevolcan
Tout est prive et les barbeles sont partout. Finalement on plante la tente au bord du lac avec vue sur le volcan: what else ?
volcanvillarica volcanrapace valbikinilacvillarica nousbainvillarica

Baignade dans l eau bien fraiche. On photographie 36 fois le volcan pendant que des jeunes- surement des drogues – jouent du pipot (clarinette ) et des percu (casserolles) , pas si mal il faut le dire.

 

volcanrapace  volcanbiki  volcanpierrebato  levesoleilvillaricatentecouchecoleilvolcan

 

17 janvier
Le matin ça caille !! et, lac oblige, c’est humide.
valdodotentevillarica
On décolle pour une bonne montée et  c est partit pour une journée dans les senteurs de pin a longer le lac Calafquen.
pierreruolevolcan
Grosses montées et belles descentes, propriétés énormes, locations de Cabañas a profusion, grands champs de bles, foret de pins et de feuillus, vue magnifique sur le lac, village touristique en pleine activité, la région des lacs est très courue.
Arrivée a Panguipulli a 16h l eau du lac nous appelle, nous plongeons ( moins de 22minutes pour y entrer, glagla )le site es propice au camping sauvage, nous choisissons le lac vs les barbelés.
   vuecampementherbelacvolcan
En allant s installer, rencontrons Paolina qui voyage en velo avec son bebe chien trop mignon, Sayenn, dans une remorque.
cyclistechiliennechien
Pierre croisera 4 autres cyclotouristes en allant faire les courses.
On nous avais prévenus que nous arriverions dans une région très courue par les cyclos.
La soirée es de nouveau rythmée par les tamtam de l afrique. Le soleil se couche tard, mais nous ne tiendrons pas autant que lui qui nous aura bien réchauffe toute la journée.
18janvier
Quel plaisir de se réveiller pres d un lac avec des reliefs autour et un volcan enneige.
lacmatinbiki
Bon OK , c est la deuxième fois, on commence a se lasser. Pierre fait un petit feu pour attirer Val dehors ( c est pas tres facile), Partons a l aventure. toujours une feerie de parfums, on croisera meme une foret qui sent la barbe a papa !
En vrac: jolie vue sur des rivières avec de l eau claire, un bleu turquoise, un petit renard ( et de 3 !), l animal fetiche de val, décidemment – vaches a gogo, moutons, chevaux , paysages à la française.. on verra même des chênes !
on croise deux jeunes allemands a vélo qui nous rattrapent en fait, et discutons un moment chemin faisant. Au fait, on a bu un jus de Myrtilles (Arandano) a se damner ! et avons achete des confitures de fruits du coin vraiment extra ! Le tout envoyé dans un colis a la désirée.

Arrivee a Los Lagos ou nous reprenons l autoroute pour quelques Kms. Allons chercher un bivouac près de Remen. Ville déserte, rivière encaissée et propriétés privées. Par chance la dame de l almacen, nous indique un acces a la riviere. Endroit magnifique et inespéré . sous bois dégage avec de grands arbres et rivière a portée. Baignade rapide avec vaches et cochons, glagla et dodo tot,au milieu des chants d oiseaux.

 

pierrebainfleuve valchamps

 

19 janvier
depart pour une bonne section d autoroute. Enchainons les Kms. L autoroute c est rapide !Nous arretons a Rio Bueno pour faire des provisions d eau et picnique au vieu fort. C est dimanche et tout et fermé. On nous déconseille vivement le chemin de terre plus court que l autoroute et surement plus bucolique. Retour sur l autoroute,donc. traçons.
Papotage rapide avec des gens adorables , comme toujours,à une station. Reprenons une petite route qui part vers l’est- l argentine et Bariloche.
puta5
C’est le printemps et de petits étales sur le bord de la route vendent framboises cerises et myrtilles … on en achète et c’est un feu d’artifice sur nos palais ! Pas évident de trouver un spot pour la tente alors on pousse plus loin. On tombe sur un petit chien qui vient de se faire taper par une voiture. train arriere bloque et en sang. Pierre va faire le tour des maison mais il n est a personne.. on reste un moment a se demander quoi faire. Val qui est rester avec lui le papouille.. on fini par le laisser en l’emmenant à un croisement d’ou les gens peuvent le voir , en espérant que son maitre le trouvera, et on repart le coeur gros.
prenons finalement chemin de terre pour trouver une rivière plus loin. arrivons au rio: il est 20m plus bas. Encaissé comme tout et pas accessible, demandons encore et on nous indique un spot favorable a 1km. 20h30, on tombe sur un petit pont borde de barbeles. tant pis, on monte la tente sous le pont et on se gave de myrtilles et cerises en priant pour que nos tripes tiennent le coup.
zorro tentesouspont

ps: avons fait 120 km aujourdhui !

 

20 janvier
Bonne nuit sous notre pont. 2km apres notre decollage, passons les 3000km. Pause miam miam a Entre Lagos (Kuchen framboise – oui ils utilisent le mot allemand) Il pleut. Il y avait un bail ! Arrivons dans de la vraie foret dense apres avoir longe le lac. Mange dans un abris bus près d Agua Calientes, ça coute cher les termes.
pleins de grandes montées et descentes avec des grands arbres superbes. Nous remontons une vallée large bordée de grande falaise de rochers. Entrée dans le Parc National sous une pluie battante, on décide d’y camper pour avoir une douche chaude. Ambiance chaleureuse dans la maison du parc avec cheminée!
petit tour sur le sentier du Salto Del Indio. Le saut est énorme. Contents de marcher en foret. rencontre avec une grenouilles vraiment trop mignonne. diner a la maison du parc a papoter avec Michel autre cyclo baroudeur fort sympatique.
saltoindio    pierresolpleureurvaches

ps: la derniere erruption du volcan date de 2011 et avais recouvert le lac de petites pierres ponces flottantes. La faune est rare et le volcan a cause de nombreux incendies.

 

21 janvier

Pluie cette nuit. La tente est bien mouillée et couverte de terre eclaboussée sur le bas… Nous la plions au mieux sous un petit crachin en esperant pouvoir secher ca plus tard. Petit dej et nous passons raidement devant la cheminée de la maison du parc ou nous discutons avec deux couples de motards, Hollandais et Australiens, qui se font un periple d Alaska a la terre de feu.
Photo et départ.
motards
Petit passage a côté d un autre joli saut du parc: le salto de los Novios
saltonovios

Subida au menu ce matin puisque nous devons franchir une nouvelle fois les Andes vers l Argentine. Le col n’est qu a 1 400m et des brouettes mais il fait un froid de canard et la pluie continue ne nous réchauffe pas beaucoup ! 4 km après notre départ, formalités douanieres au chili.

motosbiki

Puis suivent 22km de montées bien salées. re croisons Michel pas très loin du col, il pousse son vélo très lourd (il nous a confessé ne pas pouvoir voyager leger et nous constatons !) il ne perd cependant pas le sourire et a toujours un mot d’encouragement pour nous. Nous finissons sous un vent glacial et sous une bonne pluie. Sommes trempé par l effort et nous nous changeons ou rajoutons quelques couches pour supporter la descente ! Ce col était bien moins haut que notre premiers passage des andes a 4 700m mais nous a paru aussi dur.

 

 

On file dans les courbes, ca va vite et il faut rester concentrer pour regarder la route et tenter de profiter un peu du paysage. Tout est un peu noyé dans les nuages et le peu que l on voit laisse deviner un versant assez grandiose, blocs de roches taillés a la cerpes, traversée de forets de pins, torrents bien engorgés et quantité d eau dévallant de toute part entre les blocs rocheux… Le vent fait un peu pleurer les yeux et nous arrivons congelés au poste de douane argentin. Le douaniers qui nous accueille nous annonce que Villa La Angostura, la prochaine ville, n est plus qu a 13km de descente ! réjouissances ! Il est déja tard et nous rêvons d’un bon repas au chaud dans un resto ! Encore un tout petit effort donc. Enfin en théorie… Oui parce qu en vrai …. en vrai on se tape 26 km de montagne russe ! On maudit un peu ce #!+¨% de douanier mais on a de la chance, il y a de petites eclaircies et nous longeons un grand lac aux eaux d un bleu-vert profond bordé de forets de pins magnifiques. Sommes dans le Parc National Nahuel Huapi – joli nom rigolo vous en conviendrez.

Arrivons a Villa la Angostura. Très touristique, hotels et hospedaje partout, c est joli tout plein il faut dire. La pluie fait aussi son retour. Erf… sommes vanné, il est 18h00 et nous avons une faim de loup. On se tape un petit resto fort bon avant de chercher un endroit ou dormir. Forcement il est tard et tout est full. Allons dans un camping pour au moins avoir une douche chaude. Il faut sortir la tente pour sécher ce que nous pouvons. Il pleut toujours et on se couche dans une ambiance humide et froide. On est epuisé. Dodo.

 

La suite sur l onglet « Patagonie »

47 commentaires

La cote pacifique

 

 

7 janvier

Kikoo ! Tres bonne nuit, on en reprendrai bien ! Ti dej dans la casita avant d aller faire un tour dans le village. Allons poser au bord de l eau pour regarder les oiseaux : Des pélicans en pagaille ! Une premiere pour Val. Ils se pavannent sur une ile rocailleuse recouverte de leur guano.mais ils sont aussi sur l eau et profite de l agilité de petits oiseaux (on dirait de petits cormorans) pour leur voler leur proies. Les saligos ! Puis, moment emotion, une petite tete sort de l eau, puis des petites patounes et l animal se met sur le dos, nage un peu avant de replonger :UNE LOUTRE ! Voyons aussi un cétacé sp. qui plonge non loin de la berge. Décidément cet Océan est sympa !

ilepelicanpaposo loutre

Nous décidons de le longer 50km durant jusqu a Taltal la ville prochaine. Sommes sur un petit nuage dans un monde si différent de tout ce qu on a eu avant. Les montagnes sont belles, enormes, les andes semblent sortir ici directement de l océan.

 

pacifique paposo pausepacifique pierrebikissablemontagne pierrechutesable

Pause dejeuner sur une plage et trempette des pieds.

bikisable

 

Pas Chaud chaud mais ca fait du bien (a peu pres la temperature de la mer a Wimereux a Paques) La mer est claire et de belles vagues déroulent sous nos yeux qui en redemandent. Roulons de baies en baies (Béééééheuux) jusqu a arrivée a Taltal.

bikisvuebaie  plage

 

encore des pélicans …

 

pelican  pelicans

A l entrée, recroisons nos allemands rencontrés a Ollague. C est leur dernier jour et ils nous donnent leurs barres de céréales en trop et pleins d autres bonnes choses . c est noel !

 

Arrivée sur Taltal les plages sont bondées de tentes. On opte pour une hospedaje ou l on pourra se prendre une petite douche. Chambre minuscule mais agua caliente et shampoing ! Petit sejour aux urgence pour Val : re crise de mal de bide bien corsé pour Val et Pierre qui ne se décide toujours pas a lui mettre un coup de pelle derriere la tete pour abreger ses souffrances… Bon a l hosto on voit bien qu ils ne savent pas trop ce que c est que ce mal étrange. Pierre fait vachement gaffe pour voir si l infirmiere ne prend pas discretement une pelle dans le cagibi. De retour a l hotel apres un petit remede (et un régime riz pate a tenir – fini les orgies de barbaque arrosé de vin a la biere !), on se fait un dodo (trop chaud dans ce 6m carré sans ouverture : ambiance tropicale, hummm souvenir)
8 Janvier .
Val va mieux, on y va cool.
Pierre casse sa bequille, snif.
 Internet, repas gargantuesque et excellent pour Pierre – Petit bol de riz pour Val. Plage et baignade, l eau est fraiche c est excellent, farniente et prenons les billets pour Serena ou nous partirons a 22h00 pour une arrivée prevue a 7h00 du mat le lendemain.
     lovebainpacifique   pierreplage
rencontre avec deux argentins cyclistes qui partent a velo voir le machu picchu. super sympas !
ici les gens qu on rencontrent savent ou est la guyane !
Dans le bus nous sommes dans le fond, au dessus du moteur … chaleur a crever .. dur dure pour dormir.
 

 

1 Commentaire

Direction la cote pacifique !

1er Janvier

BONNE ANNEE 2014 !
Grosse grasse mat jusqu a au moins 8h30 ! Nous profitons du petit dejeuner gargantuesque servi au Camping. Les petits oiseaux chantent, il fait frais juste comme il faut, l ambiance est douce et nous nous regalons de fruits frais, de Yahourts et de marmelades…
Balade dans San Pedro qui se reveille de sa Nuit de St Sylvestre. Les restes calcines des manequins brules la veille jonchent encore le soldans les rues de terre battue.
Faisont un peu de cyber (cafe…) avant de grignoter. Puis partons a velo a la recherche de la « Valle de la Luna ». Au sortir de la ville, une piste nous appelle. Ha la liberte de se perdre est un luxe que nous degustons avec plaisir ! Alors qu un 4X4 reflue face a la difficulte de la piste, nous decouvrons emerveilles une piste encaissee entre des monts de terre dechiquete, rouge, surrealiste !
La piste serpente et laisse apparaitre progressivement quelques pans sableux, au fond des montagnes rouges toujours, puis des dunes melees de rochers. Superbe, Mineral, lunaire.
pierrevallenort  valpoussesable  vallemortvalpousse vallemortdune
Arrivons sur des dunes immenses pres desquelles 2 4X4 sont arretes.
pierredune  pierrvol  valleluna
Sand Board au programme ! Quelques touristes montent la pente, planche de Snowboard a la main avec un moniteur. Puis tentatives laborieuse pour descendre. Restons un moment a profiter du « spectacle » puis rebroussons chemin pour aller a la valle de la luna.

Apprendrons plus tard que nous etions dans la « Valle de la Muerte » !

Arrivee au poste d entree de la reserve nationale  »Valle de la Luna », il est 17h00 et apprenons que nous ne pouvons y bivouaquer… un peu decu, nous posons nos sacs et filons juste avec les velos pour un petit tour avant la fermeture (et le coucher de soleil). Voir photos  (comme dit Pierre a chaque fois qu il voit Val « devant tant de beaute, les mots sont superflux »).

  sautvaleluna  pierrevalleluna

Grotte – cavernes, Paysages lunaires, Amphitheatre rocheux, Duna Mayor, sel recouvrant tout et ressemblant a de la neige…
Sur le retour rencontrons un groupe de francophone dont un Chilien ayant travaille a … Maripasoula ! electrification de la premiere ecole en 1982. Dingue.

Retour au musee de l entree et bivouac dans une drole de mini arene.

 

valroutevalleluna  tentevalleluna

 

2 Janvier

 

BEAU !!! Oui un ciel bleu et imaculé, mais rien de bien extraordinaire dans ce desert ! Repartons a San Pedro de Atacama (SPA) pour retrouver un camping, histoire de se doucher, et de pouvoir bouger librement, sans nos 40kg de velo !
  valruesanpedro
Au programme, boutiques, poste pour voir si on envoies des colis et bon temps. Retrouvons Vincent dans un cyber café, il a mis 6 jours a se faire la partie Bolivienne difficile : Chapeau ! On fini la journée avec lui sur une terrasse de café, a boire des coups et a manger des papas fritas. Val a un peu de mal, bobo le bidou, frisson, etc… comme la derniere fois et on va faire un tour au centre de santé. Bouffe le soir avec Vincent autour d une bonne bouteille de Vin Chilien. Pendant ce temps la, Val meurt doucement …
en enumerant les titres des vieilles chansons des années 90 qui passent dansle restau. Meme face a l adversite, Val reste la reine du Quizz musical !

 3 Janvier
Bon anniv Marie !

 

Ce matin, petit dej au soleil pres de la tente, sur une petite table de jardin en bois, au milieu d un massif de rose tremiere.
Petit tour au musee archeologique de san Pedro qui abritait autrefois de nombreuses momies retrouvees dans le desert, mises a l abris aujourd hui pour conservation. Dans le musée, pointe de fleches en obsidienne, Outils divers plus ou moins ouvragés, « Snuff Tablet » _ petites tablettes joliment sculptées servant a sniffer differentes substances hallucinogenes, Histoire géologique et anthropologique de la region, explication du fonctionnement des ecosystemes desertiques, des oasis, etc… Devons filler prendre notre bus pour Calama (pas le courage de remonter les 1500 m de denivelés). 13h30 arrivons et redecollons aussi sec histoire de s eloigner le plus vite possible et le plus loin possible de cette ville de poussiere a la si mauvaise réputation (bcp de ladrones…) Cassons une petite graine a la sortie de la ville dans un peit resto ou la patronne est adorable. Repartons ensuite avec un vent de face qui nous scotch un peu. 1 heure plus tard avons a peine fait 10km et le pneu arriere de Val eclate, comme celui de Pierre sur le Salar. serie de hernie sur le flanc du pneu ; symptome de sous gonflage… Rhaaaa !!! Pierre part en stop a Calama pour racheter un pneu, pendant que Val tapine un peu sur le bord de la route (en gardant les bébés !). De retour une heure plus tard (avec 3 Pneus – onnestjamaistropprudent – et une pompe a manometre), on change le bazard et on pose la tente dans ce coin desertique a une centaine de metres de la route, derriere un petit talus qui nous protege un peu du vent et de la vue.
Petit thé pour se consoler et joli coucher de soleil.
valchangeroue   tenteverscalama
4 Janvier
Decollage tot – 6h00 – pour eviter le vent – roulons sous ciel pur, soleil levant, deux fois deux voies parfaite avec large épaulement de qualité pour nous tout seul ! Les routiers nous klaxonnent depuis l autre coté des voies – sont sympas ces Chiliens… La route est un faux plat decendant, c est super on roule bien vite. Paysage desertique a perte de vue, exclusivement minéral. La route est bordée de barbelés – pas possible de se perdre sur les coté ou de trouver un coin un peu abrité.

Sur la route une voiture ralenti et se met a rouler a notre niveau : un gars nous tends des barres de Céréales et nous demande si on a besoin d eau !!! On s arrete ; c est un couple de Brésilien et un ami en vacance dans la région. Le couple a une grosse experience de cyclotourisme et Leandro a fait plus de 7000km dont cette partie desertique plusieurs fois. Ils sont super sympa et enthousiaste, on discute un peu, ils regarde le matos et ils nous laissent avec des barrs de chocolats (Ritters . hummmm !) et de l eau en nous informant qu un autre cycliste est derriere nous. Pensons a Vincent et lui laissons un message sur la route ecrit a la craie de bore !

bresiliens  velocraie

Croisons deux villages abandonnés. impréssion etrange de fin du monde. Des villes minieres hier florissante et aujourd hui aussi minérales que les pierres de ce desert… Il en va ainsi de l industrie miniere… Loin d étre une activité durable comme certains voudraient le faire croire…
Arrivons a Baquedano vers 15h00 et le vent se léve. Cherchons refuge pendant deux heures. Hospedaje chere, Pas de spots abrité pour la tente et peu de monde pour nous rencarder. On fini par regretter d avoir refuser la proposition que deux gars en camions nous on faite de nous emmener justqu a Antofagasta… Et puis un gars fini par nous siffler dans la rue. Un des types d un restau a qui nous avions demandé des infos veux savoir si on a fini par trouver et nous propose un logement vide pour pas cher ! Yess ! Sur ce nous faisons la connaissance de Jean-Pierre cyclotouriste qui nous suivait depuis ce Matin ! A 55ans, JPa entamé depuis 18 mois, un tour du monde a vélo. 48 000km au compteur ! Nous nous retrouvons finalement dans l hospedaje avec lui et finissons au resto autour d une bonne bouteille.

Aujourd hui avons battu notre record de distance : 138 km !!!

 

5 Janvier
Depart tot,, soleil levant, beau temps evidemment !
Descente sur de la bonne route, passons le tropic du capricorne (important parce que Josy est du signe du capricorne…)- Tjrs de la 2×2 voies avec des gens qui nous encouragent depuis l autre cote de la route. On kiffe les Chiliens ! Passons a coté de grandes mines de cuivre. Les camions d Acide sulfuriques se succedent en direction de ces mines. Dans la region, difficile de remettre en question l activite miniere. c est la principale activite economique (Chili premier producteur mondial de Cuivre). Decidons de ne pas entrer dans Antofagasta et d aller directos au village de Paposo dont on nous a parlé a San Pedro. Traversons zone industrielle monstrueuse (ca ressemble a une pochette d album des pink floyd). C est une masse immense de cheminées, de tuyaux, de citernes immenses, des centres pompidous chimiques en tous sens, le tout recouvert de la poussiere ocre-clair du desert, parfois de noir de fumée. Tout le fond de vallée est occupé. Faisons une pause pres d un boui boui pour casser une graine et Jean Pierre nous retrouve entre deux sandwich. Se pétons le bide avec des sandwich monstres et repartons. C est dur et les sandwich industriels n en sont pas la seule raison : nous montons, lentement, sans nous en apercevoir, un faux plat qui nous remonte de 400m a 1100m ! Objectif, aller bivouaque sur la petite route qui devrait nous mener a la cote pacifique. Deux routiers nous ont assuré qu une petite route asphaltée longeait la cote et l idée de suivre le Pacifique un moment nous enchante ! Ils nous ont dit aussi – les routiers – de ne pas prendre la route N5, le desert sur 120 bornes, « la muerte » ! Arrivons bien crevé sur la petite route… Houla ! Un panneau indique .  » fin de pavimiento » et quelqu un a ecrit par dessus . « Camino muy malo : Abandonado ! « . Interrogeons des gars qui sortent de cette piste en 4X4 et nous confirment que la route est un calvaire (ils ont crevés 3 fois en repartant !). Ils nous passent quelques litres de flotte et nous installons le bivouac ici avec JP. Dodo tot.
cailloucuivre
6 Janvier
Ce matin, croisons un bête etrange …
grrrrcontrejour  grrrrjour
Départ aux aurores, tjrs pour eviter le vent. Loupé, on l a en pleine face ! Ca monte et ca dure ! ca durera d ailleurs toute la matinée puisqu on montera pendant 30km soit plus de 4 heures. Meme si le vent s est inversé, cela reste dur. Paposo est a 113km et pas de point d eau d ici la… a midi sommes de nouveau a plus de 2000m. Avons bien grimpé ! Les 50km qui suivent sont une succession de grandes descentes et de grandes montées. qui nous font perdre puis gagner quelaues centaines de metres a chaque fois. Nous attendons impatiemment le moment de la « grande descente », celle qui nous menera au niveau de la mer, nous faisant plonger de 2000m. JP est parti devant nous laissant un mot sur la route. Nous faisont une pause miam ; pates qui peinent a cuire a cause du vent et nous qui cramons bien sous le soleil. A 17h00 commencons a etre a cours d eau. Arretons une voiture qui nous donne un litre bien rafraichi par la clim . Bonheur. Plus loins alors que nous en sommes reduit a regarder pres des autels mortuaires s il n y a pas d eau dans les futs allentours (destinés a arroser les cactus plantés autour) Une voiture qui vient de nous croiser fait une grosse marche arriere pour arriver a notre niveau : deux mains sortent par la fenetre, deux mains qui tiennent deux glaces, deux glaces maison s il vous plait ! chocolat et caramel ! Les deux dames nous donne aussi 2 litre de coca life (bouteille verte avec edulcorants naturels) : On kiffe grave les Chilliens !!!! Elles redecollent aussitot nous laissant un peu baba, en train de sucoter nos glaces, heureux !
A 18h00, enfin, nous voyons un panneau salvateur : « Cuidado ! Depiente fuerte hasta los proximos 30 km » !!! 30 KILOMETRES DE GROSSE DESCENTE : YESSSSSS !!!depientefuerte

Nous nous elancons, il y a une belle lumiere chaude de fin d apres midi, les paysages défilent, Desert tout d abord bien sur, rouge et montagneux, puis nous nous glissons dans une vallée, sommes entourés de grosses colines rondes illuminées, au loin une mer de nuage annonce le changement d ambiance. Nous plongeons dedans et en 30 secondes nous nous rendons compte que l arrét au stand est obligatoire : Il fait froid !!! On s habille, pull, pantalon, kway.

descentevespaposo

Il fait tout d un coup bien humide, la vegetation reapparait, rase tout de meme, tout devient moite, fringues, velo, freins (!) et nous filons a plus de 50km heure dans le bruit de « flap – flap » de nos frusques.

Apres 45 minutes de descente arrivons sur une falaise abrupte : l OCEAN PACIFIQUE !!! Vision extraordinaire, sommes encore a plusieurs centaines de metre d altitude et le Pacifique et la cote sont tout en bas. Sommes sous les nuages, atmosphere chargée d humidité, odeur d iode (Comme dirait Val : « ca y est, on y est ; ca sent la moule ! ») : émotion quoi…

arriveeepaposo  valarriveepacifique

Descendons les dernieres centaines de metres, c est tellement raide que nous rattrapons les camions dans la descente.

Arrivée au petit village de pecheur de Paposo. Des vagues déroulent dans les rochers, pleins de Piafs enguanisent de gros rocher devant le port, de nomnbreuses petites embarcations sont au mouillage dans la baie au loin. Match de foot sur le sable. Trouvons Hospedaje. des gens gentils et… GRANDS ! dans cette famille ils sont tous grands. Prenons le repas du soir et sommes rejoins par une des filles de la famille, la seule sur les 6 a avoir pu aller a l ecole (ecole payante). Elle vit a Santiago. Comme c est les vacances toute la famille se retrouve ici au nid et cela permet de s eloigner de la capitale qui « n est pas vivable » et evite aux enfants de s abrutir tout l éte devant des jeux vidéos.
47 commentaires
12

Wwoofisrael |
Koss7338 |
Garcinia Cambogia Extract |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coline et Zeubi au Canada
| Lisepoisblaud
| Agadir Excursions