Archive | Brésil Flux RSS de cette section

Des images qui bougent

Image de prévisualisation YouTube

Après de longues heures de tri des 632 millions ( environ)  vidéos prises lors de ce voyage, voici un petit film compilant des moments émotion de l’aventure, avec finesse et volupté, comme à notre habitude !

A disfrutar sans modération !

1 Commentaire

Le retour

26 Fevrier

Aujourd’hui ca y est c’est le dernier jour …

il fait gris, un peu dans nos petits cœurs aussi…

1velorangé  2cartons

 

Nous avons la chance d’avoir un ciel ultra dégagé qui nous offre des vues superbes sur les glaciers et montagnes qu’on a pu voir d’en bas .. on en découvre ainsi l’immensité ! époustouflant

 

 

3glaciers 4glacier 6glacier 7torresdelpaine 8glaciers 9montagnesrio 10montagnes 11montagnes 21volcan

 

De l’attente dans l’aéroport … on trouve des nouveaux jeux !

 22stylobarbes  

 

Punta Arenas –>Santiago , puis Santiago—> Sao Paolo ou nous débarquons a 1h30 du matin avec grand besoin de dormir … on fait comme on peut

 

24

 

27 février

une nuit et une journée d’attente à Belem pour le dernier avion

23pierredodo

28 fevrier

Arrivée a Cayenne en plein carnaval !

Copine Jen est la et nous met dans le bain .

25rivé 26avecjeen

 

Vélos remontés, c’est parti pour un petit parcours semé de surprises jusqu’à la maison !

27enselle 28guyanepasperou 29touloulou 30bougounid

 

Petit grage en entrant à la désirée ..

31grage

 

32pedales  3310m

et les coupains qui nous attendent ! Merci les coupains !

 

34maison

6 commentaires

Bresil …

Tout d abord nous nous excusons pour l orthographe et le manque d accents, d apostrophe et compagnie … les claviers qwerty aux touches effacees sont compliques a gerer !

3 novembre.
arrivee sans encombres a Macapa le 2 novembre.
Marco Poli nous retrouve a la rodoviaria a 8h00 et nous emmene a velo acheter les billets pour le bateau. Pas de bol le bateau est en panne et le prochain est le 4, lundi. 2 jours de plus et l avion est hors de prix… Va pour un sejour a Macapa !
Nous filons visiter la ville, la Fortaleza, dejeuner en face du Trapiche avec Marco qui nous detaille tous les petits travers de la societe bresilienne autour d un repas a 10Rs ou celui qui ne fini pas son assiette paie une taxe . Il faut dire que tout est a volonte et qu il faut calmer la gourmandise de certains.
Nous reprenons les velos pour rejoindre le port de Santana ou nous passerons la nuit sur le bateau qui est deja a quai. Premiers km difficiles puisque le soleil tape et que nous avons deja pedalé pas mal le matin. Pause en cours de route autour d un grand jus bien frais et arrivee en fin de journee au port.

kitchoulove  a la fortaleza !

kitchoulove a la fortaleza !

Ah, au fait .. avons passe l equateur, la fameuse marque zero ou nous avons fait une petit seance photo autour du monolyte qui marque la latitude 0

 

litchoulove sur l equateur

litchoulove sur l equateur

Ambiance au port, ca travaille toute la nuit, ca  gueule, ca sent la crevette et le poisson pourri. Nuit un peu difficile donc.

 

4 novembre
voyage immobile a bord de notre tapouille quasi deserte. Meggy, une petillante bresilienne est venue elle aussi s installer en avance. Elle va rejoindre sa mere et ses enfants a santarem. Elle a vecu un peu a Cayenne et au Surinam, parle un peu français et  draine les foules . La ou elle met son hamac, un troupeau de mecs s installent. Elle a 26 ans et change de tenues plusieurs fois par jour, se prend en photo avec son telephone intelligent dans le soleil couchant et parle beaucoup, un grand sourir permanent aux levres.

A midi on demande a un des matelots ou manger un moreçeau.Il nous accompagne a trois rues de la autour d une petite place deserte et poussiereuse ou est installe dans une minuscule cahute en bois un petit restau de deux tables. Au menu comme toujours, de la bidoche: bichtek frango (poulet) etc.. l accompagnement ne varie pas, riz fejoa (haricots rouges), pates et couac. La viande est bonne mais c est toujours un combat pour faire comprendre qu on n en veux pas.
retour au bateau, sieste,lecture, jeux divers, revision de notre espagnol. Nous craignons de ne pas avoir assez de livres pour finir la section amazome. Nous ne sommes pas encore partis que val a deja epuise un des deux bouquins emmenes. Pierre lis lentement, veinard !
Le bateau se rempli doucement et nos hamacs se retrouvent vite entoures, famille a tribord, jeunes a babord et une vieille peu amen a cote.
18h depart enfin. sur le quai un peu de monde. Ça rie, ça pleure. Les qques milliers ou centaines de Kms qui separent les familles qui vivent le long de l amazone representent une vraie barriere financiere ou temporelle.

avant, tous seuls...

avant, tous seuls…

apres... avec qques copains

apres… avec qques copains

Depart enfin mais a une petite allure de senateur 15km/h . on comprend mieux pourquoi il va nous falloir 4 jours pour fair 1000km.
le ciel est sombre a l horizon et n annonce rien de bon. sommes reveilles en debut de nuit par les cris des passagers a cote de nous. l orage a eclaté et une pluie diluvienne est venue douchée en qques minutes nos voisins malgres les baches descendues sur tous les cotes du bateau. Ça rale ça peste mais ce qui nous inquiete le plus c est la foudre qui s abbat un peu partout autour de nous, plus nous avancons et plus l intencite et la frequence des eclairs augmentent. Nous sommes en plein dedans. Bateau metallique de trois etages un peu perdu avec des matelots qui courent en tous sens.
En discutant un peu apres on s appercevra que tous deux preparions mentalement une evacuation d urgence: vite prendre de la lumiere une bouee et nanok pour val!
Doucement nous nous eloignons de l orage les elements se calment un peu autour de nous. le dodo nous emporte.
05  novembre
dernier jour a bord du Luan : oui pas de bol nous devons changer de bateau a Santarem la nuit prochaine … l idee de devoir debarquer avec tout notre fatras, recuperer nos biki (velos) qui sont en soute pour se reinstaller dans un autre bateau ne nous enchante guerre. presses d etre sur nos velos en fait.
assez tot le matin un petit jingle de brega nous reveille et le capitaine nous annonce que le petit dej est servi. au nemu, cafe au lait, pasteque, ananas, papaye, bananes, pommes et une petit sandwich au fromage et jambon.
super
le temps reste au triste, gris avec ciel bas : mouarf. Mous enchainons sieste et lecture et nous trouvons que les choses sont mal faites: bientot nous enchainerons les km et les moments de repos seront rares…
11h heure du repas, nous descendons au rez de chaussez (ca se dit pour un bateau?) ou la cuisine et la salle a manger occupe le quart arriere du bateau. il faut attendre que la preniere fournee finissent et liberent une vingtaine de places ou nous nous serrons avec une vingtaine de gars aux mines sympatiques de repris de justice. service a l assiette svp. on ne vous detaille pas le menu…
Retour au premier nous faisons un brin de lessive , val a un peu mal au coeur au sortir de la sieste. petit tour sur le pont superieur, le toit du navire ou est installe un bar et ou la brega coule a flot. Val ne va pas au mieux. c est finalement juste devant la cabine du capitaine qu elle liberera le contenu de son estomac, cote fleuve.
a peu pres a l endroit ou leonardo di caprio crie « je suis le maitre du monde ! » dans « Titanic2. Val, elle, elle a dit « Beeuuark »…

lecturebato
06 novembre
Embarquons dans le san Bartolomeu. avec nous des tonnes de bananes, citrons, tomates, papayes …

si ils ont faim..

si ils ont faim..

depart a 14h .. fin de soiree romantique sur le pont superieur couche de soleil .. croisons bateau rempli de zebus.
notre bateau fait route a vue a la lumiere de son projecteur qu il allume regulierement. L Amazone est large ici.

On trouve des activites pour s occuper …

magie !

magie !

marionette de fortune

marionette de fortune

08 novembre.
Arrivee a Manaus (un jour plus tard qu initialenemt prevus, donc !)
on reussi a choper Olivier, un copain que Val avais rencontre 3 ans plus tot en foret dans la reserve des Nouragues et qui lui avais transmis sa passion pour les arbres et la vue qu il y a de la haut. Olivier vit ici depuis un paquet d annees et travaille sur l aigle harpie dans le nid duquel il monte frequement.

il trouve le temps de nous faire une petite visite rapide du coin, du marche et du tout nouveau batiment restaure replique des Halles de Paris! on fait meme un petit tour dans sa Gol , voiture bresilienne (bien que VW) genre clio , ou l on peu reapprecier la conduite bresilienne !

avec olivier dans sa Gol

avec olivier dans sa Gol

Avant de prendre le bateau on trouve un cyber cafe et la danmed, impossible de se connnecter a notre blog …
si vous lisez ca c est qu on a fini par reussir.. peut etre plus loin a porto velho ..on l espere.En atendant on se rend compte que recopier ce qu on ecrit dans le petit carnet avec un clavier bresilien efface, est long … par la suite on abregera surement !

Le nouveau bateau est grand mais la place reserevee aux hamacs est toute petite. On se retrouve entasses comme jamais! Le bateau fini par partir a 22h avec 4h de retard. Selon Olivier ce traje test long car les berges du fleuve s errodent particulierement et il est donc charge de trons flottants ce qui rend la navigation plus dangereuse.  Stephanes, un francais qui est sur les meme bateaux que nous depuis macapa est encoe dans celui ci. Il se rend aussi a porto velho

 

9 nov

Lumieres a 5h du matin (il fait quasi jour, on a gagne une heure en passant le fuseau horaire de manaus), petit dej a 6h, musique a fond sur le pont superieur a 7h … fin de soiree a regarder les bords du fleuve defiler sous nos yeux avec en arriere plan les orages au loin et de grands eclairs.

photo Stephane Perez

photo Stephane Perez

photo Stephane Perez

photo Stephane Perez

 

 

10 nov

Ídem journee précedente. Faisons connaissance de Daniel, bolivien qui retourne chez lui. Il vit au Venezuela et a voyage dans quasi tous les pays damerique du sud et central. Nous sommes invites au Venezuela!

Soiree avec eclairs monstrueux a l horizon  et emissions debiles a la tele du pont superieur (“amor a vida”)

photo stephane Perez

photo stephane Perez

 

11et 12 novembre

Barco…grr.. journes longues rythmees par la bouffe : menu unique a 5h30,11h et 17h. Une fois de plus nous n arriverons pas a bout du nombre de jour prevus … on s arête 8h a Humaita petite ville du fleuve, pour decharger le bateau …  commence a en avoir marre ! envie de pedaler! Normalement plus qu une journee de bateau… normalement.

plat unique mais vue sympa

plat unique mais vue sympa

la croisiere s amuse

la croisiere s amuse

 

De plus nous croisons avec tristesse des armadas de barges d orpaillage pourissant le fleuve. Une centaine au moins … parfois 15 les unes collees aux autres.
Pas etonant que le fleuve soit si sale et que l eau avec laquelle on se lave soit marronasse … Au moins on a l air bronze tout le temps !

Barges

Barges

 

13 novembre : arrivee a porto Velho !
il doit etre 20h00 quand notre bateau accoste enfin. Exitation a bord, tout le monde a sorti ses beaux habbits, on defait les hamacs et rassemble les affaires. Daniel le charpentier Bolivien en profite pour me montrer discretement ses deux petites passageres clandestines : deux petites tortues de terre qui vont emigrer du venezuela en Bolivie. Bon au moins, elles parlent deja la langue…
On regarde aussi le nouveau pont qui enjambe le fleuve ici. Pas de doute, ce pays se construit, avance, s amenage. De l autre cote, il y a la BR364, la transamazonienne qui n’est encore qu une piste entrecoupée de nombreux ponts de bois et qui relie Manaus. Des publicites a la tele bresilienne montrent l armée qui realise en ce moment des missions de rehabilitation de cette piste.

Donc Porto Velho !!! Nous sortons les velos de la cale, reglons, une roue qui s est prise un choc. Attelons nos 12 sacs (!!! 6 par velo oui !!!) et partons dans la nuit noire pour rejoindre… la gare routiere… Oui, ok, nous avouons, nous avons decide de rattraper le retard pris sur le bateau en se faisant une petite section en bus. Je crois que nous somme presse de quitter le Bresil. Etre captif pendant 10 jours nous donne envie de donner un petit coup d accelerateur.

Daniel et sa famille, suivi de Stephane le français, ont pris un taxi pour la gare routiere aussi esperant un autobus qui pourrait les ammener a la frontiere bolivienne pour le matin. Nous les retrouvons la bas apres quelques kilometres. Il y a eu une montee mortelle a velo et Val qui n est pas au mieux de sa forme depuis quelques jours est livide. Fievre + turista = grosse fatigue… Les bañerhos de la gare routiere sont sordides et – comme le premier bus ne partira finalement que le matin, nous optons pour une nuit d hotel… la chambre est deja occupe mais je massacre allegrement les deux enormes cafards qui ont eu la mauvaise idee de s inviter dans notre chambre…

 

14 novembre
Le lendemain ça va mieux et nous partons a 6h30 pour… la Bolivie ! Oui, l enthousiasme de notre ami Bolivien nous perd un peu et nous prenons le mauvais bus… au bout d une heure – et un petit coup d oeil sur le GPS – on profite d une halte pour sortir les biclounes du bus, les y remettres sur les conseils d un agents de la gare qui nous dit de poursuivre la route encore quelques km, les enlever sur les conseil d un autres, puis les y remettre parce que, non, decidement changer le billet n est pas possible… Bref on se retrouve grace a la bonne volonte de « Regina » notre sauveuse sur ce coup la, dans un bus qui nous ammenera directement a Rio Branco, Capitale de l etat bresilien de l Acre. Le Bus est hyper climatisé et Val a assuré en prenant son duvet. On en profite pour tenter de faire secher nos T-Shirts lavés la veille et une petite culotte de Val ; les français . quelle classe !

Arrivee en fin de journée a Rio Branco, une autre heure de decalage horraire et un autre bus qui part une heure plus tard pour Brasileya, petite ville bresilienne avant Cobija au Perou. Finalement arrivee a 22h00, bien claqués. On charge les biclounes, et partons sur les routes défoncées en quete d une pousada pour la nuit.

 

15 novembre

Reveil en priere apres une bonne nuit. Puis ptit dej extra propose par la gentille demoiselle qui gere l hotel de “Los Hermanos”; Neci.

Impossible d envoyer le courrier ecrit sur le bateau, puisqu aujourd hui c est jour ferie au bresil… nous posterons depuis le Perou, tant pis…

Petit tour de Moto Taxi pour aller a l autre bout de la ville faire les formalites pour sortir du bresil et la, en discutant un peu avec les gars de la policía militar, on nous deconseille vivement le chemin que nous avions choisi et qui coupait a travers la bolivie… Du coup on se decide a prendre un dernier bus pour aller a Iñapari, point de trijonction entre la bolivie le bresil et le peru, d ou nous pourrons rentrer – enfin – au perou pour commencer a pedaler. A la gare on papote avec une vieille peruvienne qui tient un restaurant a Rio Branco et son Peruvien de cuisinier, David, un jeune avec un enorme orque tatoue sur le coude et qui a bourlingue un peu (malgres son jeune age apparent9. Lui reve de faire comme nous, il cause meme un peu anglais et prodigue quelques conseil sante a Val qui est toujours patraque (a tester pour la tourista : le jus de papaye verte et le Mate d Anis ¡ ). Apres une heure d attente, le chauffeur du bus refuse d embarquer nos montures… Nous sommes depite… Toujours malade donc pas la force de faire ces 120 bornes a velos… on s imagine devoir attendre encore lorsqu une bande de types qui a assiste aux palabres vient nous voir ; En taxi c est posible, meme prix et avec les velos et plus rapide !! Ils nous aident a porter nos 36 sacs , Pierre trouve quelques cartons et demonte une pedale pour ne pas trop abimer le toit de notre carrosse, on sort tout les sandows que l on a et zou . nous voila parti pour notre derniere section Bresilienne !

le voyage des velos

le voyage des velos

Nous passons avec emotion Le poste frontiere Bresil – Perou.   Le Taxi nous depose dans la ville d Iñapari : C est le Perou !!

Frontiere Bresil-perou

Frontiere Bresil-perou

 

La suite donc sur le lien  » Perou », la bas, a droite —>

 

 

 

 

 

(messages finalement envoye depuis le perou)

 

21 commentaires

Entre Brésil/pérou et Bolivie !

Les poules roulent ! je répète, les poules roulent !

Petit message de la part de la poulette et du poulet à bicyclette qui ne peuvent (pour le moment) pas se connecter depuis l’étranger à leur blog !
Ils sont du coté du Brésil et devraient passer sous peu par la Bolivie pour aller dans la foulée (ou plutôt d’un coup de pédale) vers le Pérou !

ils vous envoient un clin d’œil malicieux sur un bon son de big bisou !

13 commentaires

Wwoofisrael |
Koss7338 |
Garcinia Cambogia Extract |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coline et Zeubi au Canada
| Lisepoisblaud
| Agadir Excursions