Archive | Argentine Flux RSS de cette section

Des images qui bougent

Image de prévisualisation YouTube

Après de longues heures de tri des 632 millions ( environ)  vidéos prises lors de ce voyage, voici un petit film compilant des moments émotion de l’aventure, avec finesse et volupté, comme à notre habitude !

A disfrutar sans modération !

1 Commentaire

Patagonie mon amour …

14 février
Bonne fête Val !

Faisons l’amour trois fois pour célébrer cette journée de l’amour ! 5 minutes après Valentine se réveille  et va préparer le petit dej…

En vrai, on sait jamais trop quel jour on est alors bon la saint Valentin …!
Décollons rapidement. Il fait super beau dehors mais aussi super frais ce qui nous motive pour se bouger. Le sentier est toujours difficile mais on descend plus qu’on ne monte. Passons plusieurs ruisseaux. Dur de ne pas se mouiller les pieds. D ailleurs on les mouille… Aglaglas !

 

24foretmontagne       25pierrepassagerio
Croisons 3 cyclotouristes français en pleine montée dans ce petit layon ; dur pour eux. Bon ils ont l’air habitués aux plans galères et viennent de se taper 400km vent de face depuis Punta Arena !
Nous poursuivons, nous extasiant tous les 300m a chaque fois que, au travers d une trouée, nous apercevons le Fitz Roy sur fond azur. El lago del desierto reflète par endroit son imposante stature.

27vueouflacfitz  26pierrelacfitz
(Attention, la phrase prochaine est à dire a voix haute pour plus de fun)
Croisons deux papys teutons barbus sympas dans la montée. Courageux ! Ils nous disent que nous touchons au but !

5 minutes plus tard, nous  arrivons en vue de la baraque des douanes sur les abords du lac.

Ce coin est un petit paradis isolé, camping au bord du lac avec vue superbe sur le fitz Roy.

28lagunadesierto

Formalités et nous nous préparons un thé sur le bord du lac. A l’occasion nous nous faisons un nouvel ami chat. « maouh » le calinou.

30chat 29chatcopain

Bref !..

Mini session pêche pour Pierre qui a emprunter la cane du mec du bateau .. l’eau et tellement claire qu’on pêche à vue ! Mais ca ne donnera rien, 5 minutes, c’est quand même peu !

31pierrepeche
Retour en bateau, ciel bleu parfait, croisière de couleur : bleu du col, orange des montagnes blanc bleuté des glaciers … 1 heure de traversée.

Arrivée et petite session pédalage pour nous réveiller de la torpeur du voyage motorisé.

Repas a l’ombre mais accompagnés de nombreux taons contre lesquels nous nous battons vaillamment. En tuons plusieurs avant que ceux-ci ne capitulent.
Puis ripio… du ripio bon au début puis du ripio bien gros, du ripio pour ne pas regretter pour ne pas oublier … Cette piste nous fait lentement tourner autour du Fitz Roy. Vues magnifique de la bête et ses alentours.

32pierrecontent  36pierrepouce 35riomontagneneige 34fitzroy

Nous entrons alors dans le parc National Los Glaciares . Piste longue et arrivée enfin a El Chalten. A peine posé le pied a terre qu’un barbu s’approche de Pierre une chope de biere à la main : bienvenido !Merci a Dany qui lui aussi a un jour été acceuilli comme ca après une grosse journée de vélo et qui nous laisse comme missiond e perpétuer cette chaine !

37pierrebiere
Montons ensuite à la maison de Florencia. Il y a déjà quelques tentes dans le petit jardin derriere sa petite maison.

Flore est toute souriante et toute gentille et n’a pas l’air perturbée par la dizaine de cyclotouristes qui sont de passage chaque jour chez elle. On va ensuite en ville manger un petit quelquechose. Posons dans un resto et … cher et très moyen. « il faut le dire quand on se fait enculer » V. Alt, 17/02/14. >bref, dodo car demain une belle rando nous attend.
Ps : ciel parfaitement bleu,pas un nuage depuis 3jours et des temperatures à 25°C (habituelement le max est de 16). Les gens sont en t shirt , euphorique, c’est l’été ! Il parait que demain sera le dernier jour, il faut en profiter !

15 fevrier
Grand bleu, soleil, partons tôt pour une marche vers le Fitz Roy.

Ca grimpe vite mais gentiement , jusqu’à un premier point de vue sur la vallée immense.

38valleeelchalten

El Chalten est juste à côté d’une falaise gigantesque devant laquelle coule un large rio bleuté. Traversons des forêts d’arbres «natifs « , beaucoup de bois tombés et d’arbres morts donne un air bizarre à cette forêt.

Il y a déjà du monde sur le chemin mais plus loin nous découvrons deux zone de camping d’où partent pas mal de randonneurs. Cela permet de faire le sentier en plusieurs fois et de profiter un peu plus du parc.

Apreès 2h30 de crepahute gentille, arrivons devant un panneau d’avertissement. Il reste une bonne heure de randonnée réservée aux personnes ayant une bonne condition physique. Le Fitz Roy est déjà bien visible et nous avons un temps exceptionnel , ciel bleu, les montagnes qui habituelement sont dans les nuages sont aujourd’hui bien  découvertes.

39refletfitzroy

En y regardant avec attention, la fine ligne qui monte vers le mont est peuplé de nombreuses fourmis qui y cheminent .. Damned! ce ne sont pas des fourmis mais bel et bien des gens et c’est le chemin qui monte tout la haut ! impressionant !

Ca monte dur et pendant un moment. 1,5h sous un cagnard à grimper nous fait mieux comprendre le niveau de difficulté noté au début du sentier « «moyen/difficile » qu’ils disaient ! Mais on y voit de tout : des marcheurs qui foncent sans dire bonjour a personne aux papis/mamis qui y vont à leur rythme avec beaucoup de courage cherchant en vain des petit coin d’ombres pour se reposer.

40pierremonte
Arrivée en haut impressionnant.. pas mal de monde assis sur les rochers a contempler la vue que l’offre cet endroit fantastique. Les gens chuchotent pour ne pas troubler cet instant magique. (exceptés deux français boulet qui parlent super fort) .

Il y a certes pas mal de monde mais l’endroit est tellement vaste que ce n’est finalement pas si dérangeant. Pause manger devant ce spectacle fabuleux. Le mont fitz Roy et ses acolites (autres tours de pierre) surplombant un lac dans lequel coule un glacier.On est tout prêt et c’est gigantesque.

41lacetfitz  42nousfitz 46piereeau

On s’approchera ensuite pour observer le 2eme lac d’un bleu-vert-turquoise déconcertant. On y restera quelques heures sans se lasser su spectacle.

45pierrelacglacier 44vallacglacier 43nous

Descente au pas de course en 3h ou on commence a bien ressentir la fatigue et le mal au pied du aux chaussures de M… de marche bon marché achetées à Valparaiso.

47elchalten

 

Rentrons à la maison de Florencia en clopinant, érintés. La, faisons la connaissance des nouveaux cyclistes arrivés du jour.

On retrouve 2 anglais Miles et Tom avec qui on avais pris le bateau a O ‘Higgins, Joris un français bien sympa et Raquel et John un couple franco-espagnol en sac a dos. Ce soir c’est barbec et bouffe tous ensemble dehors sous un ciel toujours immaculé.

Un peu avant Florencia nous a demandé de l’aider a réparer son vélo. En y mettant chacun un peu du notre on fini par lui refaire un vélo quasi à neuf… il fallais presque tout changer ! longue soirée papotage avec ce petit monde.. ca jongle entre espagnol, anglais et français.

Selon Florencia il y avais , pour le nouvel an, 19 grimpeurs en haut du Fitz Roy cette année !! Plus de 24h de grimpe pour arriver la haut .. il en faut du courage et de la motivation !Et des bonnes conditions climatiques pour y arriver ne sont pas si fréquentes.
Sommes en présence de plusieurs grimpeurs et aprenons ainsi plein de choses !

Puis pour finir la soiréee sous cette pleine lune enchanteresse, Florencia nous sort une tarte aux guindos (genre de cerises) faite maison + une liqueur aux guindos dont Pierre se délectera ! gros dodo après tout ça …

16 fevrier

Aujourd’hui on voulais aller faire une autre balade chouette d’une journée mais après celle d’hier, nous voila comme des vieux réduits à néant par nos petits corps meurtirs. La loose !

Passons un peu de temps avec Joris. Allons vois le prix des chaussures de marche, mais c’est raté : pas dans notre budget !(100€ les moins cher) . Passage par cybercafé pour tenter de mettre ce joli blog a jour .. on a beaucoup de retard et on arrivera toujours pas a le rattraper !
Partons faire une petite balade en tong, au dessus de chez Florencia, jusqu’ a un chouette mirador, au soleil couchant. Très sympa .

En rentrant à la maison on découvre que la chatte a en fait des bébés pas bien vieux …

48chats

Mais aussi que le jardin est plein : 11 tentes sont plantées la sur un tout petit bout de terrain. Impressionnante concentration de cyclsites

 

51tentessss

parmi lesquels on retrouve nos 2 couples de suisses préférés : Aline et Olivier et Marion et Mathias. Il y a aussi 2 coréens en tandem voyageant depuis 7 ans ; deux autrichiens barbus, un canadien de Vancoucer, un polonais et 3 anglais : Cass, que nous avions croisé vite fait à cochrane et qui a habité en Guyane il y a 19 ans ! Etonnant vu comme il à l’air jeune ! Il roule avec un vélo aux pneus enormes : un « fatbike » avec lequel le ripio est pour lui un petit nuage et le passage mortel en forêt un jeu d’enfant !Les deux autres anglais sont tojours Miles et Tom.

Le couple franco-espagnol se fait moins voir .. en effet hier soir pendant le barbec la pauvre raquel a avalé de travers en voulai parler et deglutir en même temps et elle ne s’en ai pas encore remise . elle n’arrive plus a boir ni manger sans vomir et est ce soir sous perf a l’hopital.

Bref plein de monde + la petite famille de Florencia bien sur !

La maison du l’Hospitalité !

49maisonflore

Son plus grand fils à décidé de s’essayer à la coiffure et propose ses services de peluqueria pour 30 pesos. Pour l’encourager et parcequ’il commence à avoir les cheveux longs, Pierre tente le coup ! Ca prendra bien 40 min pour un résultat beaucoup moins réussis que quand il se le fait tout seul mais bon .. Tadeu ne coupe qu’a la tondeuse et n’est pas encore au point !

50peluqueria

Tant pis, on ratrapera les cheveux longs oubliés plus tard ! par contre, la barbe qui commence à être bien touffue , pas question d’y toucher … d’ailleurs il pourait y avoir un concours de « barbes qui fait rêver » ce soir dans ce jardin ! Longue papote entre francophones, puis espagnol avec Florencia et dodo .. demain on se lève tôt pour prendre le bus.

17 fevrier

Un peu tristes de partir si vite sans avoir pu profiter de tout ce qu’offre ce hot spot du trekking.. mais c’est l’jeu ! Notre avion est dans 10 jours maintenant. Aurevoir Florencia et merci pour tout !

52avecflore

 

Direction El Calafate pour voir le fameu glacier « Perito Morino ». Une journée qui nous coutera bien cher! 1er bus a 640 pesos, puis 400 pour le deuxième d’El Calafate au glacier +260 pour l’entrée dans le parc. Ca pique, on est pas habitués ! A ca s’ajoute le camping ou on a laisser nos affaires le temps d’aller voir le bestiau givré !

Peu importe, nous voila devant ce monstre de glace. On peu l’approcher de près grace a des pacerelles. Imaginez (et regardez!):

Un mur de glace de + de 50m de haut sur plusieurs km de large.

58peritomoreno4

Ce mur se fissure et avance , et de grand pans tombent régulièrement dans l’eau du lac dans de grands fracas.

56peritomorenochuteglace

Des glaçons se dixaines,voir centaines de tonnes se décrochent ou surgissent des profondeurs du glaciers sous nos yeux ébahis.

Ces derniers sont d’un bleu marine intense et les plus impressionants glaçons qu’on ai jamais vu.

57peritomorenoglacon

On reste la aux aguets atendant une de ces ruptures fracassantes, mais le front du glacier est trop grand pour notre champ de vision et lorsqu’on entend le bruit du bloc heurtant l’eau, il est souvent déjà trop tard. (rappel: vitesse du son 400m/s !)

Le mur de glace n’est pas uniforme: il est très découpé en surface, ce qui le rend totalement inaccessible.La base, elle beaucoup plus compacte, à l’apparence d’une glace très dense bien + bleue.

53peritomoreno1

Restons plusieurs heures à contempler ce spéctacle, puis rentrons, des images plein les yeux.

55peritomoreno3

le bus nous berce et on s’endort vite. On se fera la reflexion d’être bien heureux de voyager habituellement en vélo, car les bus nous endorment et on raterai beaucoupd e choses !

Retour au camping surpeuplé ou la musique est au rendez-vous,mais aussi les rires, chants , cris des voisins .. une bonne nuit nous attends ! On est quand même mieux en « camping sauvage » que dans les gros camping de ville !

 

18fevrier

le bus pour Puerto natales coûtant un bras (210/pers + 200/vélo , ils se foutent de la gueule du monde eux !), décidons de rejoindre le parc Torres del Paine à vélo via la petite ville plus au nord de Cerro Castillo.

Il fait beau et nous commençons par 30 kmvent dans le dos pour quitter El Calafate et rejoindre la fameuse ruta 40. De l’asphalte et du vent dans le dos= petit bonheur ! une petite heure pour les 30 premiers km. Ca faisait longtemps qu’on n’avais pas eu de telles conditions. Mais forcément, à un moment , la route tourne et nous laisse le vent de côté avec de grosses rafales pas évidentes à gérer niveau équilibre. 10 km d’une grande montée nous amène à un col ou l’on pourra observer 2 condors volant au dessus de nous !

59valpampamontee

Vue impressionnante sur une pampa desertique à perte de vue. Il va nous falloir la traverser. Finissons sur une route de ripio ou le vent de face nous permet de faire 6 km en 1h30 … On abdique a 18h et on pose la tente sur le bord de la route sans trop d’autre d’autre choix, mais vu le passage de voitures on ne sera pas trop en danger. Vite à l’abris dans la tente, manger et dodo !

60tentedesert

 

19 fevrier

Nuit très froide. Peu dormis et du mal à se lever. heureusement le vent s’es calmé et on avance bien le matin.

Toujours du ripio dans la pampa pendant 60 km. Mais pour nous tenir compagnie aujourd’hui, nous avons croisé :

Après une heur de route, un petit zorro qui a fait sa star pendant 1/4 d’heure longeant la route avec nous.

61zorro

Puis des moutons accompagnés de Guanacos .

63guanaconandumoutons 64guardaganado

des ñandus gambadant

62nand

des vaches curieuses, des flamants roses, plusieurs espèces de gros canards sp. et un deuxième petit zorro !

Pause miam au retour sur la route asphaltée alors qu le vent se lève. reprenons la route avec un vent en pleine face désespérant. nos plans visant à arriver ce soir à Cerro Castillo s’envolent …

Ce matin, avons croisé u couple franco-colombien en tandem qui nous a informé de la petitesse de Cerro Castillo. Un peu perdus on ne sait trop comment arriver au plus vite dans le parc Torres del Paine. Croisons un brésilien, Pedro, super enthousiaste, tout ému de pouvoir parler un peu sa langue qu’il n’a plus l’habitude d’employer. il nous donne des infos sur les accès aux campings gratuits du parc et compagnie. Il fait froid et le vent ne nous lâche plus mais cette rencontre nous a réchauffer un peu.

Repartons mais épuisés finissons par monter la tente au bord de la route. ici pas d’abris, pas d’eau et des herbes qui piquent. Espérons que demain sera moins venté pour pouvoir avancer.

65desolation

 

20 fevrier

levés tôt mais c’est raté pour le vent. Il est toujours la et parfois nous semble redoubler de force par rapport à hier. peinons donc à avancer. Alors que nous avions décider de pousser jusqu’a Puerto Natales, rechangeons d’avis une énième fois. 40 km pour Cerro castillo seront plus faisable que 80 km pour Natales . biaisons donc au niveau d’un chemin de ripio ou il n’est nullepart indiqué qu’en cette direction est le fameux parc Torres del Paine ni la petite ville frontière de Cerro Castillo et encore moins que par la se trouve le Chili. Petite frustration côté argentin d’avoir a ce niveau que de la pampa alors que les chiliens ont une parc sublime qui attire des millions de touristes ? Surement. En tout cas c’est comme ça que nous le ressentons.

66bienvenidochile

 

Formalités côté argentin puis il nous reste 7km pour arriver à Cerro Castillo. Vent super fort, pleine face, il nous faudra une eternité pour arriver à notre but.

 

Formalité côté chilien cette fois-ci sans la fouille des sac mais juste le chien qui snif le matos et qui s’arrête sur une boite de thon !

Faisons nos provisions pour notre séjour dans le parc, bouffe et allons demander au carabineros si on peut leur laisser nos vélos quelques jours. Type adorable, pas de problème, ils seront en sécurité ici.

Il nous trouve aussi les numéros de tel des agences de bus de Puerto Natales pour qu’on tente une réservation pour arriver à temps pour l’avion. Il nous prête pour cela son portable! Vraiment extras ces chiliens!

Mais raté quand même pour la réservation, il faut voir sur place… espérons avoir de la chance!

Il y un bus pour entrer dans le parc a 16h mais tentons le stop en l’attendant ! Bingo ! Deux sœurs en vacances avec une petite (la fille d’une des deux) sont en 4×4 et nous emmènent avec elles. Très sympa, papotons et entrons en voiture dans ce parc si attendu. Allons voir avec elles une chute d’eau assez impressionnante, el salto grande. Le vent nous offre des rafales de 85 km/h .. en vélo ca aurai vraiment été un calvaire.

Chutes magnifiques sur un fond de montagnes bicolores de plutons granitiques. De grands pics imposant perçant les nuages On l’aime déjà ce parc ! Quittons nos sauveuses en4x4 pour aller prendre un bateau sur un petit lac.

 

67saltogrande 68npaineventnous

Eau turquoise, comme souvent sur ces eaux froides glaciaires, rafales de vent et grosses vagues. Le bateau va vite. C’est une sorte de catamaran motorisé avec lequel le capitaine louvoie pour éviter les gros creux et arriver à bon port 30 minutes plus tard. Les rafales de vent sont vraiment fortes et demain sera vraisemblablement plus corsé .

Arrivée au camping on apprend qu’il n’y a plus de place. Il nous faut attendre  20h00 pour savoir si un plae se libère..; heureusement , on as du bol et on peut se poser au moins pour la nuit. On fait la popote vite fait et dodo !

 

 

26 commentaires

Debuts Patagoniens côté Argentin

22 janvier

Surprise au matin : il a plu toute la nuit et donc rien n a pu secher mais mieux l eau s est infiltrée par le sol et les matelas et sac de couchages sont mouilé… Et la pluie ne s arrette pas. Nous partons tard en esperant que le temps s améliore. On plie comme on peut la tente dans des sacs en plastiques ainsi que les duvets. L optique d une nuit dans une tente et des draps trempé ne nous rejouis guere…
Nos premiers contacts avec les argentins nous ont permis de decouvrir leur facon bizare de parler avec des « CH » partout a la place des Y ets des LL, voire des G… Pas toujours evident a comprendre.
Sortons de la ville pour trouver un endroit tranquil pour poser la tente. Rencontrons un couple d argentins sur le bord de la route en train de se boire un maté a labri dans leur voiture. Ils sortent papoter sans se soucier de la pluie qui leur tombe dessus et partagent leur maté avec nous. Adorables, enthousiastes, ils sont notre rayon de soleil dans cette journée de pluie. On s arrete un peu plus loin sur le bord d un lac pour  poser la tente. Le site (un peu privé) est superbe aves vue sur les riches hotels du bord de lac et les forets de pins et da arbres natifs (comme on dit ici) partout allentours. C est dans cette zone que le volcan Puyehue a fait des degats monstrueuxen recouvrant tout de plus de 20cm de cendre en 2011. Apparemment les fonds du lacssont encore aujourd hui tapissés de blanc. L eau est transparente mais glacée.
Tentons de faire secher la tente et les matelas mais l air est saturé d humidité et il repleut regulierement…Heureusement nous arrivons a faire un petit feu qui nous permet de nous rechauffer et de faire secher au moins les matelas et quelques affaires.
On se couche dans une ambiance humide mais heureux.

23 Janvier

 

Normalement le temps devait s améliorer aujourd hui. Nous nous levons tout de meme avec la pluie et de sérieux doutes sur notre capacité a poursuivre l aventure plus au sud si le temps ne s arrange pas un peu. Petit dej calfeutré dans la tente. La pluie cesse, nous plions les gaules (mouillées).
On peut cependant voir que le mauvais temps faiblit un peu : Au loin nous voyons désormais a la place de cette horizon de nuages une chaines de montagnes aux sommets enneigés que nous n imaginions pas hier. Meme une petite trouée de ciel bleu : esperons.
Reprenons la route et decouvrons la beauuuté de ce pays de lac et de Montagnes. Le soleil revient progressivement et nous rechauffe a nouveau la couenne : quel bonheur !
Pause du midi en face d un pic enorme, masse de roche impressionante. Il y a du soleil et du vent, sortons toute les affaires, accrochns la tente dans les buissons.
Au fait, nous y sommes, en PATAGONIE ! Avonc vu a l entree de villa la Angostura le panneau « Porte d entree de la Patagonie » ! Cette journée promet déja de belle découvertes.
Repartons avec comme objectif San Carlos de Bariloche. Vallée, Lacs immenses aux eaux sombres, arrieres plans de Montagnes dont les plus hauts sommets sont enneignés. Passons un col et découvrons des paysages de Pampas arbustives. Grands paysage a la « Roi lion », grandes savanes africaines vallée bordée de flanc rocheux rouge orangé. On traverse tout ca avec de belles descentes et surtout un vent dans le dos du tonnerre ! Arrivons alors sur la routa 40. Le vent est alors de coté, vachement moins pratique mais on arrive bientot. Un peu avant d arriver a Barriloche, rencontrons un Cyclotouriste seul, Camillo, Chilien qui part faire la caretera australe pour la 3eme fois. Trés sympa. On fait un petit bout de route ensemble. Bariloche : a l entrée de la ville de nombreux Back Packers font de l auto stop. Tres touristique, un peu cossues, de grandes maisons bordent le lac. N y restont pas longtemps, il est tardet il faut sortir de la ville pour trouver le bivouac. Trouvons un petit coin sympa au bord d un cours d eau ou nous nous posons en compagnie de Camillio. Mangeons bien autour d un petit feu et papotons un moment avant d aller se coucher dans notre tente toute seche : Yiiiha !

24 Janvier

 

Reveil froid : tres froid : Les velos sont couvert de Givre et le linge mouillé – lavé la veille – est tout rigide – completement gelé en fait ! C est notre premier passage sous 0 degré !
Repartons sous un grand ciel bleu. Encore plein de lacs et de montagnes, passons notre temps a nous pamer de bonheur, a nous extasier et – il faut bien le dire – a jurer abondament en francais devant tant de beaaaauuutéee ! Mangeons prés d un petit cours d eau oú Camillio et deux argentins nous rejoignent Eux arrivent de Buenos Aires a vélos et retournent chez aux plus au sud. Ils sont torses poil : il fait pourtant frisquet des que l on passe a l ombre ; des sauvages on vous dit ! Ils nous promettent de belles descentes jusqu a El Bolson, la prochaine ville (que nous ne pensons pa s atteindre le soir). Bon, au début que des montées puis soudain arrivons sur « El Cañadon de la mosca » ! Camillio, tout sourire, nous apprends que c est une descente super connue qu il révait de faire ! Effectivement c est un petit bonheur en barre : Paysages dingues qui défilent de virages en virages, vent dans les feuilles et pas un coup de pédale pendant 8 – 9 km ! que du bonheur.
Trouvons un gentil petit bivouac dans une foret de pin, bon repas avec pains maison succulents  fromage et vin. Hummm
25 Janvier
Froid mais on a perdu de l altitude et ca va. On repart pour de la descente. S arretons a une foire artisanale Mapuche et achetons une confiture de mure (a tomber par terre !).
Pause technique a El Bolson, charmante ville un peu moins touristique et nous nous posons peu aprés au bord d une riviere fraiche ou nous nous baignons (rapidement) profitant de cette onde particulierement pure.
26 Janvier
Avons revu nos calculs sur le temps qu il nous reste et le chemein a parcourir (2 500km) et c est beaucoup. Il va falloir feinter si on veut pouvoir profiter de certains endroits clés dont on nous a parlé au fil des rencontres. Filons a l agence de bus : chance ; un bus part dans une heure pour Esquel 200 km plus loin. On embarque et traversons des zones desertiques en bus sans trop regreter. A Esquel, pas grand chose d ouvert : c est dimanche comme a chaque fois que l on arrive dans une grande ville en cherchant des provisions ou un cybercafé… Tant pis : nous filons direction Futaleufu !
Nous commencons ici nos premiers kilometre de « Ripio » : Terre + cailloux. Beaucoup de routes sont faite de ce revetement en Patagonie. ca saute beaucoup, ca use le matos et les attaches des sacs ont tendnce a rendre vite l ame… il faut s y habituer, nous aurrons plusieurs centaines de kilometres de Ripio a faire. Rencontrons deux cyclo Australiens, Paul et Liseth qui ont perdu leur pompe a velo et qui feront donc un brin de chemin avec nous le temps d en trouver une. Ils dégonflent d ailleur leur pneux pour absorber un peu les chocs du ripio. Les paysage défilent mais nous sommes concentrés sur la route pour ne pas déraper: Ca descend pas mal, vent dans le dos et on essuie a peine une petite pluie. Paul trouve un spot pour le bivouac dan une sorte de foret de Peupliers derriere les eternels barbelés que nous passons pour l occasion. La nuit tombe vite (nous avons pedallé jusqu a 20h00…) et le froid écourte un peu la soirée. Parlotons tout de meme en espagnol + anglais jusqu a 22h00 ! Youhou !
 
26 commentaires

Wwoofisrael |
Koss7338 |
Garcinia Cambogia Extract |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coline et Zeubi au Canada
| Lisepoisblaud
| Agadir Excursions